Titus Petronius Secundus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Titus Petronius Secundus
Fonctions
Préfet du prétoire
-
Préfet d'Égypte
-
Biographie
Décès
Époque
Activité
Gens
Petronii (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Titus Petronius Secundus est un haut chevalier romain, préfet d'Égypte puis préfet du prétoire à la fin du règne de Domitien. Il participe probablement à la conspiration menant à l'assassinat de celui-ci, et le préfet Casperius Aelianus le fait exécuter un an plus tard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son origine n'est pas connue, mais il est peut-être lié à l'ancien préfet d'Égypte Publius Petronius. Il est né vers 40 et devient membre de l'ordre équestre[1].

Il est préfet d'Égypte, probablement de 92 à 93[2], à la suite de Marcus Mettius Rufus. Il visite les colosses de Memnon en Haute-Égypte où il laisse une inscription le 14 mars 92[3],[N 1]. Une autre inscription à son nom est datée du 7 avril 93, et son nom apparaît également dans deux papyrus[4],[5]. Marcus Iunius Rufus est probablement son successeur immédiat, à moins que Norbanus ait servi quelques mois entretemps.

Il est ensuite préfet du prétoire de 94 à 96, aux côtés de Norbanus. Ce dernier l'est peut-être quelques mois avant lui, et ils sont tous deux précédés par Casperius Aelianus, qui tombe en disgrâce ou se retire volontairement en 94[6]. Ils sont probablement impliqués dans la conspiration menant à l'assassinat de Domitien, le 18 septembre 96, soit en y prenant une part active, soit en choisissant de ne pas intervenir pour sauver l'empereur[7].

Après l'accession à l'Empire de Nerva, il est démis de ses fonctions de préfet et autorisé à se retirer hors de Rome[8]. En 97, Nerva rappelle Casperius Aelianus à son poste, lui qui est resté très populaire parmi les prétoriens[9]. Aelianus réclame avec ses soldats la tête des assassins de Domitien et assiège le palais impérial pour capturer les responsables de la mort du dernier des Flaviens, qui n'ont pas été condamnés par le nouvel empereur[10]. Il réussit, malgré l'opposition de l'empereur Nerva, à faire exécuter les meurtriers[10], dont Petronius[11],[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • PIR¹ P 226
  • John D. Grainger, Roman Succession Crisis of AD 96-99 and the Reign of Nerva, Routledge, 2003.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Imp(eratore) Domitiano /
    Caesare Aug(usto) German(ico) XVI c(onsule) /
    T(itus) Petronius Secundus pr(aefectus) Aeg(ypti) /
    audit Memnonem hora I pr(idie) Idus Mart(ias) /
    et honoravit cum versibus Graecis /
    infra scriptis //
    GR //
    curante T(ito) Attio Musa prae[f(ectus)] coh(ortis) II /
    Thebaeor(um) »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Werner Eck, "Petronius 11., T. P. Secundus" dans Der Neue Pauly Bd. 9, 2000, p. 676.
  2. John D. Grainger, Roman Succession Crisis of AD 96-99 and the Reign of Nerva, Routledge, 2003, p. 19.
  3. CIL III, 37.
  4. Pap. Lond. III p. 44 Nr. 898 (non daté)
  5. Pap. Jand. IV 53 col II 4 (peu après 92).
  6. S. J. De Laet, Revue belge de philologie et d'histoire, 1943, La préfecture du prétoire sous le Haut-Empire et le principe de la collégialité, pp. 91-92.
  7. Julian Bennett, Trajan, optimus princeps, Routledge, 1997, pp. 33-35.
  8. John D. Grainger, Roman Succession Crisis of AD 96-99 and the Reign of Nerva, Routledge, 2003, p. 40.
  9. Léon Homo, Journal des savants, 1938, L'Empire libéral du IIe siècle, de Nerva à Commode (96-192 après J.C), p. 212.
  10. a et b Dion Cassius, Histoire romaine, livre LXVIII, 3.
  11. Julian Bennett, Trajan, optimus princeps, Routledge, 1997, p. 42.
  12. John D. Grainger, Roman Succession Crisis of AD 96-99 and the Reign of Nerva, Routledge, 2003, p. 132.