Thomas Mesnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Thomas Mesnier
Illustration.
Thomas Mesnier en juin 2017.
Fonctions
Député de la Charente
Première circonscription
En fonction depuis le
(3 ans, 3 mois et 7 jours)
Élection 18 juin 2017
Législature XVe
Groupe politique LREM
Prédécesseur Martine Pinville
Biographie
Date de naissance (34 ans)
Lieu de naissance Barbezieux
Nationalité Française
Parti politique LREM (depuis 2017)
Diplômé de Université de Poitiers
Profession Médecin urgentiste
Site web www.thomasmesnier.fr

Thomas Mesnier, né le à Barbezieux, est un homme politique français.

Médecin urgentiste, il rejoint La République en marche (LREM), puis est élu député dans la première circonscription de la Charente lors des élections législatives de 2017. En , il intègre le bureau exécutif de LREM. En , il devient référent Santé pour le mouvement. Depuis 2020, il est rapporteur général de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale et du budget de la Sécurité sociale.

Famille et parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Thomas Mesnier grandit à Juignac en Charente[réf. nécessaire].

Durant ses études de médecine à l'université de Poitiers, il est un membre actif de l'Association nationale des étudiants en médecine de France[1].

En 2013, il devient médecin urgentiste au centre hospitalier d'Angoulême[2]. Il y exerce en tant qu'assistant spécialiste puis praticien hospitalier au sein des urgences et du SAMU/SMUR[3].

Lors de son élection comme député, il vit à Angoulême et est père d'un enfant[4].

Activité politique[modifier | modifier le code]

Au sein de LaREM[modifier | modifier le code]

Thomas Mesnier rejoint En marche ! en  ; il est coordinateur de la « Grande marche » en Charente durant l'été 2016[5],[6]. Référent départemental d'En marche ! en Charente[7], à partir d', il anime et fédère l'équipe départementale et les animateurs locaux sur le territoire et mène la campagne présidentielle en Charente[8].

Dans le cadre de la constitution du bureau exécutif de La République en marche, Thomas Mesnier et certains de ses collègues députés - notamment Richard Ferrand, Laetitia Avia et Pierre Person - rejoignent la liste n°4 composée d'élus locaux et de membres de la société civile. Cette liste considérée comme favorite fut victorieuse lors du vote interne au mouvement le [9].

En tant que membre du bureau exécutif, Thomas Mesnier exerce la fonction de délégué national à la jeunesse. Avec le soutien et la mobilisation des Jeunes avec Macron, il est chargé des enjeux relatifs à la jeunesse[10],[11].

A compter de , Thomas Mesnier devient référent Santé de LREM[12],[13]. Il est également chargé des questions de bioéthique au sein de LREM[14].

Mandat parlementaire[modifier | modifier le code]

Élection[modifier | modifier le code]

Il est investi par le parti dans la première circonscription du département, à l'occasion des élections législatives de 2017. Il arrive en tête du premier tour avec 38 % des voix, devançant largement la candidate de La France insoumise Martine Boutin et la députée sortante Martine Pinville (PS)[15]. Au second tour, il est élu député avec 59,95 % des voix face à Martine Boutin[15],[16].

Exercice du mandat[modifier | modifier le code]

En tant que parlementaire, Thomas Mesnier siège à la commission des Affaires sociales[17]. Au cours des premiers mois de la XVe législature, il s'investit principalement dans les sujets de santé.

Début , il est désigné par la commission des Affaires sociales rapporteur du projet de loi ratifiant l’ordonnance n°2017-644 du relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives au fonctionnement des ordres des professions de santé[4],[18].

Il est porte-parole du groupe LaREM pour le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018[1], et responsable du groupe LaREM pour celui de 2019[19].

Il est par la suite nommé délégué à l'accès aux soins par Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, dans le cadre du Plan d'accès aux soins lancé en . Thomas Mesnier et les deux autres délégués (la sénatrice Élisabeth Doineau et Sophie Augros, médecin généraliste) sont chargés « de porter le plan d'accès aux soins auprès des acteurs de terrain et de relayer les bonnes pratiques auprès du comité national de suivi des actions locales »[20]. Ils remettent leur rapport en [21].

Dans ce même cadre, Thomas Mesnier a été chargé par la ministre d'une mission pour l'amélioration des soins non programmés[22] dont les conclusions ont été remises à la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, le  : « Assurer le premier accès aux soins. Organiser les soins non programmés dans les territoires »[23].

En , il fait activement campagne pour l'élection de Gilles Le Gendre à la présidence du groupe LaREM[24],[25].

Le , l’Assemblée nationale le désigne rapporteur général du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé, dit « Ma Santé 2022 »[26]. Le député défend la nécessité du partage de tâches entre professionnels de santé et dépose dans ce sens plusieurs amendements[27], dont celui offrant la possibilité pour les pharmaciens de délivrer certains traitements sous protocole, en lien systématique avec le médecin traitant[28]. Après plusieurs mois de travail (40 heures d’auditions, 80 heures de débat à l’Assemblée nationale et 432 amendements adoptés), la loi n°2019-774 du relative à l’organisation et à la transformation du système de santé est adoptée au Parlement et publiée au JO du [29].

Le , dans le contexte de la crise des urgences, Thomas Mesnier se voit confier par le Premier ministre et la ministre des Solidarités et de la Santé une mission nationale de refondation des services d’urgences, dite « mission Urgences »[30]. Le Parisien le présente comme « l'auteur idéal » de ce rapport compte tenu de son « itinéraire professionnel » et de son « bagage politique »[2]. Menée conjointement avec le Professeur Pierre Carli, président du Conseil national de l’urgence hospitalière, leurs conclusions ont été rendues le 19 décembre 2019 avec la remise du rapport « Pour un Pacte de refondation des Urgences »[31] dans lequel ils proposent notamment de « mettre en place un numéro totalement dédié à la santé, qui se déclinerait en site Internet et application smartphone », le « 113 », comme l’explique le journal Le Monde[32].

Courant 2019, il est à l'origine, avec le soutien de LaREM Gilles Le Gendre, de la tenue de trois petits déjeuners, qu'il anime avec trois collègues, permettant à des députés de la majorité de débattre du projet de loi relatif à la bioéthique[33].

En mai 2020, avec le soutien du président du groupe LREM Gilles Le Gendre[34], il devient rapporteur général de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, ainsi que rapporteur général du budget de la Sécurité sociale, en remplacement d'Olivier Véran, devenu ministre des Solidarités et de la Santé[35].

