Timothé Le Boucher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Timothé Le Boucher
FIBD2018TimothéLeBoucher.jpg
Timothé Le Boucher, festival d'Angoulême 2018.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (29 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Blog officiel

Timothé Le Boucher est un auteur de bande dessinée français, né le [2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Timothé Le Boucher est né le [2].

Alors qu’il est étudiant à l’École européenne supérieure de l'image (EESI) à Angoulême — d’où il sortira diplômé d’un master Bande dessinée[1] et un DNSEP, il présente « régulièrement des planches sur le site de Manolosanctis »« les gens y échangent leurs points de vue sur le travail de ceux qui ont mis des planches en ligne »[3], et, en pleines vacances d’, la maison d’édition Manolosanctis l’appelle pour une proposition d’un album de bande dessinée. L’auteur écrit donc trois différents scénarios, dont Skins Party qui est vu de bon œil par les éditeurs[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

En pleine études de troisième année à l’École européenne supérieure de l'image, Timothé Le Boucher, en tant que scénariste, dessinateur et coloriste, à vingt-deux ans, sort sa première bande dessinée, Skins Party, publié par Manolosanctis en . Un travail en trois mois, du début octobre à fin  : « Je fais les crayonnés sur papier, ensuite je scanne et je finalise à la palette graphique », raconte-t-il au journaliste du Charente libre. Malgré son apparence sage et timide[3], l’histoire se raconte une soirée sans limites entre potes qui finit en descente aux enfers. Son album est nommé dans la « Sélection officielle » au Festival d’Angoulême l’année suivante, mais la maison d’édition fait faillite et est mise en liquidation judiciaire : l’éditeur annule sa participation[4].

Après la publication de Vivre dessous par Manolosanctis en , sa nouvelle maison La Boîte à bulles publie un second one shot Les Vestiaires en début , récit brutal sur l'adolescence dans le huis-clos du collège.

Master Bande dessinée[1] et un DNSEP désormais en poche, en 2014, il part aménager à Strasbourg[5].

Entre-temps, il travaille pour le magazine Topo au no 3 du et no 7 du [6].

Sa troisième bande dessinée Ces jours qui disparaissent sort en aux éditions Glénat, un récit fantastique sur un personnage acrobate qui connaît des troubles de la personnalité[7]. L’idée est survenue en sortant des Beaux-Arts d’Angoulême, avec une question en tête : « continuer la bande dessinée ou de chercher un métier plus rémunérateur », et, forcément, il souhaite « poursuivre dans la bande dessinée, mais l’aspect financier devait être pris en compte… J’y pensais énormément, j’étais comme une personne qui ne vivait son présent qu’un jour sur deux. Et de là, en quelques jours, toute l’histoire s’est imposée à moi »[8].

En fin , au festival d'Angoulême, il reçoit le prix des libraires de bande dessinée pour son dernier roman graphique[9] qui, d'après Le Figaro en mai, sera adapté au cinéma par Jonathan Barré avec Arena Films[10].

En sortent deux albums de Jo, champion de foot, signés avec Sylvain Zorzin chez Bayard jeunesse[11].

Influences[modifier | modifier le code]

Timothé Le Boucher dit s'inspirer des codes du manga[12].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Histoires uniques[modifier | modifier le code]

  • Skins Party, Manolosanctis, « Gomorrhe »,
    Scénario, dessin et couleurs : Timothé Le Boucher - (ISBN 978-2-359-76017-0)
  • Vivre dessous, Manolosanctis, « Agora »,
    Scénario : Thomas Cadène - Dessin : Maud Begon, Timothé Le Boucher, Joseph Safieddine, Terreur Graphique, Wouzit, etc. - (ISBN 978-2-359-76070-5)
  • Les Vestiaires, La Boîte à bulles, « Hors Champ »,
    Scénario, dessin et couleurs : Timothé Le Boucher - (ISBN 978-2-84953-201-0)
  • Ces jours qui disparaissent, Glénat, « 1000 Feuilles »,
    Scénario, dessin et couleurs : Timothé Le Boucher - (ISBN 978-2-344-01332-8)
  • Séries[modifier | modifier le code]

    Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

    Le réalisateur Jonathan Barré annonce sur son Twitter, le , qu’il va « adapter pour le cinéma Ces jours qui disparaissent de Timothé Le Boucher, le film sera produit par Bruno Pesery »[13] de la société de production Arena Films, dont la sortie est prévue au printemps 2019[10].

    Distinctions[modifier | modifier le code]

    Récompense[modifier | modifier le code]

    Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    1. a, b et c « Master Bande dessinée », sur EESI (consulté le 28 octobre 2017).
    2. a et b « Timothé Le Boucher », sur Planète BD (consulté le 28 octobre 2017).
    3. a, b et c Richard Tallet, « Timothé Le Boucher : La BD à cent à l’heure », sur Charente libre, (consulté le 28 octobre 2017).
    4. « Festival 2012: Ils défilent pour Airborne 44 [DIRECT] », sur Charente libre, (consulté le 28 octobre 2017).
    5. « Timothé Le Boucher », sur Glénat (consulté le 28 octobre 2017).
    6. « Timothé Le Boucher », sur Topo (consulté le 28 octobre 2017).
    7. Voir la critique de D. Pasamonik, « Ces Jours qui disparaissent… » : La révélation Timothé Le Boucher, ActuaBD (15 décembre 2017).
    8. Benjamin Roure, « Timothé Le Boucher, confirmation d’un talent rare », sur BoDoï, (consulté le 21 novembre 2017).
    9. Didier Pasamonik, « Prix des librairies Canal BD 2017 pour Timothé Le Boucher », sur Actua BD, (consulté le 30 janvier 2018).
    10. a et b Aurélia Vertaldi, « Ces jours qui disparaissent, l'album d'un jeune auteur adapté au cinéma », sur Le Figaro, (consulté le 17 mai 2018).
    11. « Jo, champion de foot », sur Librairie Ravy, (consulté le 9 mai 2018).
    12. Lisef, « Interview : Timothé Le Boucher nous parle de Ces jours qui disparaissent et de ses prochains projets », sur 9ème art, (consulté le 30 janvier 2018).
    13. Jonathan Barré, « Les amis, je suis très fier de vous annoncer que je vais adapter pour le cinéma Ces jours qui disparaissent de Timothé Le Boucher », sur Twitter, (consulté le 17 mai 2018).

    Liens externes[modifier | modifier le code]