Three Blind Mice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la poésie
Cet article est une ébauche concernant la poésie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Three Blind Mice
Description de cette image, également commentée ci-après

Partition de Three Blind Mice.

Chanson de Thomas Ravenscroft
Sortie Vers 1600
Genre Comptine

Three Blind Mice (littéralement « Trois souris aveugles »), est une comptine anglaise, publiée en Angleterre dans un recueil de poèmes en 1609.

Cette comptine a été écrite par Thomas Ravenscroft (né en 1582). Il n'était qu'un adolescent quand il l'a composée. Elle est identifiée par le Roud Folk Song Index (en) par le no 3753.

Dans plusieurs disciplines sportives qui ont trois arbitres (par exemple, le basket-ball et le hockey), Three Blind Mice est utilisé comme une expression péjorative pour les arbitres.

A la fin des années 1950, Al Melgard (en), organiste du Chicago Stadium, a décidé de saluer l'arbitre et les juges de ligne quand ils arrivaient sur la glace avant le début du jeu avec "Three Blind Mice". Cette pratique a pris fin rapidement après un ordre laconique du président de la LNH, Clarence Campbell[1].

Une chanson française correspondante a été composée par Françoise Morvan (dans Comptines de ma mère l'Oie, éditions Actes Sud junior, bilingue).

Paroles[modifier | modifier le code]

Texte original

Three blind mice,
See how they run,
They all ran after the farmer's wife,
Who cut off their tails with a carving knife,
Did you ever see such a sight in your life,
As three blind mice ?

Traduction française

Trois souris aveugles,
Voyez comme elles courent,
Elles couraient toutes après la femme du fermier,
Qui leur a coupé la queue au couteau à rôti,
Avez-vous rien vu de tel de votre vie,
Comme trois souris aveugles ?

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jim Bowman, « The 9-fingered Organist Who Kept Stadium Crowds On Their Toes », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]