Tizac-de-Lapouyade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tizac-de-Lapouyade
Tizac-de-Lapouyade
L'école communale
Blason de Tizac-de-Lapouyade
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Libourne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Libournais
Maire
Mandat
Pierre-Jean Martinet
2020-2026
Code postal 33620
Code commune 33532
Démographie
Gentilé Tizacais
Population
municipale
472 hab. (2019 en diminution de 6,72 % par rapport à 2013)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 27″ nord, 0° 18′ 14″ ouest
Altitude Min. 15 m
Max. 79 m
Superficie 9,4 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Bordeaux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Nord-Libournais
Législatives Onzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Tizac-de-Lapouyade
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Tizac-de-Lapouyade
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tizac-de-Lapouyade
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tizac-de-Lapouyade

Tizac-de-Lapouyade est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Nouvelle-Aquitaine).

Les habitants de la commune sont les Tizacais et Tizacaises.

Accès[modifier | modifier le code]

  • Depuis Bordeaux, autoroute A10 dans le sens Paris, sortie N10 direction Angoulême; suivre N10 sortir à Marsas, traverser ce village et prendre la D18 en direction de Libourne jusqu'à Bafave, tourner et prendre la D133 pendant 2 km et prendre la D133E11 pendant 2 km pour arriver dans le village.
  • Depuis Poitiers, Angoulême ou Limoges,prendre N10 et sortir à Cavignac et prendre la direction Laruscade en prenant la D22; faites 3 km traverser Laruscade; continuer sur la D22 pendant environ 3 km puis prendre la D133E11 et faites 2 km pour arriver au village.
  • Par le train : Gare de Cavignac à 10 km et Gare de Saint-Mariens - Saint-Yzan à 12 km (ligne Bordeaux-Nantes) ; Gare de Coutras à 18 km et Gare de Libourne à 22 km (Ligne Bordeaux-Paris)
  • Par le bus : la ligne de bus à la demande B du réseau Calibus permet de rejoindre la ligne 4 et 8 du réseau principal à Saint Denis de Pile.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village fleuri

Tizac-de-Lapouyade est une petite commune de 940 hectares appartenant à l'aire urbaine de Bordeaux située à l'Ouest du canton de Guîtres, à environ 40 kilomètres au nord-est de Bordeaux et 20 km au nord de Libourne. Le territoire de la commune est constitué de champs d'élevage, de vignes, de bois et de nombreux petits hameaux où la population y est dispersée.

La commune est également bordée à l'ouest par la Saye, au nord-est par le Graviange et le Godicheau serpente le sud de la commune d'est en ouest en passant par le bas du village en se jetant dans la Saye au Moulin de Charlot, marquant la limite communale avec Marcenais. Elle est encerclée autour de six communes : Laruscade et Marcenais à l'ouest, Périssac et Saint-Ciers-d'Abzac au sud, Lapouyade au nord et au nord-est et Maransin au sud-est.

Le village se développe le long de la départementale 133. E11e et s'étend sur cette route sur près de 1 km. Ce développement est limité au sud par la voie ferrée ce qui a pour conséquence un développement plus important au nord du village. La population de la commune est dispersée sur toute la commune; on pouvait dire de manière homogène il y a quelques années car cela a tendance à devenir inégal. Les nouvelles maisons construites ou en construction se sont en effet implantées pour la majorité aux alentours du bourg ce qui a tendance à développer davantage le village et former un véritable bourg; d'autres maisons neuves se construisent également dans les lieux-dits proches ou touchant le bourg. Ainsi le village n'est pas formé seul que du bourg mais également des importants lieux-dits aux alentours tels le Godicheau, Vigneau ou encore Mailloquet ou Lapourcaud.

Depuis le début de l'année 2012, la commune a rejoint la communauté d'agglomération du Libournais, créée par la réunion des communautés de communes de Guîtres, Coutras et du Nord Libournais.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne B du réseau Calibus, réseau de bus de la Communauté d'agglomération du Libournais. Cette ligne de bus fait partie du réseau de bus à la demande et permet de rejoindre le réseau de bus principal à Saint-Denis-de-Pile

