Thors (Charente-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la commune homonyme de l'Aube, voir Thors (Aube).
Thors
Image illustrative de l'article Thors (Charente-Maritime)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saint-Jean-d'Angély
Canton Matha
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Matha
Maire
Mandat
Pierre Martineau
2014-2020
Code postal 17160
Code commune 17446
Démographie
Gentilé Thorsais
Population
municipale
441 hab. (2012)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 58″ N 0° 18′ 40″ O / 45.8327777778, -0.31111111111145° 49′ 58″ Nord 0° 18′ 40″ Ouest / 45.8327777778, -0.311111111111
Altitude Min. 18 m – Max. 36 m
Superficie 5,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Thors

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Thors

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thors

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thors

Thors est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes).

Ses habitants sont appelés les Thorsais et les Thorsaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Thors[2]
Matha
Prignac Thors[2] Sonnac
Mons

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est attesté sous la forme Torz en 1269[3].

Ce toponyme appartient à toute une série surtout propre au sud de la France contenant une racine tor- qu'Albert Dauzat et Charles Rostaing[4] recensent à l'article Thoiras (Torias 890) et dont font partie Le Thors (Vaucluse, Torum 1029) et Thors (Aube, Taurum 854, Tors 1085 - 1110). Ernest Nègre[5] y ajoute le Thor (Haute-Loire, commune Saint-Haon, le Tor 1240), etc.

Le H graphique apparait tardivement.

A. Dauzat et C. Rostaing[6] y voient un pré-latin *tor ou latin torus « éminence » et Ernest Nègre[7], l'occitan tòr, touor, touar « tertre, berge d'un fossé, bord gazonné d'un champ »

Thors (Aube, Taurum 854) admet probablement une autre explication qui semble être le nom du taureau (< latin taurus)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'état des paroisses de 1686 nous précise que la paroisse du Thors a pour seigneur monsieur le marquis de Pons, comporte 60 feux et que la terre y est bonne pour les grains et le vin[9].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Claude Bonnet    
2008 en cours Claude Bonnet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 441 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
332 344 328 374 407 432 428 450 454
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
452 428 453 435 411 437 436 403 356
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
328 321 300 302 407 386 379 385 441
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
456 460 441 454 456 411 395 397 418
2012 - - - - - - - -
441 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologiques des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud 1979. p. 676.
  4. Op. cité
  5. Toponymie générale de la France. 2. Formations non-romanes ..., Volume 2, Librairie Droz, Genève 1991. p. 1186.
  6. Op. cité.
  7. Op. cité.
  8. Ernest Nègre, Op. cité. p. 1334.
  9. Histoire passion
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :