Thomas James

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thomas James (homonymie) et James.
Thomas James
image illustrative de l’article Thomas James
Thomas James tel que figuré dans son missel, f.203r.
Biographie
Naissance ?
à Saint-Aubin-du-Cormier
Décès
à Dol
Évêque de l’Église catholique
Dernier titre ou fonction Évêque de Dol
Évêque de Dol
Évêque de Léon

Blason

Thomas James, fils de Pierre James, né à Saint-Aubin-du-Cormier au diocèse de Rennes, mort le 4 avril 1504 à Dol, est un évêque breton de la fin du XVe siècle. Évêque de Dol, il est aussi conseiller du pape et ambassadeur du duc de Bretagne.

Carrière ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Docteur in utroque jure, clerc à Saint-Malo, prieur de Saint-Jacques de Pirmil, Thomas James devint en 1477 archidiacre de Penthièvre dans le diocèse de Saint-Brieuc, cumulant parallèlement plusieurs paroisses et bénéfices dans les diocèses de Nantes, Rennes, Saint-Brieuc, Tréguier et Vannes.

Nommé évêque de Saint-Pol-de-Léon en janvier 1478 il prête serment au duc le 4 juillet de la même année, transféré à l'évêché de Dol le 28 mars 1482 par le pape Sixte IV, il prête de nouveau serment de fidélité au duc François II de Bretagne le 27 juin et fit sa soumission à la Chambre apostolique le 15 juillet suivant.

D'une grande piété, ce prélat donna au diocèse de Dol son premier missel imprimé. Il devait occuper ce siège épiscopal jusqu'à son décès survenu le vendredi 4 avril 1504. Il fut inhumé dans le transept septentrional de la cathédrale Saint-Samson, son neveu, Jean James, trésorier et chanoine de Dol, lui faisant élever un superbe tombeau.

Ce chef-d'œuvre sculpté par les frères Betti constitue le premier ouvrage d'art de style Renaissance en Bretagne. Autrement connus sous les noms d'Antoine (1479-1519) et Jean Juste (v. 1485-1549), ces florentins devaient par ailleurs réaliser le tombeau de Louis XII et Anne de Bretagne à la basilique royale de Saint-Denis.

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

Universitaire, docteur en droit civil et canonique, ce grand érudit, protégé du vitréen Pierre Landais (trésorier de Bretagne et conseiller de François II), devait mener une brillante carrière diplomatique dans la ville éternelle.

Conseiller de confiance et familier du pape Sixte IV à compter des années 1470, gouverneur du château Saint-Ange de 1478 à 1483, il devint tout naturellement ambassadeur du duc de Bretagne François II auprès du Saint-Siège au début des années 1480 et même secrétaire pontifical de 1487 à 1491 sous Innocent VIII.

Ces hautes responsabilités le mirent en relation avec l'humaniste Giulio Pomponio Leto (1425-1498) qui lui dédia plusieurs livres de grammaire, ainsi qu'avec Attavante degli Attavanti (1452-v.1520/1525), miniaturiste florentin, qui réalisa et illustra à son intention un magnifique missel conservé aujourd'hui par la bibliothèque municipale de Lyon.

Tombeau de Thomas James en la Cathédrale Saint-Samson de Dol

Armes[modifier | modifier le code]

Arme de Thomas James : « D'or, au chef d'azur chargé d'une rose d'or » (d'après le Missel de Thomas James, Bibliothèque municipale de Lyon)[1]

Le missel de Thomas James modifie curieusement les armes de sa famille : D'azur, au chef d'or chargé d'une rose de gueules; comme l'attestent les armoriaux. La maison natale de Thomas James à Saint-Aubin du Cormier (Ille-et-Vilaine) se nomme pour cette raison la maison de « la rose rouge ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chanoine Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray et Paris, René Haton, 1880-1886, 6 vol. in-8° br., couv. impr. (disponible sur Gallica).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]