Thomas Müller (football)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Thomas Müller (footballeur))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thomas Müller.
Thomas Müller
FIFA WC-qualification 2014 - Austria vs. Germany 2012-09-11 - Thomas Müller 01 edit.JPG
Thomas Müller avec l'équipe d'Allemagne en 2012.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Allemagne Bayern Munich
Numéro 25
Biographie
Nationalité Drapeau : Allemagne Allemand
Naissance (27 ans)
Lieu Weilheim in Oberbayern (Allemagne)
Taille 1,86 m (6 1)[1]
Période pro. Depuis 2008
Poste Milieu offensif / Attaquant / Ailier
Pied fort Droit
Parcours junior
Saisons Club
1993-2000 Drapeau : Allemagne TSV Pähl
2000-2008 Drapeau : Allemagne Bayern Munich
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
2008- Drapeau : Allemagne Bayern Munich 353 (152)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
2004-2005 Drapeau : Allemagne Allemagne U16 006 0(0)
2007-2007 Drapeau : Allemagne Allemagne U17 001 0(0)
2008-2008 Drapeau : Allemagne Allemagne U20 001 0(1)
2009-2009 Drapeau : Allemagne Allemagne espoirs 006 0(1)
2010- Drapeau : Allemagne Allemagne 079 (34)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 4 septembre 2016

Thomas Müller, né le à Weilheim in Oberbayern, est un footballeur international allemand. Il évolue au poste de milieu offensif, d'attaquant et de milieu droit.

En tant qu'espoir allemand, Müller s'est particulièrement révélé lors de la saison 2009-2010 au sein du Bayern Munich et en équipe d'Allemagne de football en s'imposant comme titulaire alors qu'il était pratiquement inconnu du grand public. Il remporte, cette année-là, le Championnat d'Allemagne de football, la Coupe d'Allemagne de football et dispute la finale de la Ligue des champions.

Lors de la Coupe du monde 2010, il termine à la fois meilleur buteur (avec 5 buts) et meilleur espoir de la compétition.

Durant la Coupe du monde 2014 organisée au Brésil, il marque cinq buts et permet à l'équipe d'Allemagne de remporter sa quatrième Coupe du monde en venant à bout de l'Argentine en finale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Thomas Müller nait le à Weilheim in Oberbayern, situé à une cinquantaine de kilomètres de Munich, en Bavière. Fils de Klaudia et de Gerhard Müller[2], il a un frère nommé Simon. Décrit comme « très gentil » et simple, Müller passe une enfance tranquille[2]. Tôt, il commence à jouer au TSV Pähl en 1993, âgé de trois ans[2]. Il y fait toute ses classes et montre l'étendue de son potentiel. Lors d'une saison où son club inscrit 160 buts, le jeune attaquant en marque cent et commence à attirer l'attention[3].

Il est finalement repéré par la cellule de recrutement du plus titré des clubs allemands, le Bayern Munich, où il signe en 2000, à l'âge de 10 ans et intègre le centre de formation[3].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Bayern Munich[modifier | modifier le code]

En mars 2008, Thomas Müller est intégré à l'équipe réserve du club bavarois et fait ses débuts en Regionalliga Sud, soit l'équivalent de la 3e division. L'ancien sélectionneur national alors entraîneur du Bayern Munich, Jürgen Klinsmann, l'appelle dans l'équipe première. Il fait ses débuts professionnels le 15 août 2008 à l'âge de 18 ans, lors du match comptant pour la première journée de la Bundesliga et opposant le Bayern Munich au Hambourg SV à l'Allianz-Arena.

Mais, c'est surtout dans l'équipe de Regionalliga Sud qu'il s'illustre en 2008-2009 en marquant 15 buts en 32 rencontres. Le 10 mars 2009, lors du huitième de finale retour de la Ligue des champions contre le Sporting Clube de Portugal, il entre à la 72e minute et marque à la 90e minute le dernier but du match et son premier but en professionnel.

Lors de la saison suivante, Louis van Gaal, le nouvel entraîneur du Bayern Munich intègre de nombreux jeunes du centre de formation au groupe professionnel: Diego Contento, Holger Badstuber et bien évidemment Thomas Müller. Ce dernier s'illustre dès le début de la saison en signant un doublé contre le Borussia Dortmund, le 12 septembre 2009, et trois jours plus tard contre le Maccabi Haifa en Ligue des champions. Thomas Müller devient l'un des joueurs les plus souvent titularisés[réf. nécessaire] par Louis van Gaal et rapidement, ses performances suscitent l'intérêt des médias. Au point même que Joachim Löw, le sélectionneur de l'équipe d'Allemagne déclare en octobre 2009 que Müller pourrait être retenu pour la Coupe du monde 2010[4].

