Thomas Vien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Vien
Thomas Vien
Image illustrative de l'article Thomas Vien
Fonctions
Président du Sénat du Canada
Prédécesseur Georges Parent
Successeur James Horace King
Sénateur de De Lorimier
Prédécesseur Raoul Dandurand
Successeur Raymond Pierre Eudes
Député d'Outremont
Prédécesseur Nouvelle circonscription
Successeur Léo Richer Laflèche
Député de Lotbinière
Prédécesseur Edmond Fortier
Successeur Joseph-Achille Verville
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Lauzon, Québec
Date de décès (à 91 ans)
Lieu de décès Montréal, Québec
Parti politique Parti libéral du Canada
Profession Avocat

Thomas Vien, né le 19 juillet 1881 et mort le 18 novembre 1972, est un avocat et homme politique canadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et carrière d'avocat[modifier | modifier le code]

Né à Lauzon dans la région de Chaudière-Appalaches, M. Vien étudia au Collège militaire royal du Canada situé à Kingston en Ontario et le droit au Collège de Lévis et à l'Université Laval. Devenu membre du Barreau du Québec en 1905, il pratiqua le droit dans plusieurs firmes d'avocats, dont à titre de partenaire senior de la firme montréalaise, Vien, Paré, Gould et Vien.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Député[modifier | modifier le code]

Élu député des Libéraux de Laurier dans la circonscription de Lotbinière en 1917, il sera réélu en 1921. Il ne se représenta pas en 1925. De retour en politique fédérale, il sera élu député libéral de la circonscription d'Outremont en 1935. Réélu en 1940, il démissionna en 1942 pour accepter le poste, offert par le premier ministre William Lyon Mackenzie King, de sénateur de la division de De Lorimier.

Sénateur[modifier | modifier le code]

Devenu sénateur, il servit comme président du Sénat de 1943 à 1945. Âgé de 87 ans, il démissionna de son poste de sénateur en 1968. Il mourut quatre ans plus tard à Montréal à l'âge de 91 ans.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son gendre, Robert-Benoît Major, fut député fédéral d'Argenteuil de 1968 à 1972.

Voir aussi[modifier | modifier le code]