Thubten Wangchen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thubten Wangchen
Image dans Infobox.
Thubten Wangchen, le .
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Thubten Wangchen (au fond, au centre), lors de la rencontre des parlementaires avec le dalaï lama à Toulouse en 2011
Thubten Wangchen et Grant Schreiber au Sommet mondial des lauréats du prix Nobel de la paix (en) en 2015

Thubten Wangchen (tibétain : ཐུབ་བསྟན་དབང་ཆེན, Wylie : thub bstan dbang chen), aussi appelé Thubten Wangcheng Sherpa Sherpa, né le 25 décembre 1954 au village de Kyirong (Xian de Gyirong, dans le Tibet chinois), est un moine tibétain de l'école bouddhiste des gelugpa, président-fondateur de la Casa del Tibet, président de la communauté tibétaine en Espagne et député du Parlement tibétain en exil. Il est aujourd'hui de nationalité espagnole.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thubten Wangchen naît en 1954 au Tibet, dans le village de Kyirong (« vallée heureuse », en tibétain)[1]. Sa mère, enceinte, est décédée dans un camp de travail chinois quand il avait quatre ans[2]. En 1959, il s'enfuit au Népal avec son père[3]. Il rejoint une l'école pour les réfugiés tibétains à Dalhousie en Inde[1].

À l'âge de seize ans, il décide d'entrer dans un monastère pour y approfondir l'étude de la philosophie bouddhiste. Il est admis à Namgyal, monastère du dalaï-lama à Dharamsala, en Inde du Nord, ville d'accueil du gouvernement tibétain en exil. Il passe onze ans à étudier le bouddhisme tibétain, ses rituels, cérémonies, danses, et construction de mandalas[1].

Fin 1981, il rejoint l'Espagne en tant que traducteur d'un lama tibétain. Par la suite, il organise des conférences, expositions et séminaires sur différents domaines de la culture tibétaine[1].

En 1989 et pendant trois ans, il est directeur du « Lama project », un programme de collecte par enregistrement vidéo d’enseignements traditionnels conservés par des lamas âgés[1].

Pour faire mieux connaître la culture et le bouddhisme tibétain, il fonde et préside la Casa del Tibet à Barcelone, inaugurée par le dalaï-lama en décembre 1994[1].

En 2000, la Casa del Tibet devint une fondation ayant pour but de promouvoir la culture tibétaine, les droits de l'homme au Tibet, et la solidarité avec les Tibétains en exil, en particulier dans des programmes d'éducation et de santé[1].

En septembre 2007, la fondation organise la visite du dalaï-lama à Barcelone. La conférence publique « L'Art du Bonheur » réunit plus de 10 000 personnes au Palau Sant Jordi dans la capitale[4].

Le 27 avril 2011, Thubten Wangchen est élu député du Parlement tibétain en exil, où il est l’un des deux représentants pour l’Europe de la diaspora tibétaine[5].

En novembre 2015, il participe au Sommet mondial des lauréats du prix Nobel de la paix (en) à Barcelone[6].

Engagement militant[modifier | modifier le code]

Plainte pour génocide contre le peuple tibétain[modifier | modifier le code]

À la suite du dépôt d'une plainte par le Comite de Apoyo al Tibet, la Casa del Tibet et Thubten Wangchen[7], le , la Cour nationale d'Espagne annonce qu'elle va instruire une enquête concernant l'implication de sept anciens dirigeants chinois, entre autres l'ancien président Jiang Zemin et l'ancien Premier ministre Li Peng, dans un génocide allégué au Tibet. Cette instruction est la conséquence d'un arrêté de la Cour constitutionnelle espagnole du qui autorise le traitement des plaintes pour génocides, même si elles n'impliquent pas de nationaux espagnols[8].

Après les troubles au Tibet en mars 2008, avec la Casa del Tibet et le Comite de Apoyo al Tibet (CAT), il dépose une plainte le 9 juillet 2008 devant la justice espagnole qui s'est déclarée compétente le 5 août, visant sept responsables politiques et militaires chinois[9].

Le , le Sénat espagnol limite la loi de compétence universelle, celle-ci ne devant plus s'appliquer qu'à des cas impliquant des Espagnols ou à des suspects présents sur le territoire de l'Espagne[10],[11]. Cependant, Thubten Wangchen possédant la nationalité espagnole, la procédure suit son cours[12].

En septembre 2010, avec la Casa del Tibet et le CAT, il saisit la cour n° 2 de l'Audiencia Nacional d'Espagne enquêtant sur le génocide et autres crimes qui auraient été commis au Tibet[13].

Le 10 octobre 2013, l'Audience nationale espagnole annonce qu'elle accepte d'étendre son enquête à Hu Jintao[14].

Le 19 novembre 2013, la Cour nationale espagnole a donné des ordres pour informer Hu Jintao de l'acte d'accusation et l'interroger sur sa politique au Tibet et a rendu un arrêt qui devrait entraîner l'émission de mandats d'interpellation de 5 anciens dirigeants chinois soupçonnés d'avoir bafoué les droits de l'homme au Tibet : Jiang Zemin, ancien président et secrétaire du Parti, Li Peng, Premier ministre lors de la répression au Tibet dans les années 1980 et au début des années 1990, Qiao Shi, ancien chef de la sécurité chinois et responsable de la Police armée du peuple pendant la période de la loi martiale au Tibet à la fin des années 1980 ; Chen Kuiyuan, secrétaire du Parti de la région autonome du Tibet de 1992 à 2001 et Deng Delyun (également connu sous le nom Peng Pelyun), ministre de la planification familiale dans les années 1990[15],[16].

Le 10 février 2014, la cour suprême espagnole demande l'émission d'un mandat d'arrêt international contre Jian Zemin, Li Peng et d'autres dirigeants pour génocide au Tibet[17].

Manifestation à Cannes en 2011[modifier | modifier le code]

Thubten Wangchen lors d'une conférence de presse le 2 novembre 2011 au sommet du G20

Souhaitant attirer l'attention sur la répression au Tibet oriental où des Tibétains s'immolent depuis mars 2001, une campagne internationale « Assez! Intervention mondiale pour sauver des vies tibétaines » s'est invitée au sommet du G20 le 3 novembre 2011, à Cannes, où un groupe de cinq femmes tibétaines manifestent. Sept militants dont Thubten Wangchen sont détenus[18].

Porteur de la Flamme de la Vérité[modifier | modifier le code]

Thubten Wangchen porte dans des pays européens la « Flamme de la Vérité »[19], une campagne débutée en Inde à l'initiative du Parlement tibétain en exil pour exprimer sa solidarité avec les Tibétains de l'intérieur du Tibet, où on dénombre alors 51 cas d'immolation depuis 2009. À la Pagode de Vincennes, près de Paris, il est accueilli par le sénateur André Gattolin, le conseiller régional d'Île-de-France Jean-Marc Brûlé, l'actrice Véronique Janot et des représentants d'associations de soutien au Tibet[20]. À Londres, il est reçu par Thubten Samdup, représentant du Bureau du Tibet et Fabian Hamilton, président du groupe parlementaire multipartite pour le Tibet[21]. À Bruxelles, il est reçu par les députés Thomas Mann, président du Tibet Intergroup au Parlement européen, et Tunne Kelam, ainsi que Ngodup Dorjee, représentant du Bureau du Tibet[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g NDPT Endorses Ven. Thupten Wangchen for Europe Chitue.
  2. Lisa Abend et Geoff Pingree, Tibetan genocide claims, The Christian Science Monitor, 2 mars 2006.
  3. José Luis Pérez Pont, Norberto Piqueras Sánchez, Geografías del desorden: migración, alteridad y nueva esfera social, Universitat de València, 2006 (ISBN 8437065569 et 9788437065564), p. 590.
  4. NDPT Endorses Ven. Thupten Wangchen for Europe Chitue.
  5. Lobsang Sangay, elegido primer ministro de los tibetanos en el exilio.
  6. Simonetta Trozzi, An indefinable quality. A talk with the Ven. Thubten Wangchen at the World Summit of Nobel Peace Laureates Barcelona 2015, 14 novembre 2015.
  7. Tibetan Genocide Victim to Testify before Spain's National Court, Phayul.com, 3 juin 2006 (the Nº 2 Central Court of the National Court of Spain).
  8. La justice espagnole se déclare compétente pour statuer sur une plainte pour « génocide contre le peuple tibétain »
  9. Spanish court to probe Chinese on Tibet deaths.
  10. La compétence universelle de la justice espagnole remise en cause, 7sur7, 13 mai 2009.
  11. Sharon Weill, De Gaza à Madrid, l’assassinat ciblé de Salah Shehadeh, Le Monde diplomatique, septembre 2009.
  12. Tibet: la justice espagnole va enquêter sur Hu Jintao pour "génocide", AFP, 11 octobre 2013
  13. (es) La Audiencia Nacional admite calificar como crímenes de guerra los presuntamente cometidos por dirigentes chinos, Europa Press, 4 avril 2011.
  14. La justice espagnole va enquêter contre Hu Jintao pour génocide au tibet, Le Monde, 11/10/2013.
  15. (en) Spanish court orders arrest of Chinese leaders including Hu Jintao, Phayul.com, 19 novembre 2013
  16. Jiang Zemin et Li Peng pourraient être arrêtés à l'étranger-Espagne, Reuters, 19 novembre 2013
  17. Tibet. L'Espagne demande l'arrestation de l'ex-président chinois, Ouest-France, 10 février 2014
  18. (en) Tibetans in Cannes make urgent appeal to G20 Leaders to Help End China's Repression in Tibet amid reports of a 12th self-immolation, 3 novembre 2011.
  19. (en) Chungdak Koren, Updates on the “Flame of Truth” European Tour, 7 septembre 2012.
  20. (en) Tibetan ‘Flame of Truth’ continues journey across North America and Europe, Phayul.com, 12 septembre 2012.
  21. (en) From London to Irkutsk, Flame of Truth continues journey, Phayul.com, 14 septembre 2012.
  22. (en) Flame of Truth sheds light in Brussels, Melbourne, Phayul.com, 18 septembre 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :