Thomas Lainée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thomas Lainée
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Le chef-d'œuvre de Thomas Lainée, la façade de la chapelle des Pénitents noirs de la Miséricorde, à Avignon

Thomas Lainée (1682-1739), né à Paris, travailla d'abord comme employé au château de Versailles, puis comme architecte à Aix-en-Provence et à Avignon où il décéda[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il arriva en 1714 à Avignon. Il se vit confier les plans du futur Théâtre de la Comédie, sur l'actuelle place Crillon[2], puis la décoration de l'Hôtel de Costebelle qui était sis au no 23 de la rue Carnot[3] et enfin dessina les motifs des boiseries de l'Hôtel de Rochegude[4].

Au cours de l'année 1734, il prit en charge la réfection des bâtiments de l'Hôtel de Villeneuve[2] puis le 23 juin constata par écrit que le chantier du Théâtre de la Comédie était achevé et que tout était conforme « au devisse, bien et dument faict suivant l'ar »[5]. De 1736 à 1737, il travailla à la réfection de Notre-Dame de la Consolation, chapelle des Pénitents rouges d'Avignon, qui se situait au no 118 de la rue Carreterie[6].

Son dernier chantier et son chef-d'œuvre fut la façade de la chapelle des Pénitents noirs. Les travaux commencèrent le , mais l'architecte tomba malade et décéda après avoir pu fournir les plans nécessaires à la poursuite des travaux qui furent achevés par Jean-Baptiste Franque[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Girard, op. cit., p. 85.
  2. a et b Joseph Girard, op. cit., p. 226.
  3. Joseph Girard, op. cit., p. 289.
  4. Joseph Girard, op. cit., p. 330.
  5. Joseph Girard, op. cit., p. 227.
  6. Joseph Girard, op. cit., p. 306.
  7. Joseph Girard, op. cit., p. 278.
  8. Comédie d'Avignon Notice no PA00081890, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Hôtel Simiane d'Aix en Provence Notice no PA00081054, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. a et b Adrien Marcel, op. cit., p. 15 à 45.

Bibliographie[modifier | modifier le code]