Thomas Minder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thomas Minder
Fonctions
Conseiller aux États
En fonction depuis le [1]
Législature 49e (2011-2015)
Biographie
Date de naissance (54 ans)[1]
Lieu de naissance Schaffhouse, Suisse
Nationalité suisse
Parti politique sans étiquette
Profession Entrepreneur

Thomas Minder, né le 26 décembre 1960 à Schaffhouse[1], est un entrepreneur et homme politique suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Bienne et installé à Neuhausen am Rheinfall[1], Minder étudie à l'École supérieure de commerce de Neuchâtel et conclut ses études avec un MBA de l'Université Fordham de New York. Dans l'armée suisse, il est premier-lieutenant[1], commandant d'une compagnie de fusiliers. Célibataire, il est gérant et président du conseil d'administration de la société de cosmétiques Trybol AG basée à Neuhausen am Rheinfall. En 2001, la faillite de Swissair provoque la rupture d'un contrat d'un demi-million de francs que la compagnie aérienne avait avec la société, mettant celle-ci dans une situation financière très difficile. Thomas Minder sera marqué par cet évènement et dira que l'attitude des derniers dirigeants de Swissair (qui se verseront à l'avance plusieurs années de salaire[2], alors que leur compagnie était en faillite) l'a scandalisé et a changé «[son] regard sur le monde des affaires et la politique fédérale »[3].

Il est connu au niveau national pour avoir déposé en 2008 une initiative populaire fédérale « contre les rémunérations abusives », après avoir recueilli les 100 000 signatures nécessaires, approuvée par le peuple et les cantons le 3 mars 2013. Il est aussi l'élément déclencheur du vote d'une loi fédérale afin de mieux protéger la marque Suisse (de).

Il est élu aux élections fédérales de 2011 comme conseiller aux États sans étiquette politique, représentant le canton de Schaffhouse ; il siège au sein du groupe parlementaire de l'Union démocratique du centre. Avant son élection, il n'a occupé aucune fonction politique.

En 2013, il est dans le top 10 des personnalités politiques préférées des Suisses selon un sondage du Matin[4].

En 2014 il a apporté son soutien à l'initiative populaire fédérale de l'association Ecopop pour limiter l'immigration et la surpopulation, afin de protéger la nature et limiter le besoin de constructions nouvelles[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Biographie de Thomas Minder sur le site Web de l'Assemblée fédérale suisse.
  2. http://www.swissinfo.ch/fre/politique_suisse/Un_indigne_qui_a_lutte,_seul,_contre_tous.html?cid=35126062
  3. http://www.letemps.ch/Page/Uuid/ea155086-8407-11e2-ab5c-93fad3b5d0a7/Thomas_Minder_ou_le_s%C3%A9nateur_trouble-f%C3%AAte#.UUIgchxyFsV
  4. http://www.rts.ch/info/suisse/4724092-thomas-minder-entre-dans-le-cercle-des-politiciens-populaires.html
  5. L’initiative Ecopop devrait être balayée aux Etats, par Christine Talos, 19.03.2014 Tribune de Genève

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Thomas Minder » (voir la liste des auteurs).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :