Timeo Danaos et dona ferentes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

« Timeo Danaos et dona ferentis » est une phrase mise dans la bouche de Laocoon par Virgile dans l'Énéide (II, 49). Elle peut se traduire par « Je crains les Grecs, même lorsqu'ils apportent des cadeaux ». Elle fait référence au cheval de Troie. Elle est devenue une locution usuelle et a mené à l'expression populaire cadeau de Grec[1].

Traduction[modifier | modifier le code]

Timeo est la première personne du présent de l'indicatif du verbe latin qui signifie craindre.

Danaos est l'accusatif pluriel de Danaus et se traduit par « Danéens », autre nom pour les Grecs, utilisé par Homère puis par Virgile.

Dans la plupart des expressions latines, et est une conjonction signifiant « et , mais il s'agit ici plutôt de l'adverbe signifiant « même ».

Dona est l'accusatif pluriel du mot donum qui signifie don.

Ferens (dont ferentes est le pluriel) est le participe présent du verbe fero (je porte). La forme commune utilise le mot ferentēs alors que le texte original écrit ferentīs. La première forme est plus commune en latin classique.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

En politique, cet aphorisme est cité en référence aux promesses électorales : par exemple, par le citoyen Gobe-mouches dans son adresse à la Convention[2] ou par Émile Digeon dans son adresse à Émile Ollivier[3] ou dans un manifeste électoral de 1848[4].

Dans le livre Les Trois Mousquetaires (1844-6) d'Alexandre Dumas, à la suite du retour des ferrets de la reine, Monsieur de Tréville emploie cette locution à propos du diamant offert par la reine à d'Artagnan, croyant qu'il avait été offert par Buckingham. Il traduit la locution par « Défiez-vous de l'ennemi qui vous fait des présents ».

Dans son billet du Monde du 29 juin 1959, intitulé Timeo Danaos[5] Robert Escarpit écrit « J'ai tendance à me méfier d'un ministre des finances qui prétend alléger l'impôt ». Quant à lui, Alexis Brézet écrit, dans le Figaro, sous le même titre[6], qu'il faut craindre les Grecs, face à la dette qu'ils ne peuvent pas rembourser.

Dans Astérix légionnaire (1967), les Romains utilisent la phrase « T comme dans Timeo Danaos et dona ferentes ? » à chaque fois qu'ils parlent à Astérix et Obélix à propos du légionnaire perdu Tragicomix.

Dans le film La Grande Bouffe (1973) de Marco Ferreri, Philippe (Philippe Noiret) y fait référence en réponse à un Chinois qui patientait dans sa villa où ils ont tous rendez-vous avec leur destin.

Dans le film Rock (1996), John Mason (Sean Connery) cite la phrase en latin lorsque le FBI, représenté par Stanley Goodspeed (Nicolas Cage), lui offre la liberté en échange de sa coopération.

La phrase est reprise dans le quatrième épisode de la première saison de la série The Crown (2016) qui évoque le « grand smog » de Londres.

L'avant-dernier roman de la série Bernie Gunther, de Philip Kerr, s'intitule Greeks Bearing Gifts (Quercus, 2018).

Dans son récit Le bahut Henri II[7], Alphonse Allais énumère les participants d’un joyeux dîner :

Il y avait là le major Saligo, et Timeo Danaos, et Doña Ferentès (la seule dame de la société), et Sinon, et Vero, et Ben Trovato, et quelques autres que j'oublie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Manon Globensky, « Un cadeau de Grec? », sur http://www.radio-canada.ca, .
  2. Gobe-mouches, Encore un mot du Citoyen Gobe-Mouches aux assemblées primaires de Paris, circa 1795 (lire en ligne).
  3. É. Digeon, La voix d'un mystifié du 2 décembre : M. Émile Ollivier, mandat impératif : le serment, Paris, Imp. H. Carion, rue Bonaparte, 64, (lire en ligne), p. 30.
  4. Un clubiste, Manifeste électoral : Les membres de l'Assemblée constituante devant le peuple souverain, Napoléon Chaix et Cie, (lire en ligne).
  5. Robert Escarpit, « Timeo Danaos », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. Alexis Brézet, « Timeo Danaos », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  7. Alphonse Allais, Pas de Bile, Flammarion, (lire en ligne), « Le bahut Henri II », p. 77-88, disponible sur Wikisource.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]