Tissu adipeux blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le tissu adipeux blanc ou graisse blanche et le tissu adipeux brun sont les deux principaux types de tissu adipeux des mammifères. Il existe également le tissu adipeux beige [1], le tissu adipeux rose[2] et le tissu adipeux médullaire[3].

Chez des sujets en bonne santé et sans surpoids, le tissu adipeux blanc représente de 20 à 25 % du poids corporel de la femme, de 15 à 20 % chez l'homme[4]. Ces cellules, les adipocytes blancs, contiennent une seule gouttelette lipidique qui repousse le noyau à leur périphérie. Ils ont des récepteurs à l'insuline, aux hormones de croissance, à la noradrénaline et aux glucocorticoïdes. Les tissus blancs unilocuclaires sont composés d'adipocytes blancs organisés en lobules. Ici un lobule de tissu adipeux est une partie de tissu composée d'adipocytes uniloculaires séparés par du tissu cojonctif contenant des terminaisons nerveuses et des vaisseaux sanguins capillaires. Autour de ces adipocytes se trouvent des fibres de réticuline et des mastocytes.

Le tissu adipeux blanc est une réserve d'énergie réglée par le pancréas : lors de la libération d'insuline par celui-ci, les récepteurs d'insuline des adipocytes blancs provoquent une cascade déphosphorylation qui conduit à l'inactivation de la lipase hormonosensible ; inversement à la suite de la libération de glucagon par le pancréas, les récepteurs du glucagon provoquent une cascade de phosphorylation qui active la lipase hormonosensible, ce qui provoque la transformation de la graisse stockée en acides gras libérés dans le sang. Liés à l'albumine et au glycérol, ces acides gras sont dégradés par le muscle et le tissu cardiaque pour assurer leur fonctionnement, alors que le glycérol est repris par le foie pour la néoglucogenèse. Le tissu adipeux blanc agit également comme isolant thermique, permettant de maintenir la température du corps. La répartition du tissu adipeux blanc est variable selon l'âge, le sexe, l'activité physique, la prise alimentaire.

Composition[modifier | modifier le code]

Le tissu adipeux blanc est composé de cellules diversifiées[5] :

- des adipocytes matures (renfermant une volumineuse vacuole de triglycérides)

- des précurseurs des adipocytes (= préadipocytes)

- des fibroblastes

- des cellules souches

- des cellules immunes (innées et adaptatives)

Les préadipocytes, fibroblastes, cellules souches et cellules immunes sont regroupés au sein de la fraction stromale vasculaire (SVF).

Le tissu adipeux blanc est composé de différents dépôts. Les deux principaux se nomment SAT (tissu adipeux sous-cutanée) et VAT (tissu adipeux viscéral). Il existe également d'autres dépôts comme le tissu adipeux du derme, le tissu adipeux intrathoracique (composé des tissus adipeux péricardiques, épicardiques, médiastinaux) [6]. Le SAT est retrouvé au niveau crânien, facial, abdominal, fémoral. Il a un rôle de protection de l'organisme contre les chocs et la perte de chaleur. Il a plutôt un rôle métabolique bénéfique (son accumulation n'est pas délétère pour l'organisme) [7].

Le VAT se trouve autour des organes internes. Il permet le stockage des triglycérides intra-abdominaux [8]. Il est métaboliquement plus actif que le SAT. Une accumulation excessive est délétère pour la santé. En effet elle est associée aux maladies métaboliques comme l'obésité, le diabète de type 2, les dyslipidémies, les maladies cardiovasculaires [9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Joan Sanchez-Gurmaches, Chien-Min Hung et David A. Guertin, « Emerging Complexities in Adipocyte Origins and Identity », Trends in Cell Biology, vol. 26, no 5,‎ , p. 313–326 (PMID 26874575, PMCID PMC4844825, DOI 10.1016/j.tcb.2016.01.004, lire en ligne, consulté le )
  2. (en) Saverio Cinti, « Pink Adipocytes », Trends in Endocrinology & Metabolism, vol. 29, no 9,‎ , p. 651–666 (DOI 10.1016/j.tem.2018.05.007, lire en ligne, consulté le )
  3. Yujue Li, Yang Meng et Xijie Yu, « The Unique Metabolic Characteristics of Bone Marrow Adipose Tissue », Frontiers in Endocrinology, vol. 10,‎ , p. 69 (ISSN 1664-2392, PMID 30800100, PMCID PMC6375842, DOI 10.3389/fendo.2019.00069, lire en ligne, consulté le )
  4. Cours d'histologie Les tissus adipeux
  5. (en) Thirumala-Devi Kanneganti et Vishwa Deep Dixit, « Immunological complications of obesity », Nature Immunology, vol. 13, no 8,‎ , p. 707–712 (ISSN 1529-2908 et 1529-2916, DOI 10.1038/ni.2343, lire en ligne, consulté le )
  6. (en) Quyen Luong et Jun Huang, « Deciphering White Adipose Tissue Heterogeneity », Biology, vol. 8, no 2,‎ , p. 23 (ISSN 2079-7737, PMID 30978929, PMCID PMC6628053, DOI 10.3390/biology8020023, lire en ligne, consulté le )
  7. (en) Tracey McLaughlin, Cindy Lamendola, Alice Liu et Fahim Abbasi, « Preferential Fat Deposition in Subcutaneous Versus Visceral Depots Is Associated with Insulin Sensitivity », The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, vol. 96, no 11,‎ , E1756–E1760 (ISSN 0021-972X et 1945-7197, PMID 21865361, PMCID PMC3205890, DOI 10.1210/jc.2011-0615, lire en ligne, consulté le )
  8. (en) Theresa Schoettl, Ingrid P. Fischer et Siegfried Ussar, « Heterogeneity of adipose tissue in development and metabolic function », Journal of Experimental Biology, vol. 221, no Suppl_1,‎ , jeb162958 (ISSN 1477-9145 et 0022-0949, DOI 10.1242/jeb.162958, lire en ligne, consulté le )
  9. (en) Yuji Matsuzawa, « Obesity and metabolic syndrome: the contribution of visceral fat and adiponectin », Diabetes Management, vol. 4, no 4,‎ , p. 391–401 (ISSN 1758-1907 et 1758-1915, DOI 10.2217/dmt.14.30, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]