Thomas Müller boucle sa première saison avec le Bayern Munich en remportant le Championnat d'Allemagne et la Coupe d'Allemagne, inscrivant 13 buts en 34 matchs, dont un triplé contre le VfL Bochum lors du match décisif pour la victoire finale en championnat. Le Bayern Munich réussit aussi à se qualifier pour la finale de la Ligue des champions contre l'Inter Milan. Néanmoins, il n'arrive pas à s'imposer face au club lombard entraîné par José Mourinho qui s'impose 2 à 0 au Stade Santiago Bernabéu de Madrid.

Thomas Müller manque pour sa première saison complète un triplé historique : Championnat-Coupe-Ligue des champions. En août 2010, Thomas Müller prolonge jusqu'en 2015 son contrat avec son club[5].

Les deux saisons qui suivent, Thomas Müller s'impose comme l'un des joueurs-clés de l'équipe[6]. Néanmoins, ces deux saisons sont vierges de titres. Même si son temps de jeu est quelque peu réduit lors de la saison 2011-2012 au profit de Toni Kroos, il s'illustre en marquant le seul but du Bayern Munich en finale de la Ligue des champions 2012. Néanmoins, ce but n'empêche pas la défaite des Bavarois face à Chelsea FC aux tirs aux but.

La saison 2012-2013 voit le Bayern renouer avec les succès : en inscrivant 13 buts et 14 passes décisives, Thomas Müller est l'un des grands artisans de la victoire en championnat avec son coéquipier le grand gardien de but Manuel Neuer. Tout aussi performant en Ligue des champions, il marque un doublé en demi-finales aller de la compétition contre le FC Barcelone, le 23 avril 2013. Il sera élu homme du match, avec certains sites lui donnant une note de 9/10[7]. Au match retour, il contribue une nouvelle fois grandement, toujours avec son coéquipier Manuel Neuer au succès 3-0 au Camp Nou, en marquant le troisième but de la rencontre. Le Bayern élimine finalement le Barça sur un score total de 7-0.

Le 25 mai 2013, il remporte avec son équipe la Ligue des champions en battant le Borussia Dortmund en finale, 2 à 1.

Le 10 décembre 2014, en inscrivant un penalty en Ligue des champions contre le CSKA Moscou, il devient le meilleur buteur de l'histoire du club dans la compétition et dépasse Giovane Élber et Mario Gómez avec 24 buts. Au mois d'avril 2015, Müller devient le meilleur buteur allemand de l'histoire de la C1 après un but contre le FC Porto et le Bayern parvient à se hisser en demi finale de la compétition malgré la défaite au match aller (victoire 6-1)[8]. À la fin de la rencontre, Thomas Müller se fait remarquer en prenant un microphone, chantant en communion avec le public après la victoire décisive[9]. Le mois suivant, il atteint la barre des 300 matches avec le Bayern au cours desquelles il a inscrit 119 buts[10]. Le 12 mai, son équipe s'incline en demi finale de Ligue des champions face au FC Barcelone malgré une victoire au match retour où le bavarois inscrit un but (3-2)[11].

Thomas Müller débute la saison 2015-2016 par la Supercoupe d'Allemagne, perdue aux tirs au but contre le VfL Wolfsburg[12]. Lors de la première journée de championnat, il inscrit un doublé contre Hambourg (5-0)[13]. Malgré ses bonnes performances, de nombreuses rumeurs de transfert affirment que Müller voudrait quitter Munich, pour aller dans un club comme Manchester United[14],[15],[16]. Le 29 août, Müller joue son 200e match en Bundesliga avec le Bayern et inscrit un doublé face au Bayer Leverkusen (3-0)[17]. Le 16 septembre, il inscrit un doublé contre l'Olympiakos en Ligue des champions. Müller totalise trente buts et devient le premier allemand à enchaîner huit saisons en marquant au moins un but dans la compétition[18],[19].

