Thyoné (lune)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thyoné
(Jupiter XXIX)
Type Satellite naturel de Jupiter
Caractéristiques orbitales
(Époque 14/07/2004, JJ 2453200.5[1])
Demi-grand axe 20 939 000 km
Excentricité 0,252 579 6[1]
Période de révolution 639,80 j[1]
Inclinaison 147,27615°[1] (par rapport à l'écliptique)
Caractéristiques physiques
Diamètre (à l'équateur) ~4 km
Masse ~9,0×1013 kg
Masse volumique moyenne ? 2,6 kg/m3
Gravité à la surface ~0,0015 m/s2
Période de rotation ? d
Albédo moyen 0,04
Température de surface ? K
Caractéristiques de l'atmosphère
Découverte
Découvreur Scott S. Sheppard,
David Jewitt et
Jan Kleyna[2]
Date de la découverte [2]
Publication [2]
Désignation(s)
Désignation [3]
Désignation(s) provisoire(s) S/2001 J 2

Thyoné (J XXIX Thyone) est un satellite naturel rétrograde de Jupiter. Elle fut découverte en 2001 par l'équipe de Scott S. Sheppard de l'université d'Hawaii le 11 décembre 2001 ; sa découverte fut publiée le 16 mai 2002, en même temps que celle de dix autres satellites de Jupiter[2].

Orbite[modifier | modifier le code]

Elle appartient au groupe d'Ananké, constitué de lunes irrégulières et rétrogrades qui orbitent Jupiter entre 19 300 000 à 22 700 000 km de distance à des inclinaisons variant de 145,7° à 154,8° et des excentricités allant de 0,02 à 0,28[4].

Dénomination[modifier | modifier le code]

Thyoné reçut son nom définitif le 8 août 2003[3], en même temps que dix autres satellites de Jupiter et 12 satellites de Saturne. Avant cela, sa désignation provisoire était S/2001 J 2, indiquant qu'elle était le 2e satellite de Jupiter imagé pour la première fois en 2001.

Elle tire son nom de l'une des conquêtes amoureuses de Zeus, Sémélé. Héra, ayant découvert l'infidélité de son mari, se vengea de Sémélé en la convainquant (ayant pris l'apparence d'une de ses servantes) de demander à Zeus qu'il lui révèle son véritable aspect divin. Le choc lui fut, bien entendu, mortel. Zeus récupéra l'enfant qu'elle portait de lui et le mena à terme dans sa cuisse. Ainsi naquit Dionysos. Plus tard, Dionysos alla chercher sa mère aux enfers et l'en sauva, la renommant Thyoné.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Natural Satellites Ephemeris Service », Minor Planet Center (consulté le 1er octobre 2015)
  2. a, b, c et d (en) Sheppard, S. S.; Jewitt, D. C.; Kleyna, J.; Marsden, B. G.; Jacobson, R., « Satellites of Jupiter », Circulaire de l’UAI, no 7900,‎ (résumé, lire en ligne)
  3. a et b (en) Green, D. W. E, « Satellites of Jupiter, Saturn, Uranus », Circulaire de l’UAI, no 8177,‎ (résumé, lire en ligne)
  4. (en) Jewitt, David C.; Sheppard, Scott; Porco, Carolyn, Jupiter's outer satellites and Trojans, vol. 1, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-81808-7, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]