Tinkisso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tinkisso
Image illustrative de l'article Tinkisso
Caractéristiques
Longueur 268 km
Bassin 18 700 km2
Bassin collecteur le Niger
Débit moyen 181 m3/s (à Ouaran)
Régime pluvial tropical
Cours
Source dans le massif du Fouta-Djalon
· Coordonnées 11° 21′ 16″ N, 9° 09′ 49″ O
Confluence le Niger
· Localisation Siguiri
· Coordonnées 11° 21′ 16″ N, 9° 09′ 49″ O
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Guinée Guinée

Le Tinkisso est une rivière de Guinée et un affluent du fleuve Niger en rive gauche.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce cours d'eau trouve sa source dans le massif du Fouta-Djalon, coule vers le nord-est puis vers l'est. D'une longueur approximative de 270 kilomètres, le Tinkisso rejoint le fleuve Niger aux environs de Siguiri, à Tiguibiri[1]. Il arrose notamment la ville de Dabola, chef-lieu de la préfecture du même nom.

Histoire[modifier | modifier le code]

Également dénommé rivière de Bafing ou Tankisso, le Tinkisso a fait office de frontière entre le Soudan français (au nord) et l'empire wassoulou (au sud) entre 1887 et 1889, en vertu du traité de Bissandougou, abrogé par le traité de Niakha. À partir de 1889, la frontière se déplace au sud, au niveau du Niger[1].

Hydrométrie - Les débits à Ouaran[modifier | modifier le code]

Le débit de la rivière a été observé pendant 25 ans (1954-1978) à Ouaran, localité située à 25 kilomètres du confluent du Tinkisso avec le Niger, sept kilomètres en amont de la ville de Siguiri[2].

À Ouaran, le débit annuel moyen ou module observé sur cette période a été de 181 m3/s pour une surface prise en compte de plus ou moins 18 700 km2, soit la quasi-totalité du bassin versant de la rivière.

La lame d'eau écoulée dans l'ensemble du bassin atteint ainsi le chiffre de 306 millimètres par an.

Le Tinkisso est un cours d'eau abondant et bien alimenté en moyenne, quoiqu'il survienne fréquemment des étiages assez sévères en mars-avril-mai. Le débit moyen mensuel observé en avril (minimum d'étiage) atteint 11,4 m3/s, soit 55 fois moins que le débit moyen du mois de septembre, ce qui manifeste son irrégularité. Sur la durée d'observation de 25 ans, le débit mensuel minimal a été de 1 m3/s, laissant le cours d'eau presque à sec, tandis que le débit mensuel maximal s'élevait à 1 150 m3/s.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Ouaran
(Données calculées sur 25 ans)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Trop de liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Les liens externes doivent être des sites de référence dans le domaine du sujet. Il est souhaitable — si cela présente un intérêt — de citer ces liens comme source et de les enlever du corps de l'article ou de la section « Liens externes ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Edgard Rouard de Card, Les Traités de protectorat conclus par la France en Afrique : 1870-1895, Paris, A. Pédone, (notice BnF no FRBNF31252370, lire en ligne), p. 230
  2. GRDC - Le Tinkisso à Ouaran