Timbre de bienfaisance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la philatélie
Cet article est une ébauche concernant la philatélie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Un timbre à surtaxe ouest-allemand, 60 pf + 30 pf de surtaxe (1972).
Timbre turc de bienfaisance au profit du Croissant-Rouge.

Un timbre de bienfaisance ou timbre à surtaxe est un timbre-poste dont la valeur faciale est accrue d’un supplément reversé à une œuvre d’entraide (Croix-Rouge, aide aux intellectuels et artistes au chômage, aux orphelins de guerres, etc.).

Historique[modifier | modifier le code]

La Société philanthropique, la plus ancienne société de bienfaisance non confessionnelle de France, a été fondée en 1780 sous le patronage de Louis XVI et reconnue d'utilité publique en 1839 par Louis-Philippe.

Le plus souvent, ils sont reconnaissables au fait qu’ils portent le signe « + » et la valeur du don (appelé surtaxe). Ce don peut être inférieur ou supérieur à la valeur postale. La valeur faciale s'écrit en distinguant la valeur permettant l'affranchissement et la surtaxe. Par exemple : 20 c. + 5 c.

Les deux premiers timbres de bienfaisance[modifier | modifier le code]

Un des deux premiers timbres de bienfaisance, émis en 1897 en Nouvelle-Galles du Sud.

En juin 1897, la colonie britannique de Nouvelle-Galles du Sud émet deux timbres richement illustrés et colorés pour l’époque. Le 1 shilling représente un profil de la reine Victoria et une scène illustrant la charité. Le 2 shilling 6 pence est davantage tourné vers le jubilé de diamant de la reine.

Ces timbres avaient deux messages : les 60 ans de règne de la reine Victoria, et la générosité envers les foyers pour phtisiques (comsumptives home en anglais). La surtaxe était forte : pour 1 shilling, le premier timbre permet un affranchissement d’un penny ; pour 2 shilling et 6 pence, le second assure une valeur postale de 2,5 pence.

Lors de leur émission, les critiques négatives sont nombreuses : trop forte surtaxe, « timbres d’hospice » pour Arthur Maury, négociant parisien. La générosité fut difficilement trouvée pour écouler les 40 000 exemplaires du 1 shilling et les 10 000 du 2 shilling 6 pence.

Les timbres à surtaxe au profit de la Croix-Rouge[modifier | modifier le code]

Semeuse de 1914 (une version précédente avait la surtaxe surchargée)

En France, les surtaxes ont financé plusieurs missions, la Croix-Rouge française est la seule à en bénéficier depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Actuellement, les surtaxes concernent les émissions de timbres commémoratifs suivants :

Sur les autres projets Wikimedia :