Tivoli Terme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tivoli Terme
Église Santa Sinforosa de Tivoli Terme
Église Santa Sinforosa de Tivoli Terme
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Latium Latium
Province (s) Rome Capitale
Commune (s) Tivoli
Géographie
Coordonnées 41° 57′ 09″ nord, 12° 43′ 12″ est
Altitude Min. 60 m – Max. 80 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Tivoli Terme

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Tivoli Terme

Tivoli Terme, parfois appelé Bagni di Tivoli, est une frazione de la commune de Tivoli dans la province de Rome de la région du Latium en Italie. Cette ville est connue depuis l'Antiquité romaine pour son activité de thermalisme des Acque Albule.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tivoli Terme est située à 6 kilomètres à l'ouest de Tivoli sur la via Tiburtina après Villa Adriana et Ponte Lucano, en direction de Rome qui se trouve à 21 km. C'est la frazione la plus éloignée du centre-ville, séparée par celles de Villanova et Villalba rattachées à la commune de Guidonia Montecelio. Cette large zone est exploitée depuis plus de deux millénaires pour ses célèbres carrières de travertin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tivoli#Histoire.

Économie[modifier | modifier le code]

Le complexe thermal de Tivoli.
Le lago della Regina, l'une des deux sources d'eau thermale.

Thermalisme[modifier | modifier le code]

Cette fraction de la ville est depuis l'Antiquité connue pour ses eaux thermales riches en sulfure d'hydrogène, dioxyde de carbone, et azote dissous[1] surgissant à une température constante de 23 °C et l'activité de thermalisme qui y sont associées[2]. Pline l'Ancien et le géographe Strabon en font les premières mentions sous le nom de Aquae Albulae Sanctissimae (en latin : les sanctissimes eaux blanches). L'empereur Auguste y établit au début du Ier siècle la première station thermale connue sous le nom de bains d'Agrippa près du lago della Regina[3].

Après la chute de l'empire romain, les thermes sont désaffectés jusqu'à la Renaissance italienne et le renouveau de la ville sous l'impulsion du cardinal Hippolyte d'Este qui fait construire un canal pour collecter les eaux et revitalise le thermalisme. C'est le que le pape Pie IX donne par décret à la commune de Tivoli le droit d'assurer à perpétuité l'exploitation thermale[3]. Tivoli Terme vit une expansion avec l'ouverture de la ligne de tramway-chemin de fer la reliant à Rome en 1879 et l'acquisition quelques années plus tard des thermes par la compagnie ferroviaire belge, qui assure l'exploitation et y ouvre une gare, à des fins commerciales[4]. Avec l'arrivée au pouvoir de Benito Mussolini, la société des Acque Albule est constituée en 1928 sous le contrôle intégral de la ville de Tivoli[5] qui en garde la gestion jusqu'en 2008 avec une privatisation de 60 % du capital[6] au profit du groupe Fincres S.p.A[7].

Au tournant du XXIe siècle, la Società delle Acque Albule réalise un important plan de développement avec la modernisation de ses infrastructures et l'augmentation de ses capacités d'accueil. Les sources situées près des lacs Regina et Colonnelle au nord de la via Tiburtina ont actuellement un débit de 3 000 litres à la seconde et remplissent des piscines historiques et récentes de 6 500 m2 de surface totale[2]. Elle change également de nom et devient Le Terme di Roma[8]. Depuis 2001, en raison de Tivoli Terme, la ville de Tivoli est jumelée à la commune de Saint-Amand-les-Eaux en France.

Exploitation du travertin[modifier | modifier le code]

Les carrières de travertin au niveau de Villalba.

La zone de Tivoli Terme est un lieu bimillénaire d'exploitation du travertin qui fut tout d'abord utilisé par les Romains, puis pour la construction des palais Renaissance de Rome. Cette activité est toujours en place de nos jours avec de nombreuses petites et moyennes entreprises situées le long de la via Tiburtina qui exploitent les carrières. Parmi celles-ci, l'entreprise Mariotti Carlo & Figli S.p.A. produit depuis 1895 un travertin de très haute qualité exporté dans le monde entier[9] pour la réalisation de projets architecturaux prestigieux tels que notamment le Lincoln Center (l'Avery Fisher Hall par Max Abramovitz et le Metropolitan Opera House par Wallace K. Harrison) à New York, le Getty Center à Los Angeles par l'architecte Richard Meier, le One Shell Plaza à Houston, ou plus récemment le siège de la banque de Chine à Pékin par Ieoh Ming Pei, l'Enterprise Center Tower 1 à Manille ou la rénovation de la piazza di Spagna à Rome[10].

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

  • L'église Santa Sinforosa datant du XVIIe siècle est dédiée à la martyre tiburtine du IIe siècle veuve de Getulius. Elle fut, selon le martyrologe romain, exécutée avec ses sept fils (Crescente, Giuliano, Nemesio, Primitivo, Giustino, Statteo et Eugenio) de manière incroyablement violente vers 138 par l'empereur Hadrien qui voulait ainsi honorer par ces sacrifices le temple d'Hercule de Tibur. Les hagiologistes modernes questionnent cependant l'ensemble de ces évènements[11]. Leurs restes auraient été inhumés au lieu de l'actuelle église par les premiers chrétiens puis transférés au château Saint-Ange par le pape Étienne II en 752. En 1610 des fouilles sur le site mirent au jour les restes d'une basilique paléochrétienne et un sarcophage portant une inscription relative à Sinforosa et ses fils[12]. L'église actuelle fut alors construite et la sainte, devenue patronne de la ville avec Lorenzo, célébrée depuis par le diocèse de Tivoli tous les 18 juillet.
  • L'important complexe de thermes de Tivoli ouverts au XIXe siècle et totalement rénovés depuis les années 1990.

Transports[modifier | modifier le code]

Tivoli Terme possède une station ferroviaire propre, Bagni di Tivoli, indépendante de celle de la ville principale et située sur la ligne Rome-Pescara. La frazione est aussi accessible par l'autoroute A24 reliant Rome-L'Aquila-Teramo à la sortie Tivoli ainsi que par l'autoroute A1 à sa jonction avec l'A24 à Casello di Tivoli. Tivoli Terme est également accessible depuis Rome par la via Tiburtina.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Composition de l'eau thermale sur le site officiel des Terme di Roma
  2. a et b (it) Acque Albule, momenti di vero piacere nel centro termale a 20 km da Roma dans Il Messaggero du 30 octobre 2012.
  3. a et b (it) Acquealbule sur le site tibursuperbum.
  4. (it) La tramvia Roma-Tivoli sur le site tibursuperbum.it
  5. [PDF] (it) Documento comune di Tivoli 2008 sur le site officiel de la commune de Tivoli.
  6. (it) Terme Acque Albule, conclusa la selezione per l’Advisor che assisterà il Comune nella cessione delle quote sociali sur le site officiel de la commune de Tivoli.
  7. (it) La Storia sur le site de FINCRES S.p.A.
  8. (it) Ieri, oggi e domani sur le site officiel des Terme di Roma
  9. (en) Four generations of an Italiantravertine family dans The New York Times du 16 février 2006.
  10. (it) Réalisations architecturales sur le site de l'entreprise Mariotti.
  11. (en) St. Symphorosa dans la Catholic Encyclopedia
  12. Hic requiescunt corpora SS. Martyrum Simforosae, viri sui Zotici (Getulii) et Filiorum ejus a Stephano Papa translata. d'après la Catholic Encyclopedia