Tirelire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tirelires en terre cuite (Bénin)

Une tirelire est un récipient contenant une petite réserve d'argent, souvent sous la forme d'un cochon de porcelaine (il s'agit alors d'un cochon tirelire). Elle comporte une fente qui permet d'y insérer des pièces de monnaies, mais pas de les retirer : pour récupérer les sommes épargnées, il faut ouvrir la tirelire ou la casser.

Histoire[modifier | modifier le code]

En Chine, la tirelire est appelée « puman » (chinois : 扑满 ; pinyin : pū mǎn ; littéralement : « frapper-plein »). La plus ancienne trace écrite de la tirelire se trouve chez le lettré Ge Hong (葛洪, géhóng), de la dynastie Jin (265-420), dans le 5e rouleau du « Xijing zaji » (西京杂记, xījīng zájì, « spicilège de la capitale de l'Ouest ou spicilège de Xijing » écrit[1] : « 「撲滿者,以土為器,以蓄錢,有入竅而無出竅,滿則撲之。」 » (traduction : « Concernant la tirelire, la faire de terre, y accumuler l'argent, il y a un trou pour l'entrer, mais pas pour le sortir, lorsqu'elle est pleine, la frapper »).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maryse Bottero, Tirelires : barbotine, grès et porcelaine, Massin, Paris, 2004, 245 p. (ISBN 2-7072-0491-9) (catalogue d'exposition)
  • Tirelires objets d'art : de l'antiquité au XIXe siècle, Le Louvre des Antiquaires, Paris, 1984, 76 p. (ISBN 2-905215-00-3) (catalogue d'exposition)

Articles connexes[modifier | modifier le code]