Tiongui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tiongui
Enceinte de Tiongui, illustration issue de Du Niger au golfe de Guinée de L-G. Binger, Hachette, 1892, p. 171
Enceinte de Tiongui, illustration issue de Du Niger au golfe de Guinée de L-G. Binger, Hachette, 1892, p. 171
Administration
Pays Drapeau du Mali Mali
Région Sikasso
Cercle Kolondiéba
Maire Mamatou Dembélé (Adéma-Pasj)
élu(e) en 2009[1]
Démographie
Population 7 611 hab. (2009)
Population précédent recensement 6 573 hab. (1998)
Taux de croissance annuel moyen 1.3 %
Géographie
Coordonnées 10° 46′ 00″ nord, 6° 23′ 00″ ouest
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte administrative du Mali
City locator 14.svg
Tiongui

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte topographique du Mali
City locator 14.svg
Tiongui

Tiongui est une commune du Mali, dans le cercle de Kolondiéba et la région de Sikasso.

Histoire[modifier | modifier le code]

Louis-Gustave Binger y entre le vendredi 28 octobre 1887. Il écrit à son sujet : « Tiong ou Tiong-i a l'aspect d'une ville : ses grandes murailles en terre glaise d'un gris cendre avec de grossières tours de flanquement espacées de 25 à 30 mètres et ses toits plats qui, par-ci par-là, dominent l'enceinte, rappellent les gravures de Viollet-le-Duc dans son Histoire de la Fortification. C'est bien là l'enfance de la fortification et du flanquement.

Ce village, qui était le Famadougou (la capitale) du Niendougou, a dû contenir dans le temps 3 000 habitants. Actuellement l'enceinte est loin d'être bien garnie d'habitations ; il y a à l'intérieur du village de grands terrains vagues qui séparent les groupes d'habitations les uns des autres ; le tata extérieur est assez bien entretenu. J'évalue sa population actuelle à 500 habitants »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Informations sur les élus », sur Ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, (consulté le 18 mars 2010)
  2. L-G. Binger, Du Niger au golfe de Guinée, Hachette, 1892, p. 170