Tiv (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tiv.

Tiv

Populations significatives par région
Drapeau du Nigeria Nigeria 3 843 000
Drapeau du Cameroun Cameroun 1 200
Population totale 3 844 000
Autres
Langues tiv
Religions christianisme, animisme
Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de répartition

Les Tiv sont un peuple d'Afrique de l'Ouest. Ils constituent environ 2,5 % de la population totale du Nigeria, et un nombre total de 2,2 millions d'individus[réf. nécessaire] dans l'ensemble du Nigeria et du Cameroun. Les terres traditionnelles des Tiv se trouvent dans les États de Benue, de Taraba et de Nassarawa dans la partie orientale du Nigeria. Les Tiv sont chrétiens et animistes.

La plupart des Tivs accordent de l'importance à la généalogie. La descendance généalogique se fait par rapport au père. L'ancêtre commun de tous les Tivs serait un individu, portant lui-même le nom de Tiv. L'ancêtre Tiv, a eu deux fils- Con chongo et Ipusu), qui ont créé deux ascendances Tivs, MbaChongo pour Con Chongo et MbaPusu pour Ipusu, dans lesquelles se reconnaissent tous les Tivs. Les MbaChongo et les MbaPusu se divisent ensuite en grandes branches, qui elles-mêmes sont divisées en plus petites. La plus petite branche, qui est le plus petit lignage est appelé "ipaven". Les membres d'un ipaven ont tendance à vivre ensemble. Une communauté issue d'un ipaven vivant ensemble est appelée "Tar". Cette forme d'organisation sociale, appelée en anglais "segmentary lineage" ("Lignage segmenté"?), se rencontre un peu partout dans le monde. Cependant cela a été très étudié dans les sociétés africaines traditionnelles (Middleton et Tait 1958). Les Tiv sont l'exemple le plus connu d'Afrique de l'Ouest, grâce au travaux ethnologiques de Laura Bohannan (1952) et de Paul et Laura Bohannan (1953). En Afrique de l'est l'exemple le plus connu de "segmentary lineage" est celui des Nuer, étudié en 1940 par Evans-Pritchard.

Les Tivs sont considérés comme un peuple bantou.

La diaspora Tiv se trouve dans plusieurs endroits du globe, comme aux États-Unis et au Royaume-Uni. Dans ces pays, ils possèdent des associations comme le MUTA où les membres peuvent s'assembler et discuter des enjeux concernant leur peuple à travers le monde, et particulièrement au Nigeria.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources, on observe de multiples variantes : Mba-tivi, Mbitse, Michi, Mici, Mitshi, Mounchi, Munchi, Munshi, Munsi, Teve, Tivi, Tivs, Tiwi[1].

Langue[modifier | modifier le code]

Leur langue est le tiv, une langue bénoué-congolaise dont le nombre de locuteurs était estimé à 2 210 000 au Nigeria en 1991[2].

Culture[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Volker Mönikes, Igala und Tiv - die Entwicklung der Verplanten : gesellschaftliche Selbstorganisation und Fremdeinfluss durch Entwicklungshilfe bei zwei Ethnien Nigerias, Lit, Münster, Londres, 2000, 230 p. (ISBN 3825846725)
  • (en) Roy Clive Abraham, The Tiv people, Gregg, Farnborough, 1968 (1re éd. 1933), 239 p.
  • (en) Paul et Laura Bohannan, Tiv economy, Northwestern University Press, Evanston, 1968, 265 p. (ISBN 0810100509)
  • (en) Dennis A. Ityavyar, The changing socio-economic role of Tiv women, Jos University Press, Jos (Nigeria), 1992, 107 p. (ISBN 978-166-071-6)
  • (en) Michel Vernon, « Segmentation Among the Tiv: A Reappraisal », in American Ethnology, n° 10, mai 1983, p. 290-301
  • Caleb Adebayo Folorunso, Recherches sur la continuité du peuplement Tiv dans la vallée de Katsina-Ala (bassin de la Benue au Nigéria) : sondages sur le site ancien d'Ushongo et ethnoarchéologie de l'habitat actuel, Université de Paris 1, 1989, 440 p. (Thèse)
  • Françoise Gründ, « Planète : les Tiv du Nigéria : des esprits et des masques », in Danser, n° 195, janvier 2001, p. 14-16, 18
  • François Neyt, « Une statue Akombo a Twel des Tiv », in Connaissance des arts tribaux (Genève), n° 25, décembre 1984, p. 1-4
  • Gilles Sautter, « Pression démographique et système foncier Tiv », Cahiers d'études africaines, 1961, 6, vol. 2, p. 326-332
  • Jean-Jacques Verboud, La statuette Tiv : Tiv-Nigéria-hauteur 76 cm, collection Yves Develon (photographies de Pierre Broage), 1974, 13 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :