Tigrane Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tigrane.
Tigrane Ier
Titre
Roi d'Arménie
123 ou 14995 ou 123 av. J.-C.
Prédécesseur Artavazde Ier
Successeur Artavazde (II) (?) ou Tigrane II
Biographie
Dynastie Artaxiades
Date de décès 123 ou 149 av. J.-C.
Père Artaxias Ier
Enfants Artavazde (II), Tigrane II

Tigrane Ier (en arménien Տիգրան Առաջին) est un roi d'Arménie de la dynastie artaxiade[1], dont les dates de règne et la succession sont contestées.

Biographie[modifier | modifier le code]

Second fils d'Artaxias Ier, il succède à son frère Artavazde Ier et règne sur l'Arménie de 123 à 95 av. J.-C.[2]. Selon Ampélius, il aurait procuré une aide militaire aux Romains lors de la troisième guerre punique[3]. Son fils Tigrane II lui succède[2].

Ses dates de règne et sa succession sont incertaines : à la différence de l'opinion majoritaire suivant Cyrille Toumanoff, Vahan Kurkjian estime qu'il règne de 149 à 123 av. J.-C. et n'indique pas son successeur[4]. René Grousset reprend cette date de fin de règne et le fait suivre sur le trône par Artavazde (II)[5], probablement dans cette hypothèse le frère aîné du futur Tigrane II[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Dédéyan (dir.), Histoire du peuple arménien, Privat, Toulouse, 2007 (ISBN 978-2-7089-6874-5), p. 119.
  2. a et b Cyrille Toumanoff, Les dynasties de la Caucasie chrétienne de l'Antiquité jusqu'au XIXe siècle : Tables généalogiques et chronologiques, Rome, , p. 93 et 95.
  3. Ampélius, Liber memorialis, Livre XXXII, 1.
  4. (en) Vahan M. Kurkjian, A history of Armenia, New York, Vantage Press, (réimpr. 1964), p. 502.
  5. René Grousset, Histoire de l'Arménie des origines à 1071, Paris, Payot, (réimpr. 1984, 1995, 2008) (ISBN 978-2-228-88912-4), p. 84.
  6. Édouard Will, Histoire politique du monde hellénistique (323-30 av. J.-C.), Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », (réimpr. 2003) (ISBN 2-02-060387-X), partie II, p. 380.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]