Tiphaine Samoyault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tiphaine Samoyault
Naissance
Boulogne-Billancourt (France)
Activité principale
Enseignante, critique littéraire et romancière
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
Roman, essai

Tiphaine Samoyault, née en à Boulogne-Billancourt, est une enseignante universitaire, critique littéraire et une romancière française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Normalienne, auteur d'une thèse de doctorat sur les Romans-Mondes, les formes de la totalisation romanesque au vingtième siècle (1996) et d'une thèse d'habilitation sur l'Actualité de la fiction - théorie, comparaison, traduction (2003), Tiphaine Samoyault devient professeur en littérature comparée à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 après avoir travaillé à l'université Paris VIII. Elle a dirigé le département de littérature comparée de Paris VIII jusqu'en juin 2012.

Ancienne pensionnaire de la Villa Médicis (2000-2001)[1], Tiphaine Samoyault est aussi romancière et traductrice, entre autres, de portions de la nouvelle édition d'Ulysse de James Joyce, et de l'essai de David Shulman et Charles Malamoud, Ta'ayushn : Journal d'un combat pour la paix, Israël Palestine 2002-2005 (Le Seuil, 2006).

Membre du comité de lecture aux éditions du Seuil, elle collabore en outre à France Culture et a collaboré à La Quinzaine littéraire jusqu'en septembre 2015, date à laquelle la direction éditoriale (Jean Lacoste, Pierre Pachet et Tiphaine Samoyault) est évincée par Patricia De Pas[2]. Elle annonce ses craintes pour le journal qu'elle avait co-dirigé pendant deux ans[3] et démissionne avec la grande majorité des collaborateurs[4].

Elle est membre de la direction éditoriale du journal en ligne En attendant Nadeau.

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

En mars 2017, elle cosigne l'appel des psychanalystes contre Marine Le Pen publié dans Médiapart qui décrit le Front national comme un avatar du « courant contre-révolutionnaire » qui fut au pouvoir « sous l’Occupation nazie ». Celui-ci menacerait « l’état de droit », « la liberté d’opinion et celle de la presse »[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais critiques[modifier | modifier le code]

Documentaire jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Le Monde des pictogrammes, Paris, Circonflexe, 1995 (ISBN 978-2878336986) - traduit en anglais : Alphabetical order : how the alphabet began, New York, Penguin / Viking, 1996 (ISBN 978-0670878086)

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Barthes, Paris, Le Seuil, 2015 (ISBN 978-2-02-101020-6)
  • En marge de cette production théorique, elle a aussi publié plusieurs introductions ou commentaires à des œuvres majeures de la littérature française : Électre de Jean Giraudoux (1997), W ou le souvenir d'enfance de Georges Perec (1997), Impressions d'Afrique de Raymond Roussel (2005), Locus solus de Raymond Roussel (2005), Le Grand Meaulnes d'Alain-Fournier (2009).

Romans et récits[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]