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Après avoir représenté à peu près toutes les sélections de jeunes allemandes, Thomas Müller est appelé pour la première fois chez les espoirs en août 2009 lors d'un match amical contre la Turquie. Il marque son unique but avec les espoirs allemands lors de la victoire des siens 11-0 contre Saint-Marin.

En octobre 2009, Joachim Löw, le sélectionneur de l'Allemagne annonce que Müller - qui n'a pourtant aucune sélection - pourrait être retenu pour la Coupe du monde 2010. Quelques semaines plus tard, Löw le sélectionne pour un match amical face à la Côte d'Ivoire. Cependant, le match est annulé, à la suite du suicide du gardien international allemand de Hanovre 96, Robert Enke, le 10 novembre 2009.

Le 26 février 2010, Joachim Löw le convoque de nouveau, pour un match amical contre l'Argentine, qui a lieu à l'Allianz-Arena, là-même où il évolue quotidiennement. Il dispute son premier match international le 3 mars 2010 mais l'Allemagne perd 1-0. Pour la petite histoire, invité à la conférence de presse d'après-match aux côtés du sélectionneur argentin, Diego Maradona, il provoque malgré lui la colère de ce dernier, outré de se retrouver en conférence de presse à côté d'un « ramasseur de balle »[20]. Maradona avoue plus tard ne pas savoir que Müller était un joueur.

À l'issue de la saison de championnat, Thomas Müller est retenu par Joachim Löw pour la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Il porte dans son dos le numéro 13 qui était celui du capitaine de la Mannschaft, Michael Ballack forfait pour le tournoi, et celui d'un autre Müller, Gerd Müller, l'une des légendes du football allemand. C'est lors du premier match de la compétition, le 13 juin 2010, qu'il inscrit son premier but international - et son premier but en Coupe du monde - contre l'Australie (victoire 4-0).

Le 27 juin 2010 en huitièmes de finale de la Coupe du monde, il marque un doublé et la Nationalmannschaft se qualifie pour les quarts de finales 4-1 contre l'Angleterre[21].

Le 3 juillet 2010, lors des quarts de finales, contre l'Argentine, il marque le premier but de la rencontre, son 4e lors de cette compétition et le 200e de l'histoire de l'Allemagne en Coupe du monde de la FIFA. L'Allemagne l'emporte sur le score de 4-0 avec un doublé de Miroslav Klose et se qualifie ainsi pour les demi-finales. Müller prend cependant un carton jaune et est suspendu pour la demi-finale. Son équipe perd la demi-finale contre l'Espagne sur le score de 1-0, but de Carles Puyol.

Le 10 juillet 2010, lors du match pour la troisième place, la petite finale, Thomas Müller et ses coéquipiers sont opposés à l'Uruguay. Les Allemands remportent le match 3-2 ; Müller qui a ouvert le score, marque son cinquième but de la compétition (trois passes décisives en tout). Il est par ailleurs élu « homme du match » et « meilleur espoir de la Coupe du monde 2010 » dès le lendemain. Il est aussi meilleur buteur à la fin de la compétition, totalisant 5 buts tout comme David Villa, Wesley Sneijder et Diego Forlán, mais il a effectué trois passes décisives ce qui le place en première position[22].

Au 23 mars 2013, Thomas Müller compte 41 sélections pour 13 buts marqués avec l'Allemagne.

Thomas Müller marqué un triplé dans le premier match de l'Allemagne de la Coupe du monde 2014 contre le Portugal le 16 juin 2014. L'Allemagne a remporté le match 4-0[23],[24]. Lors de la demi-finale se jouant contre le Brésil, pays organisateur, il marque le premier but de la rencontre. La Mannschaft s'impose sur le score sans appel de 7-1. Le 13 juillet, il est sacré champion du monde, la Nationalmannschaft remporte la finale après prolongation sur le score de 1-0 face à l'Argentine[25]. Müller termine deuxième meilleur buteur avec cinq buts derrière le colombien James Rodriguez (6 buts) et se trouve impliqué dans huit des 17 buts de son équipe[26].

Durant les éliminatoires de l'Euro 2016, Müller marque à neuf reprises et finit deuxième meilleur buteur derrière son coéquipier du Bayern, Robert Lewandowski. Naturellement convoqué pour l'Euro, il fait figure de grand favori avec la Mannschaft, championne du monde en titre et espère briller[27]. Malgré un parcours sans fautes et des performances convaincantes, les allemands sont stoppés en demi finale par la France, pays hôte, sur le score de 2-0. Müller, comme à l'Euro 2012, quitte la compétition sans avoir inscrit le moindre but[28].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Qualifié d'inclassable, Müller est un joueur polyvalent, capable d'occuper plusieurs postes. Il est souvent positionné milieu offensif droit mais peut aussi évoluer ailier ou attaquant. Cette facilité à s'adapter au positionnement de l'entraîneur, quel que soit le schéma tactique, fait de lui un titulaire fréquent.

« Thomas Müller fait différemment : il conceptualise son rôle. Lui est le “Raumdeuter”. L’interprète de l’espace. Un lego qu’on garde dans un coin et qu’on utilise pour finir la construction de l’édifice. Peu importe l’endroit, il sera forcément utile »[29]

Christophe Kuchly, Les Cahiers du Football.

Müller possède une variété technique rare chez un joueur de son profil. Dépassant les 1,85 m, il ne se démarque pas par ses courses, relativement lentes. Néanmoins, ballon au pied, il devient un redoutable dribbleur qui perce aisément les défenses. Finisseur, il marque de nombreux buts, même en étant reculé sur le terrain. Müller est également altruiste, distillant constamment des passes décisives.

Complet et efficace, Müller sait surtout se montrer précieux pour son équipe. En effet, il bonifie le jeu de ses partenaires et les place souvent dans des situations de buts.

« Étrangeté » dans le milieu du football, Müller est souvent considéré comme discret et en retrait. Son talent étant reconnu par ses pairs et la presse, il est pourtant moins exposé que des stars comme Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi[30].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Générales[modifier | modifier le code]

Statistiques de Thomas Müller au 3 juillet 2016[31]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Supercoupe UEFA Coupe du monde des clubs Drapeau : Allemagne Allemagne Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd
2008-2009 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich Bundesliga 4 0 0 0 0 0 - - - C1 1 1 0 - - - - - - - - - 5 1 0
2009-2010 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich Bundesliga 34 13 6 6 4 2 - - - C1 12 2 2 - - - - - - 8 5 3 60 24 13
2010-2011 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich Bundesliga 34 12 11 5 3 3 1 1 0 C1 8 3 2 - - - - - - 10 2 2 58 21 18
2011-2012 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich Bundesliga 34 7 8 5 2 1 - - - C1 14 2 1 - - - - - - 14 3 7 67 14 17
2012-2013 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich Bundesliga 28 13 11 5 1 2 1 1 0 C1 13 8 2 - - - - - - 9 3 3 56 26 18
2013-2014 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich Bundesliga 31 13 10 5 8 1 1 0 0 C1 12 5 1 1 0 0 1 0 0 13 9 3 64 35 15
2014-2015 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich Bundesliga 32 13 10 5 1 1 1 0 0 C1 10 7 3 - - - - - - 9 5 0 57 26 14
2015-2016 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich Bundesliga 31 20 5 5 4 3 1 0 0 C1 12 8 2 - - - - - - 13 5 2 62 37 12
Total sur la carrière 228 91 61 36 23 13 5 2 0 - 82 36 13 1 0 0 1 0 0 76 32 20 429 184 107

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Thomas Müller remporte son premier titre en 2010 en soulevant le trophée de la Bundesliga, avant de gagner la Coupe d'Allemagne et la Supercoupe d'Allemagne. En 2012, il remporte sa deuxième Supercoupe d'Allemagne. En 2013, le Bayern réalise le quintuplé Bundesliga, Coupe d'Allemagne, Ligue des champions, Supercoupe d'Europe et Coupe du monde des clubs FIFA[32]. En 2014, Müller remporte pour la troisième fois la Bundesliga avant d'accomplir le doublé en s’adjugeant Coupe d'Allemagne. En 2016, pour la quatième année consécutive, les bavarois remportent la Bundesliga ainsi que la Coupe d'Allemagne.

En sélection[modifier | modifier le code]

Müller, pour sa première participation à une compétition mondiale, termine troisième lors de Coupe du monde 2010. Lors de l'Euro 2012, les allemands finissent à la troisième place. Néanmoins, c'est en 2014 que la Mannschaft remporte son premier titre depuis 1996 en gagnant la Coupe du monde 2014.