Le 3 juin 2020, Thomas Mesnier est nommé rapporteur du projet de loi relatif à la dette sociale et à l’autonomie à l'Assemblée nationale[36] sur lequel il dépose un amendement visant à la création d’une cinquième branche « Autonomie » au sein du régime général de la Sécurité sociale[37].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Yann Guégan et Diane de Fortanier, « La galaxie LRM à l’Assemblée nationale », sur contexte.com, (consulté le 19 octobre 2018).
  2. a et b Jannick Alimi, « PMA, crises aux urgences : à la rentrée, ces députés vont faire parler d’eux », sur leparisien.fr, (consulté le 6 septembre 2019)
  3. Mélanie Domange et François Petitdemange, « Législatives : qui est Thomas Mesnier, le nouveau député LREM de la 1ère circonscription de la Charente? », sur francebleu.fr, (consulté le 26 juin 2017).
  4. a et b Sophie Brunn et Elodie Drouard, « « La parole est à M. Thomas Mesnier. » Les premières semaines d'un député En marche ! », sur francetvinfo.fr, (consulté le 7 mars 2018).
  5. « Thomas MESNIER », sur La République En Marche ! (consulté le 6 septembre 2019)
  6. « Thomas Mesnier, député en marche rapide », sur What's Up Doc, (consulté le 22 mai 2020)
  7. Ismaël Karroum, « Qui sont ces Charentais qui marchent pour Macron? », sur charentelibre.fr, (consulté le 26 juin 2017).
  8. « "La parole est à M. Thomas Mesnier" : les premières semaines d'un député En marche ! », sur Franceinfo, (consulté le 22 mai 2020)
  9. « THOMAS MESNIER EN MARCHE VERS LE BUREAU EXÉCUTIF DE LREM », sur charentelibre.fr, (consulté le 7 mars 2018).
  10. L'équipe de La République En Marche !, « Communiqué - Christophe Castaner présente les délégués nationaux du mouvement », sur en-marche.fr, (consulté le 7 mars 2018).
  11. « Les députés LREM Brigitte Liso et Thomas Mesnier racontent un an à l’Assemblée », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 22 mai 2020)
  12. « Thomas Mesnier - », sur La République En Marche ! (consulté le 6 septembre 2019)
  13. Le JDD, « Le député Thomas Mesnier, le médecin qui a inspiré le plan de Buzyn pour les urgences », sur lejdd.fr (consulté le 22 mai 2020)
  14. « PMA, GPA, accès aux origines, fin de vie : « Le gouvernement prend le pari de conduire un débat “apaisé” » », sur lemonde.fr, (consulté le 6 septembre 2019)
  15. a et b Coralie Roland, « Angoulême : Thomas Mesnier est élu député de la première circonscription de Charente », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 26 juin 2017).
  16. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  17. « Fiche député-Thomas Mesnier », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 7 mars 2018).
  18. « RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES SUR LE PROJET DE LOI ratifiant l’ordonnance n° 2017-644 du 27 avril 2017 relative à l’adaptation des dispositions législatives relatives au fonctionnement des ordres des professions de santé », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 7 mars 2018).
  19. Laure Equy et Lilian Allemagna, « Sur la CSG, la vraie-fausse fronde des députés LREM », sur liberation.fr, (consulté le 17 novembre 2018).
  20. « Communiqué de Presse : Plan accès aux soins : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, précise les missions des trois délégués à l’accès aux soins », sur solidarites-sante.gouv.fr (consulté le 7 mars 2018).
  21. « Rapport des délégués nationaux à l’accès aux soins », sur solidarites-sante.gouv.fr, site institutionnel, (consulté le 6 septembre 2019)
  22. Loan Tranthimy, « Le député médecin Thomas Mesnier planche sur les soins non programmés », sur lequotidiendumedecin.fr, (consulté le 7 mars 2018).
  23. « La remise du rapport de T. Mesnier à A. Buzyn, ministre de la Santé », sur Thomas Mesnier, (consulté le 6 septembre 2019)
  24. « L'élection du président du groupe LREM, un scrutin houleux pour la majorité », sur www.20minutes.fr (consulté le 6 septembre 2019)
  25. « La galaxie LRM à l’Assemblée nationale - Contexte », sur www.contexte.com (consulté le 6 septembre 2019)
  26. « Les députés Thomas Mesnier et Stéphanie Rist nommés rapporteurs sur le projet de loi de Santé • HOSPIMEDIA », sur www.hospimedia.fr (consulté le 6 septembre 2019)
  27. « Le projet de prescription par les pharmaciens fait débat », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 22 mai 2020)
  28. « Charente : Thomas Mesnier propose un amendement pour la délivrance de certains médicaments sans ordonnance », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 6 septembre 2019)
  29. « « Ma Santé 2022 » définitivement adoptée au Parlement ! », sur Thomas Mesnier, (consulté le 6 septembre 2019)
  30. « Urgences: Buzyn annonce une mission et un soutien financier aux services "en tension" », sur LExpress.fr, (consulté le 6 septembre 2019)
  31. ANNE BAYLE-INIGUEZ, « Le rapport Mesnier/Carli propose le 113 comme numéro unique santé, les libéraux inquiets », sur www.lequotidiendumedecin.fr, (consulté le 26 juin 2020)
  32. « Le pari du « 113 » pour diminuer la fréquentation des urgences », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juin 2020)
  33. Valentine Pasquesoone, « Boîte mail dédiée, petits déjeuners… Comment l'exécutif et la majorité tentent d'éviter les divisions en interne sur la bioéthique », sur francetvinfo.fr, (consulté le 20 mai 2020).
  34. « Thomas Mesnier, les réseaux d'une ascension éclair à la commission des affaires sociales », sur La Lettre A.fr, (consulté le 19 juin 2020).
  35. « Charente : Thomas Mesnier (LREM) élu rapporteur la commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale », sur sudouest.fr, (consulté le 22 juin 2020).
  36. Par Daniel RosenwegLe 10 juin 2020 à 06h11, « Une cinquième branche de la Sécu dédiée au grand âge dès 2021 », sur leparisien.fr, (consulté le 26 juin 2020)
  37. « Sécurité sociale : l’amendement du député charentais Thomas Mesnier adopté », sur SudOuest.fr (consulté le 26 juin 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]