Tiéman Hubert Coulibaly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tiéman Hubert Coulibaly
Illustration.
Tiéman Hubert Coulibaly en mars 2015.
Fonctions
Ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale

(8 mois et 10 jours)
Président Ibrahim Boubacar Keïta
Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga
Prédécesseur Abdoulaye Diop
Successeur Kamissa Camara

(1 an et 18 jours)
Président Dioncounda Traoré (intérim)
Premier ministre Modibo Diarra
Gouvernement Diango Cissoko
Prédécesseur Soumeylou Boubèye Maïga
Successeur Sadio Lamine Sow
Ministre de l’Administration Territoriale

(8 mois et 19 jours)
Président Ibrahim Boubacar Keïta
Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga
Gouvernement Abdoulaye Idrissa Maïga
Prédécesseur Mohamed Ag Erlaf
Successeur Mohamed Ag Erlaf
Ministre de la Défense et des Anciens combattants

(1 an, 7 mois et 26 jours)
Président Ibrahim Boubacar Keïta
Premier ministre Modibo Keïta
Gouvernement Keïta II
Prédécesseur Bah N'Daw
Successeur Abdoulaye Idrissa Maïga
Ministre malien des Domaines de l’Etat, des Affaires Foncières et du Patrimoine

(9 mois et 3 jours)
Président Ibrahim Boubacar Keïta
Premier ministre Moussa Mara
Gouvernement Moussa Mara
Prédécesseur Tiéman Hubert Coulibaly
Successeur Mohamed Aly Bathily
Ministre malien des Domaines de l’État et des Affaires foncières

(6 mois et 29 jours)
Président Ibrahim Boubacar Keïta
Premier ministre Oumar Tatam Ly
Gouvernement Oumar Tatam Ly
Prédécesseur David Sagara
Successeur Tiéman Hubert Coulibaly
Biographie
Nom de naissance Tiéman Hubert Coulibaly
Lieu de naissance Bamako (Mali)
Nationalité Malienne
Parti politique UDD
Diplômé de Université de Saint-Étienne

Tiéman Hubert Coulibaly est un homme politique malien, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali de 2012 à 2013 puis ministre des domaines de l’État et des affaires foncières dans le gouvernement de Oumar Tatam Ly, ministre de la Défense entre 2015 et 2016 et de nouveau ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de 2017 à 2018.

Biographie[modifier | modifier le code]

Natif de Bamako, il est diplômé de l’Université Jean-Monnet-Saint-Étienne et de l’université de Grenoble 3 Stendhal. Il entre en politique assez tôt en militant à l’Union des étudiants communistes à Saint-Étienne. Il poursuivra au Parti Socialiste français notamment avec un passage au Club Convaincre qui rassemblait les sympathisants et amis de Michel Rocard. C’est aussi à cette période qu’il crée avec d’autres étudiants l’association des étudiants maliens de Saint-Étienne.

C’est en 1994 qu’il entame son parcours au sein de l’UDD alors présidé par son père Moussa Balla Coulibaly. Son parcours politique le conduit successivement à l'animation des comités, des sous-sections, puis de la section de la commune V de Bamako et de la section de Diéma dans la région de Kayes. Il sera candidat malheureux pour le siège de député de Diéma en 2007.

Ayant accédé au Conseil Exécutif du parti lors du Congrès de 2003 comme deuxième adjoint au Secrétaire général, il en devient le Secrétaire général en 2007 avant d’être élu Président du parti lors du Congrès de 2010. Il succède ainsi au Dr Issa Paul Diallo qui a dû achever le mandat de Me Hassan Barry nommé ambassadeur du Mali en Guinée.

Charismatique et passionné[réf. souhaitée] de communication, il a travaillé parallèlement à ses activités politiques chez Panafcom Mali, première agence conseil privée d’Afrique de l’Ouest et du Centre, affiliée au réseau mondial Young & Rubicam, avant de fonder Stellis Communication en 2006.

Il est limogé de son poste de ministre de la Défense le , après un raid mené par des djihadistes sur la ville de Boni[1].

Renommé ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale en 2017, il est remplacé à ce poste le par Kamissa Camara. Reconnu pour être un fin connaisseur des rouages de la diplomatie et de ses enjeux internationaux, l’ancien diplomate en chef, Tiéman Hubert Coulibaly a été choisi pour conduire du au , la mission d'évaluation électorale de l'OIF (Organisation Internationale de la Francophonie), dans le cadre des élections présidentielles aux Comores[2].

Le 25 juillet 2022, le Procureur Général de la Cour Suprême du Mali a lancé un mandat d’arrêt international contre Tiéman Hubert Coulibaly, Boubou Cissé et Mamadou Igor Diarra, tous anciens ministres du régime de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keita. Ils sont poursuivis pour des crimes de faux et usage de faux, d'atteinte aux biens publics et de complicité de ces infractions dans l'affaire du marché public dit PARAMOUNT [3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mali : le ministre de la Défense limogé après la prise d’une ville par des jihadistes, AFP, 4 septembre 2016.
  2. « Mission d'évaluation électorale de l'OIF aux Comores : Tiéman Hubert aux commandes », quotidien,‎ (lire en ligne)
  3. Amarana Maiga, « Mali : la Cour Suprême lance un mandat d'arrêt international contre des ex-dirigeants de l'ancien régime d'IBK », Anadolu Agency,‎ (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]