Tin Zaouatine (Mali)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tin Zaouatine
Administration
Pays Drapeau du Mali Mali
Région Kidal
Cercle Abeïbara
Maire Tiglia ag Sidi
élu(e) en 2009[1]
Démographie
Population 10 250 hab. (2015)
Population précédent recensement 2 300 hab. (1998)
Taux de croissance annuel moyen 14.6 %
Géographie
Coordonnées 19° 57′ 46″ nord, 2° 52′ 58″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte administrative du Mali
City locator 14.svg
Tin Zaouatine

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte topographique du Mali
City locator 14.svg
Tin Zaouatine

Tin Zaouatine (ou Tinzawatène, en tifinagh'ⵜⵉⵏⵣⴰⵡⴰⵜⴰⵏ), parfois aussi appelée Achibriche, est une commune du Mali, dans le cercle d'Abeïbara et la région de Kidal qui se trouve sur la frontière entre l'Algérie et le Mali, située à environ 9 km à l'ouest de sa jumelle Tin Zaoutine en Algérie.

Tin Zaouatine est une extension en territoire malien de la ville de Tin Zaouatine en Algérie, les deux parties de la ville étant séparées par un oued asséché[2].

"Tin Zaouatine" en tamashek veut dire "le lieu de l'izawan"(un arbre qui se trouve dans cette localité)[réf. nécessaire].

Hama Ag Sid Ahmed, le célèbre porte-parole de la cause touarègue, y a créé une école primaire modèle, l'école des enfants de l'Adrar, financée par des fondations européennes[3]

En 2009, on estime à 300 personnes les Maliens, Sénégalais, Nigérians, Libériens, Camerounais ou ressortissants d'autres pays d'Afrique qui y vivent après s'être fait refouler à la frontière par les autorités algériennes ou libyennes[4].

En février 2012 a lieu la bataille de Tin Zaouatine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Informations sur les élus », sur Ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, (consulté le 18 mars 2010)
  2. Au Mali, le camp du diable 31 décembre 2009
  3. François-Xavier Freland, Mali : Au-delà du jihad, anamosa, , 424 p. (ISBN 979-1095772330), p. 332.
  4. Hassane Boukar, A Tinza, l’espoir déçu des jeunes africains, 4 décembre 2009