Timbre de bienfaisance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la philatélie
Cet article est une ébauche concernant la philatélie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

 Ne doit pas être confondu avec timbre-taxe.

Un timbre de bienfaisance ou — en France notamment — timbre avec surtaxe, est un timbre-poste dont la valeur faciale est accrue d’un supplément reversé à une œuvre d’entraide (Croix-Rouge, aide aux intellectuels et artistes au chômage, aux orphelins de guerres, pour des campagnes de vaccination, etc.).

Historique[modifier | modifier le code]

Le plus souvent, ces timbres sont reconnaissables au fait qu’ils portent le signe « + » et la valeur du don (appelé surtaxe) accolés à une valeur postale usuelle. Ce don peut être inférieur ou supérieur à la valeur postale. La valeur faciale s'écrit en distinguant la valeur permettant l'affranchissement et la surtaxe. Par exemple : 20 c. + 5 c.

Les deux premiers timbres de bienfaisance[modifier | modifier le code]

Un des deux premiers timbres de bienfaisance, émis en 1897 en Nouvelle-Galles du Sud.

En juin 1897, la colonie britannique de Nouvelle-Galles du Sud émet deux timbres richement illustrés et colorés pour l’époque. Le 1 shilling représente un profil de la reine Victoria et une scène illustrant la charité. Le 2 shilling 6 pence est davantage tourné vers le jubilé de diamant de la reine. Ces timbres véhiculaient deux messages à la fois : d'une part, la commémoration des 60 ans de règne de la reine Victoria, et d'autre part, la campagne de générosité envers les dispensaires réservés aux phtisiques (en anglais : comsumptives home). La surtaxe était particulièrement élevée : pour 1 shilling, le premier timbre permet un affranchissement d’un penny ; pour 2 shilling et 6 pence, le second assure une valeur postale de 2,5 pence. Lors de leur émission, les critiques négatives sont nombreuses : trop forte surtaxe, « timbres d’hospice » pour Arthur Maury, négociant parisien. Les souscripteurs furent difficilement trouvés pour écouler les 40 000 exemplaires imprimés du 1 shilling et les 10 000 du 2 shilling 6 pence.

Les timbres à surtaxe au profit de la Croix-Rouge[modifier | modifier le code]

Semeuse de 1914 (une version précédente avait la surtaxe surchargée).

En France, si les surtaxes ont financé plusieurs missions, seule la Croix-Rouge française en a bénéficié annuellement, sans interruption, depuis 1952.

Actuellement, les surtaxes concernent les émissions de timbres commémoratifs suivants :

Autres exemples[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :