Thrombose veineuse superficielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une thrombose veineuse superficielle ou phlébite superficielle, appelée aussi périphlébite ou abusivement[1] paraphlébite, est l'occlusion ou l’inflammation d'une veine superficielle (dépendant de la veine saphène interne ou saphène externe).

Causes[modifier | modifier le code]

Les causes des phlébites profondes peuvent également le réseau superficiel[2] : immobilisation prolongée, cancers ou maladie constitutive de la coagulation....

Certaines causes sont plus spécifiques : traumatisme de la veine (en particulier si associé à une infection en cas d'utilisation pour un abord veineux : « veinite »), antécédents de phlébites superficielles, varices isolées ou dans le cadre d'une maladie post-phlébitique[2].

Description[modifier | modifier le code]

Elle se présente sous la forme d'une induration douloureuse avec rougeur. On peut palper un cordon douloureux.

Elle peut être isolée ou associée à une thrombose veineuse profonde[3].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le diagnostic est confirmé par une échographie Doppler veineuse qui pourra, par la même occasion, voir s'il existe une atteinte associée du réseau profond

Évolution[modifier | modifier le code]

L'évolution est habituellement favorable mais peut se compliquer dans 10 % des cas d'une phlébite profonde ou d'une embolie pulmonaire[4] entraînant la mise sous anticoagulants dans ces cas.

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement est symptomatique d'une part :

Une surveillance à la recherche d'une thrombose veineuse profonde et d'une embolie pulmonaire est nécessaire.

Un traitement par fondaparinux permettrait de limiter le risque de thrombose veineuse profonde et d'embolie pulmonaire[5],[6] mais sa balance bénéfice-risque ne semble pas favorable (son efficacité est limitée[7] et ses effets à long terme ne sont pas connus) et sa balance coût-efficacité est défavorable (surtout si on considère qu'un traitement de 45 jours est nécessaire)[8]. Les études nécessiteraient des critères d'inclusion plus large, une mesure de critères de jugements principaux plus pertinents. En France, la molécule a reçu une autorisation de mise sur le marché dans cette indication mais le niveau d'amélioration du service médical rendu (ASMR) est considéré comme nul[9], le risque de complication d'une thrombose veineuse superficielle étant faible[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cardiologie, Presses Universitaires Lyon,‎ 1999, p. 381
  2. a et b Nasr H, Scriven JM, Superficial thrombophlebitis (superficial venous thrombosis), BMJ, 2015;350:h2039
  3. Leon L, Giannoukas AD, Dodd D et al. Clinical significance of superficial vein thrombosis, Eur J Vasc Endovasc Surg, 2005;29:10-17
  4. Bertoletti L, Frappé P, Leizorovicz A, Quéré I, Becker F, Moulin N, Decousus H, « Épidémiologie et traitement des TVS des membres inférieurs [Epidemiologic and therapeutic advances in superficial venous thrombosis of the legs] » Rev Prat. 2011;61:1244-8. PMID : 22308808
  5. (en) Decousus H, Prandoni P, Mismetti P et al. CALISTO Study Group, « Fondaparinux for the treatment of superficial-vein thrombosis in the legs » N Engl J Med. 2010;363:1222-32.
  6. (en) Di Nisio M, Wichers IM, Middeldorp S, « Treatment for superficial thrombophlebitis of the leg » Cochrane Database Syst Rev. 2012;14;3:CD004982.
  7. a et b « Fondaparinux - Arixtra°. Thrombose veineuse superficielle isolée : pas enthousiasmant » Rev Prescrire. 2011;31(333):496.
  8. (en) Blondon M, Righini M, Bounameaux H, Veenstra DL, « Fondaparinux for isolated superficial vein thrombosis of the legs: a cost-effectiveness analysis » Chest. 2012;141:321-9.
  9. HAS, ARIXTRA 2,5 mg (fondaparinux), anticoagulant : Pas d’avantage clinique démontré dans la prise en charge des patients ayant une thrombose veineuse superficielle isolée, Saint-Denis, France, juin 2011.