Thomisidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thomisidae
Description de cette image, également commentée ci-après
Classification WSC
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Chelicerata
Classe Arachnida
Ordre Araneae
Sous-ordre Araneomorphae

Famille

Thomisidae
Sundevall, 1833

Synonymes

  • Aphantochilidae Thorell, 1873
  • Misumenidae Thorell, 1887
  • Stiphropodidae Simon, 1895
  • Xysticidae Dahl, 1912
  • Borboropactidae Wunderlich, 2004

Les Thomisidae (du grec θῶμιγξ / thômigx, « corde, fil ») sont une famille d'araignées aranéomorphes[1].

Elles sont regroupées avec les Philodromidae sous le terme d’araignées-crabes en raison de la longueur plus importante de leurs deux paires de pattes antérieures[2]. Le nom commun de certaines espèces est thomise. En français, le nom familier d'araignée-crabe est donné principalement à la Thomise variable (Misumena vatia)[3],[4].

Distribution[modifier | modifier le code]

Distribution

Les espèces de cette famille se rencontrent sur tous les continents sauf aux pôles[1].

Altitudinalement, on en trouve des bords de la mer Morte (Firmicus dewitzi[5]) au camp de base de l'Everest (Xysticus roonwali[6]), même si d'autres existent peut-être plus haut (on trouve des araignées jusqu'à 6 700 m d'altitude[7]).

Latitudinalement, il semblerait qu'elles soient présentes du nord du lac Hazen (Psammitis deichmanni[8]) et jusqu'au sud de la province de Santa Cruz (Xysticus silvestrii[9]).

Description[modifier | modifier le code]

Alcimochthes limbatus
Diaea dorsata
Misumena vatia
Misumenops tricuspidatus
Ozyptila praticola
Pistius truncatus
Runcinia affinis
Thomisus onustus
Xysticus ulmi

Plusieurs espèces sont mimétiques de diverses parties végétales (surtout les fleurs), qui leur servent de support pour la chasse à l'affût. En adoptant la couleur du substrat, ces araignées réalisent un camouflage visuel (homochromie adaptative qui prend quelques heures). Elles sont même capables d'émettre dans la gamme des UV, mimant ainsi les fleurs à étamines matures, ce qui attire plus les insectes[10].

Elles ont des pattes antérieures I et II plus fortes et plus longues que les postérieures III et IV et dirigées latéralement. Au lieu de la marche normale postéro-antérieure, elles adoptent une marche essentiellement latérale analogue à celle des crabes, d'où leur nom[11].

Paléontologie[modifier | modifier le code]

Cette famille est connue depuis le Paléogène[12].

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon World Spider Catalog (version 25.0, 30/01/2024)[1] :

Selon World Spider Catalog (version 23.5, 2023)[12] :

Systématique et taxinomie[modifier | modifier le code]

Cette famille a été décrite par Sundevall en 1833.

Cette famille rassemble 2 172 espèces dans 171 genres actuels[1].

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Sundevall, 1833 : Conspectus Arachnidum. Londini Gothorum, p. 1-39.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d World Spider Catalog (WSC). Musée d'histoire naturelle de Berne, en ligne sur http://wsc.nmbe.ch. doi: 10.24436/2, consulté le version 25.0, 30/01/2024
  2. Christine Rollard, Fascinantes araignées, éditions Quæ, , p. 81
  3. Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  4. Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  5. (en) Sergei Zonstein et Yuri M. Marusik, « Checklist of the spiders (Araneae) of Israel », Zootaxa, no 3671,‎ , p. 1-127
  6. (en) B. K. Tikader, « Zoological results of the Indian Cho You expedition (1958) in Nepal », Zoological Survey of India, Calcutta, vol. 8,‎ , p. 13-267 (lire en ligne)
  7. Sagarmatha National Park
  8. (en) R. E. Leech, « The spiders (Araneida) of Hazen Camp 81°49'N, 71°18'W », Quaestiones entomologicae, no 2,‎ , p. 153-212
  9. Eugène Simon, « Etude sur les Arachnides recueillis en Patagonie par le Dr. Filippo Silvestri », Bolletino del zoologia ed anatomia comparata dell R. Università di Torino, vol. 20, no 511,‎ , p. 1-18
  10. Alain Canard et Frédéric Ysnel, Les araignées, Editions Apogée, , p. 53.
  11. Michael John Roberts, Guide des araignées de France et d'Europe, Delachaux et Niestlé, , p. 89.
  12. a et b (en) Dunlop, Penney et Jekel, « A summary list of fossil spiders and their relatives », World Spider Catalog, Musée d'histoire naturelle de Berne,‎ (lire en ligne Accès libre [PDF]), version 23.5.