Thomas Mesnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mesnier.

Thomas Mesnier
Illustration.
Présentant son écharpe tricolore.
Fonctions
Député de la Charente
Première circonscription
En fonction depuis le
(1 an, 7 mois et 29 jours)
Élection 18 juin 2017
Législature XVe
Groupe politique La République En Marche !
Prédécesseur Martine Pinville (PS)
Biographie
Date de naissance (32 ans)
Lieu de naissance Barbezieux
Nationalité Française
Parti politique LREM (depuis 2017)
Diplômé de Université de Poitiers
Profession Médecin urgentiste

Thomas Mesnier, né le à Barbezieux, est un médecin et homme politique français.

Membre de La République en marche (LREM), il est élu député dans la première circonscription de la Charente lors des élections législatives de 2017. En novembre 2017, il intègre le bureau exécutif de LREM.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thomas Mesnier grandit à Juignac, Montmoreau, puis Angoulême en Charente. Il vit actuellement à Angoulême et est père d'un enfant[1]. Durant ses études de médecine à l'université de Poitiers, il est un membre actif de l'Association nationale des étudiants en médecine de France[2]. En 2013, il devient médecin urgentiste au centre hospitalier d'Angoulême. Il y exerce en tant qu'assistant spécialiste puis praticien hospitalier au sein des urgences et du SAMU/SMUR[3].

Activité politique[modifier | modifier le code]

Thomas Mesnier rejoint le mouvement En marche ! en avril 2016. Il est ensuite coordinateur de la « Grande marche » en Charente durant l'été 2016. Référent départemental d'En marche ! en Charente[4], il est investi par le parti dans la première circonscription du département, à l'occasion des élections législatives de 2017. Il arrive en tête du premier tour avec 38 % des voix, devançant largement la candidate de La France insoumise Martine Boutin et la députée sortante Martine Pinville[5]. Le , il est élu député avec 59,95 % des voix face à Martine Boutin[5],[6].

Dans le cadre de la constitution du bureau exécutif de La République en marche, Thomas Mesnier et certains de ses collègues députés - notamment Richard Ferrand, Laetitia Avia et Pierre Person - rejoignent la liste n°4 composée d'élus locaux et de membres de la société civile. Cette liste considérée comme favorite fut victorieuse lors du vote interne au mouvement le 18 novembre 2017[7]. En tant que membre du bureau exécutif, Thomas Mesnier exerce la fonction de délégué national à la jeunesse. Avec le soutien et la mobilisation des Jeunes avec Macron, il est chargé des enjeux relatifs à la jeunesse[8].

Mandat parlementaire[modifier | modifier le code]

En tant que parlementaire, Thomas Mesnier siège à la Commission des affaires sociales[9]. Au cours des premiers mois de la XVe législature, il s'investit principalement dans des sujets de santé. Début juillet 2017, il est désigné par la Commission des affaires sociales rapporteur du projet de loi ratifiant l’ordonnance n°2017-644 du 27 avril 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives au fonctionnement des ordres des professions de santé[10]. Il est porte-parole du groupe LREM pour le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018[2], et responsable du groupe LREM pour celui de 2019[11]. Il est par la suite nommé délégué à l'accès aux soins par Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, dans le cadre du Plan d'accès aux soins lancé en octobre 2017. Thomas Mesnier et les deux autres délégués (la sénatrice Élisabeth Doineau et Sophie Augros, médecin généraliste) sont chargés « de porter le plan d'accès aux soins auprès des acteurs de terrain et de relayer les bonnes pratiques auprès du comité national de suivi des actions locales »[12]. Dans ce cadre, Thomas Mesnier a été chargé par la ministre d'une mission pour l'amélioration des soins non programmés dont les conclusions sont attendues au printemps[13].

Thomas Mesnier s'engage aussi pour l'égalité hommes-femmes. Il fait de cette cause un de ses engagements de campagne et, suite au mouvement #metoo, il co-signe une tribune au Monde dénonçant les comportements violents à l'encontre des femmes[14].

Parallèlement, il est notamment vice-président des groupes d'amitié avec le Royaume-Uni et la Corée du Sud et membre des groupes d'amitié avec l'Allemagne, la Belgique, le Canada, l'Espagne, le Maroc et la Tunisie[15]. Il est également vice-président des groupes d'études Fin de vie et jeux vidéo et membre des groupes d'études Santé et Numérique, Villes moyennes, et Droits de l'enfant et protection de la jeunesse. Il est membre titulaire du Conseil d'orientation de l'Agence de la biomédecine[16].

En septembre 2018, il fait activement campagne pour l'élection de Gilles Le Gendre à la présidence du groupe LREM[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sophie Brunn et Elodie Drouard, « « La parole est à M. Thomas Mesnier. » Les premières semaines d'un député En marche ! », sur francetvinfo.fr, (consulté le 7 mars 2018).
  2. a b et c Yann Guégan et Diane de Fortanier, « La galaxie LRM à l’Assemblée nationale », sur contexte.com, (consulté le 19 octobre 2018).
  3. Mélanie Domange et François Petitdemange, « Législatives : qui est Thomas Mesnier, le nouveau député LREM de la 1ère circonscription de la Charente? », sur francebleu.fr, (consulté le 26 juin 2017).
  4. Ismaël Karroum, « Qui sont ces Charentais qui marchent pour Macron? », sur charentelibre.fr, (consulté le 26 juin 2017).
  5. a et b Coralie Roland, « Angoulême : Thomas Mesnier est élu député de la première circonscription de Charente », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 26 juin 2017).
  6. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  7. « THOMAS MESNIER EN MARCHE VERS LE BUREAU EXÉCUTIF DE LREM », sur charentelibre.fr, (consulté le 7 mars 2018).
  8. L'équipe de La République En Marche !, « Communiqué - Christophe Castaner présente les délégués nationaux du mouvement », sur en-marche.fr, (consulté le 7 mars 2018).
  9. « Fiche député-Thomas Mesnier », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 7 mars 2018).
  10. « RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES SUR LE PROJET DE LOI ratifiant l’ordonnance n° 2017-644 du 27 avril 2017 relative à l’adaptation des dispositions législatives relatives au fonctionnement des ordres des professions de santé », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 7 mars 2018).
  11. Laure Equy et Lilian Allemagna, « Sur la CSG, la vraie-fausse fronde des députés LREM », sur liberation.fr, (consulté le 17 novembre 2018).
  12. « Communiqué de Presse : Plan accès aux soins : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, précise les missions des trois délégués à l’accès aux soins », sur solidarites-sante.gouv.fr (consulté le 7 mars 2018).
  13. Loan Tranthimy, « Le député médecin Thomas Mesnier planche sur les soins non programmés », sur lequotidiendumedecin.fr, (consulté le 7 mars 2018).
  14. collectif, « Des hommes « solidaires de #metoo » », sur lemonde.fr, (consulté le 7 mars 2018).
  15. « Fiche député-Thomas Mesnier » (consulté le 7 mars 2018).
  16. « Fiche député-Thomas Mesnier » (consulté le 7 mars 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]