Tillières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tillières
Tillières
L'église Saint-Pierre de Tillières
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Commune Sèvremoine
Statut Commune déléguée
Maire délégué Sébastien Mazan
2020-2026
Code postal 49230
Code commune 49349
Démographie
Gentilé Tillièrois
Population 1 769 hab. (2013)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 43″ nord, 1° 09′ 48″ ouest
Altitude Min. 28 m
Max. 101 m
Superficie 24,13 km2
Élections
Départementales Saint-Macaire-en-Mauges
Historique
Date de fusion 15 décembre 2015
Commune(s) d'intégration Sèvremoine
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Tillières
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Tillières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Tillières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Tillières

Tillières est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Sèvremoine[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune maugeoise, Tillières se situe au nord-ouest de Saint-Germain-sur-Moine, sur les routes D 223, Gesté / Saint-Crespin-sur-Moine, D 63, Saint-Macaire-en-Mauges, et à proximité de la RN 249 (Nantes-Cholet)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la création des départements, Tillières se situait dans les Hautes Marches des Mauges, Marches d'Anjou et de Bretagne (évêché de Nantes, autour de Montfaucon)[3].

Au XIXe siècle, on trouve sur la commune une activité autour de l'argile, qui compte quatre ateliers de tuilerie et de briqueterie[4].

Le 15 août 1955, Tilliers devient Tillières[5].

En 2014, un projet de fusion de l'ensemble des communes de l'intercommunalité se dessine. Le 2 juillet 2015, les conseils municipaux de l'ensemble des communes du territoire communautaire votent la création d'une commune nouvelle baptisée Sèvremoine pour le 15 décembre 2015, dont la création a été officialisée par arrêté préfectoral du 5 octobre 2015[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le , Tillières constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Sèvremoine et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
15 décembre 2015 26 mai 2020 Michel Rousseau[6]    
26 mai 2020   Sébastien Mazan[7]    
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Augustin Bochereau    
1947 1965 Jean-Baptiste Ménard    
1965 1971 Pierre Guicheteau    
1971 1989 Pierre Luneau    
1989 mars 2001 Gilles Yvernogeau    
mars 2001 mars 2008 Mie-Thérèse Chiron    
mars 2008 décembre 2015 Michel Rousseau[9],[10]    
Les données manquantes sont à compléter.

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune est membre en 2015 de la communauté de communes de Moine et Sèvre[11], elle-même membre du syndicat mixte Pays des Mauges. La création de la commune nouvelle de Sèvremoine entraîne sa suppression à la date du , avec transfert de ses compétences à la commune nouvelle[1].

Jusqu'en 2014, Tillières fait partie du canton de Montfaucon-Montigné et de l'arrondissement de Cholet[12]. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. La commune est alors rattachée au canton de Saint-Macaire-en-Mauges, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[13].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 1 769 habitants, en augmentation de 1,73 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2301 1441 0801 3051 5351 4701 4571 5281 592
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6441 6961 6931 6861 7321 7331 7281 7661 639
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6021 5381 4381 3171 3371 3501 3051 2571 262
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
1 3151 3111 2491 2341 2571 2681 7391 769-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,9 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 50,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 24 %, 15 à 29 ans = 17,5 %, 30 à 44 ans = 27,4 %, 45 à 59 ans = 17 %, plus de 60 ans = 14 %) ;
  • 49,1 % de femmes (0 à 14 ans = 21,3 %, 15 à 29 ans = 19,1 %, 30 à 44 ans = 24,1 %, 45 à 59 ans = 15,2 %, plus de 60 ans = 20,1 %).
Pyramide des âges à Tillières en 2008 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,9 
5,2 
75 à 89 ans
9,1 
8,6 
60 à 74 ans
10,1 
17,0 
45 à 59 ans
15,2 
27,4 
30 à 44 ans
24,1 
17,5 
15 à 29 ans
19,1 
24,0 
0 à 14 ans
21,3 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[19].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

La commune comporte une salle de sports, une salle des fêtes et une bibliothèque[20].

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 144 établissements présents sur la commune à fin 2010, 37 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 8 % du secteur de l'industrie, 11 % du secteur de la construction, 35 % de celui du commerce et des services et 10 % du secteur de l'administration et de la santé[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le moulin Guillou
Le moulin Guillou.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune une église de style néo-gothique (église Saint-Pierre), un moulin-tour (moulin Guillou), plusieurs chapelles, dont la chapelle du Sacré-Cœur. Le moulin Guillou, moulin à vent du XIXe siècle, est situé sur une des hauteurs de Tillières[8],[22].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Arrêté no DRCL-NCL-2015-60 en date du 5 octobre 2015 portant création de la commune nouvelle de Sèvremoine », Recueil spécial des actes administratifs de la préfecture de Maine-et-Loire, no 74,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. IGN et BRGM, Géoportail Tillières (49), consulté le 18 novembre 2012.
  3. Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, Volume 68, Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1991, p.  72 (Marches séparantes de Bretagne et de Poitou).
  4. Hélène Achard, « Présentation du patrimoine industriel de la commune de Tillières », sur Patrimoine des Pays de la Loire (patrimoine.paysdelaloire.fr), (consulté le 14 mai 2017).
  5. INSEE, Code Officiel Géographique, Modifications des communes de Maine-et-Loire, consultées le 24 juin 2012.
  6. « Tillières », sur Sèvremoine (sevremoine.fr) (consulté le 14 mai 2017).
  7. « Installation du conseil municipal - Didier Huchon réélu maire de Sèvremoine », sur Sèvremoine (sevremoine.fr), (consulté le 28 mai 2020).
  8. a et b Célestin Port (édition révisée par André Sarazin et Pascal Tellier), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, t. 4, Angers, H. Siraudeau, (1re éd. 1878) (notice BnF no FRBNF35857376), p. 526-527.
  9. Ministère de l'intérieur, Résultats élections municipales 2008
  10. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  11. Insee, Composition de l'EPCI de Moine et Sèvre (200006880), consulté le 27 octobre 2013.
  12. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Saint-Macaire-en-Mauges, consultée le 28 février 2015.
  13. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  18. « Évolution et structure de la population à Tillières en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 juin 2012).
  19. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 juin 2012).
  20. « TILLIERES : Porte des Mauges, Porte du Vignoble... », sur Mairie de Tillières (tillieres.fr) (consulté le 14 mai 2017).
  21. Insee, Statistiques locales du territoire de Tillières (49), consultées le 9 juin 2013.
  22. Hélène Achard, « Moulin à vent Guillou », sur Patrimoine des Pays de la Loire (patrimoine.paysdelaloire.fr), (consulté le 14 mai 2017).