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 12,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 7,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 880 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lapouyade », sur la commune de Lapouyade, mise en service en 1996[8] et qui se trouve à 2 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 12,9 °C et la hauteur de précipitations de 762,3 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Bordeaux-Mérignac », sur la commune de Mérignac, mise en service en 1920 et à 37 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 13,3 °C pour la période 1971-2000[12], à 13,8 °C pour 1981-2010[13], puis à 14,2 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Tizac-de-Lapouyade est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bordeaux, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 275 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (57,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (48,2 %), forêts (38,6 %), prairies (5,4 %), cultures permanentes (4,3 %), zones urbanisées (3,5 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces archéologiques d'occupation à Tizac-de-Lapouyade datent de la fin de la période gallo-romaine. L'étymologie du nom de Tizac vient d'une déformation du latin Titiacum qui désignait le domaine (agricole) d'un certain Titius, riche Romain venu s'installer dans la région. Le domaine agricole (appelé fundus en latin) de Titius était semble-t-il relativement vaste et devait s'organiser autour de la villa du maitre. Les ouvriers qui exploitaient le domaine devaient vivre à proximité ce qui laisse penser que le potentiel archéologique de la commune pourrait être important. À ce jour seuls quelques vestiges de substruction sont connus. Nous ne disposons que de très rares renseignements sur le début du Moyen Âge. Peut-être faut-il attribuer à cette période les tertres (appelés tantôt tumulus ou mottes castrales) dont l'exemple le plus fameux et toujours visible, se situe face à la petite gare de Tizac. Ce tertre référencé sous le nom de Motte Lambreville, reste une curiosité et fut surnommé par les habitants « la colline du veau d'or ». Un second tertre aujourd'hui totalement arasé se trouvait non loin au lieu-dit Lavagnac. D'autres exemples du même type sont connus sur la commune de Lagorce.

À partir du XVe siècle la documentation devient beaucoup plus abondante et on notera la construction du château de Taillefer, de la commanderie de Lataste et de l'église Saint-Pierre qui renfermerait la tombe de ce M. Lataste.

En 1875 Léo Drouyn publie Tizac-de-Galgon : Épisodes du temps de La Fronde dans une paroisse du bordelais[21] qui décrit la misère des paysans de Tizac-de Galgon.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Tizac-de-Lapouyade Blason
Coupé: au 1er d'azur à deux grappes de raisins accolées de sable et d'or, feuillées de deux pièces de sinople et surmontées de l'inscription « TIZAC de L » en lettres de sable et posée en arc de cercle, au 2e d'argent au pin au naturel[22].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1971 Marc Chatin   Maire
1971 2001 Jean-Marie Richon   Maire
mars 2001 2014 Marcel De Zaldua PS Retraité
2014 En cours Pierre-Jean Martinet SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[24]. En 2019, la commune comptait 472 habitants[Note 7], en diminution de 6,72 % par rapport à 2013 (Gironde : +7,85 %, France hors Mayotte : +2,17 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
436426384474521454451477475
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
483437396435469450473470478
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
446418440402419439397379377
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
357317308339393438470474505
2017 2019 - - - - - - -
474472-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de la commune varie entre 300 et 500 habitants depuis le début du XXe siècle jusqu'à aujourd'hui. La commune a connu une baisse successive depuis 1906 jusqu'à 1975; la commune perd plus de 100 habitants en 70 ans mais connait depuis un essor démographique important puis qu'aujourd'hui la commune avoisine les 500 habitants, record absolu dans l'histoire de la commune depuis 1900. En 30 ans la commune a gagné plus de 170 habitants. Cet essor est dû à la proximité de Bordeaux et de Libourne grâce à la voie rapide à moins de 10 km du village.

En ce début d'année 2010, la commune compte 486 habitants (recensement non officiel).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  1. La Motte Lambreville avec ses restes de ce qui semble être une barbacane.
  2. La commanderie de LaTaste. Très belle bâtisse avec un plan en U et des tours aux angles.
  3. Le château de Taillefer récemment restauré et inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques avec une tour datant des XIVe-XVe siècles.
  4. Le moulin de Charlot. À cheval sur les communes de Tizac et de Marcenais. Ancien moulin transformé en bar-crêperie à l'arrivée du train touristique à vapeur Guitres-Marcenais. Un cadre magnifique, ouvert à la belle saison et sur réservation.
  5. L'église romane Saint-Pierre-Saint-Paul datant du XIIe siècle : elle possède deux cloches l'une datant du XVIe siècle et l'autre du XVIIIe siècle. Elle possède une nef de style ogival et bas-côtés gothiques et un chœur roman. C'est une très belle église de village bien entretenue. Son chemin de croix est directement sculpté dans la pierre, ce qui fait toute la particularité et le charme de cette église.
  6. De nombreux chemins de randonnées traversent les bois et les prairies de la commune.
    Église Saint Pierre - Saint Paul

Vie locale[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

Boucherie à la campagne au lieu dit Les Adams

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • Depuis une association anime régulièrement le village "Tizac Initiatives".

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Lapouyade - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Tizac-de-Lapouyade et Lapouyade », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Lapouyade - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Tizac-de-Lapouyade et Mérignac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. Léo Drouyn, Tizac de Galgon : Épisodes du temps de La Fronde dans une paroisse du bordelais, Bordeaux, Gounouillou, , 103 p. (lire en ligne sur Gallica).
  22. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=19020
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.