Timoci Bavadra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Timoci Uluivuda Bavadra, né le et mort le , fut brièvement premier ministre des Îles Fidji en 1987, avant d'être renversé par un coup d'État.

Médecin de profession, Bavadra était un indigène fidjien, chef de bas rang, et fondateur du Fiji Labour Party (FLP), le parti travailliste fidjien.

Il participa pour la première fois à une élection législative en 1987, à la tête d'une coalition entre le FLP et le National Federation Party (NFP), composé principalement d'Indo-Fidjiens (descendants d'immigrés indiens venus à la fin du XIXe siècle et au début du XXe). Le NFP était un parti plus ancien, plus large et plus influent, mais accepta que Bavadra dirige la coalition, en raison des craintes de l'électorat indigène, en grande partie hostile à l'idée d'avoir un premier ministre indo-fidjien.

La coalition surprit tout le monde en remportant l'élection, obtenant 28 sièges alors que le Parti de l'Alliance (Alliance Party) de Ratu Sir Kamisese Mara n'en obtint « que » 24. Ce fut la toute première défaite de Mara, qui avait dirigé le pays depuis avant même son accession à l'indépendance en 1970.

La coalition de Bavadra ne comportait que sept députés indigènes, et seuls 9 % des électeurs indigènes avaient voté pour lui. Les nationalistes indigènes attisèrent alors les craintes indigènes, déclarant que « les Indiens » s'étaient emparé du pays.

Bavadra avait été élu le 14 avril. Il fut renversé le 13 mai par un militaire, le Lieutenant-Colonel Sitiveni Rabuka, qui se proclama défenseur de la cause indigène.

Bavadra tenta alors de chercher du soutien au sein de la communauté internationale, mais sans succès. La Reine des Fidji, Elizabeth II, refusa de le rencontrer à Londres[1]. Bavadra n'eut jamais l'occasion de se représenter à une élection : il décéda d'un cancer en 1989.

Le premier ministre Bavadra n'eut pas le temps de laisser sa marque sur le pays. Tout juste eut-il le temps d'exprimer son opposition aux essais nucléaires, et de sous-entendre que les Fidji refuseraient peut-être l'accès à leurs ports aux navires nucléaires américains.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]