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Müller a la particularité de jouer les chaussettes et protèges-tibia baissées, ce qui est rare depuis l'évolution de l'équipement[23],[33].
  • En août 2015, à la suite de l'attaque terroriste d'un train Thalys avortée par des Américains en France, Thomas Müller remercie l'un des « héros » qui portait son maillot lors des événements. Il affirme que : « Ce sont des héros. Et l'un d'entre eux portait mon maillot »[34]. Quelques jours après, Müller l'accueille au centre d'entrainement du Bayern et poste une photo où tout deux sont vêtus du maillot bavarois[35].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Müller sur le site de L'Équipe.
  2. a, b et c Jonathan Murciano, « Thomas Müller, de jeune prodige du foot à pilier de la Mannschaft », sur tf1.fr, TF1,‎
  3. a et b « Sur les traces de Thomas Müller, roi de Bavière », sur ouest-france.fr, Ouest France,‎
  4. « Löw pense convoquer Müller », sur allomatch.com,‎
  5. « Thomas Müller au Bayern Munich jusqu'en 2015 », sur fr.fifa.com,‎
  6. Jean-Romans Gaudriot, « Thomas Müller : Un minot au palmarès d'un presque grand », sur labeautedufootball.fr,‎
  7. « Bayern Munich - FC Barcelone les notes : Arjen Robben et Thomas Müller corrigent le barça », sur sport.gentside.com,‎
  8. Matthieu Margueritte, « Bayern : Thomas Müller, un empileur de records très discret », sur footmercato.net,‎
  9. « Thomas Müller et son microphone », sur sofoot.com. com,‎
  10. Swann Borsellino, « 30 bonnes raisons d'aimer Thomas Müller », sur sofoot.com,‎
  11. « Vidéo-Tous les buts de Bayern Munich - FC Barcelone (3-2) », sur metronews.fr,‎
  12. « Wolfsburg s'offre le Bayern Munich en Supercoupe d'Allemagne pour lancer sa saison », sur eurosport.fr,‎
  13. « Le Bayern étrille Hambourg (5-0) », sur lequipe.fr,‎
  14. « Bayern Munich : Müller aurait confié vouloir partir », sur goal.com,‎
  15. « Bayern : Müller intéressé par Man Utd ? », sur maxifoot.fr,‎
  16. Maxime Claudel, « Mercato ; Ibra reste, Bielsa au Mexique et Müller vers Manchester United », sur tf1.fr,‎ (consulté le 17 août 2015)
  17. « Müller et le Bayern corrigent le Bayer Leverkusen », sur 7sur7.be,‎
  18. « Un record pour Müller ! », sur canalplus.fr,‎
  19. « Müller, buteur régulier », sur sport24.lefigaro.fr,‎
  20. « Quand Maradona snobait Thomas Müller », sur lemonde.fr,‎
  21. « Thomas Müller héros d'Allemagne-Angleterre », sur espoirsdufootball.com,‎
  22. « Müller brille en simple », sur eurosport.fr,‎
  23. a et b « Le grand blond avec une chaussure d'or », sur itele.fr,‎
  24. (en) « Germany beat Portugal 4 – 0 », sur fifaworldcup14.net,‎
  25. « Coupe du monde : quatrième sacre pour l'Allemagne », sur lemonde.fr,‎
  26. « Coupe du monde 2014 : Thomas Müller, l'antistar a son étoile », sur rtl.fr,‎
  27. « Euro 2016. Thomas Müller, une revanche à prendre avec l'Euro », sur ouest-france.fr,‎
  28. Mathieu Aellen, « Euro 2016 - La malédiction Thomas Müller », sur francetvsport.fr,‎
  29. Christophe Kuchly, « Thomas Müller, le géomètre incompris », sur cahiersdufootball.net,‎ (consulté le 6 juillet 2016)
  30. « Müller, jamais mieux qu'à l'ombre », sur sofoot.com,‎
  31. « Statistiques de Thomas Müller (football) », sur espnfc.com
  32. Geoffroy Garétier, « 2013, l'année où le Bayern de Ribéry est devenu le nouveau Barça », sur blog.lefigaro.fr,‎
  33. Joachim Barbier, « Top 10 : Le Mondial en chaussettes baissées », sur sofoot.com,‎
  34. « Thomas Müller content que l'un des héros du Thalys porte son maillot », sur huffpost.com,‎
  35. « Le héros du Thalys a rencontré Thomas Müller », sur lequipe.fr,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :