Thomas Gomart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Thomas Gomart
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (45 ans)
PauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Domaine

Thomas Gomart, né en 1973[1], est un historien français des relations internationales, directeur de l'Institut français des relations internationales (IFRI) depuis avril 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève des lycées Jean-Baptiste-Say, Honoré-de-Balzac et Henri-IV, à Paris, Thomas Gomart a consacré ses premières recherches à l’histoire de l’Occupation. Il a soutenu sa thèse de doctorat à l’université Panthéon-Sorbonne (2002) : Double détente : les relations franco-soviétiques de 1958 à 1964, couronnée par le prix Jean-Baptiste Duroselle (Institut de France).

Son parcours universitaire et professionnel l’a conduit à acquérir une expertise sur l’espace post-soviétique complétée par une expérience internationale comme Lavoisier Fellow à l’Institut d'État des relations internationales de Moscou, Visiting Fellow à l’Institut d'études de sécurité de l'Union européenne (Paris) et Marie Curie Fellow au Department of War Studies[2] (King's College de Londres).

En 2004, il rejoint l’IFRI (Institut français des relations internationales) pour créer le centre Russie/Nei[3], ainsi que la collection numérique trilingue Russie.Nei.Visions.

Il a enseigné à l'université Paris-Est-Marne-la-Vallée (1er cycle : historiographie européenne), à l'université Panthéon-Sorbonne (3e cycle : violence symbolique) et à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (usage de la force dans les relations internationales et géopolitique de l’énergie). Il travaille également sur le concept de cyberpower[4].

Thomas Gomart intervient régulièrement dans les médias français (Le Monde, La Tribune, France Info, etc.) et étrangers (Nezavissimaïa Gazeta, Kommersant).

Publications[modifier | modifier le code]

  1. Édition
  2. Livres
  3. Chapitres
    • « Le projet de puissance de Vladimir Poutine (2000-2008): une lecture d'historien et d'expert », in Jean-Michel Guieu et Claire Sanderson, L'Historien et les relations internationales, Autour de Robert Frank, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, p. 87-95.
    • « De WikiLeaks à l'e-G8: le Web contre les États ou l'inverse ? », in T. de Montbrial et P. Moreau Defarges, Ramses 2012, Paris, Dunod, 2011, p. 108-111 (avec J. Nocetti)
    • « La diplomatie culturelle française à l’égard de l’URSS : objectifs, moyens et obstacles (1956-1966)»(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) , in J-F. Sirinelli et G-H. Soutou, Culture et Guerre froide, Paris, PUPS, 2008, p. 173-188
    • « Les services de renseignement français face à la menace soviétique au début des années soixante (1958-1964) », in B. Warusfel, Le Renseignement, Guerre, technique et politique (XIXe-XXe siècles), Paris, Lavauzelle-CEHD, 2007, p. 203-220
    • « Le dispositif du PCF dans les relations franco-soviétiques (1958-1964) », in M. Vaïsse, De Gaulle et la Russie, Paris, Cnrs éditions, 2006, p. 125-138
    • « Russie : trop-plein d’énergies ou d’inerties », in T. de Montbrial et P. Moreau Defarges, Ramses 2006, Paris, Dunod, 2005, p. 79-94
    • « Russie, Retour vers 2008 », in T. de Montbrial et P. Moreau Defarges, Ramses 2005, Paris, Dunod, 2004, p. 300-302
    • « Russie, Vladimir Poutine aux commandes », in T. de Montbrial et P. Moreau Defarges, Ramses 2004, Paris, Dunod, 2003, p. 328-330
    • « Les dilemmes de la coopération : prévention des conflits, gestion des crises et règlement des conflits », in D. Lynch, EU-Russian Security Dimensions, Paris, IES, Occasional Papers, no 46, July 2003, p. 20-41
  4. Articles (depuis 2003)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]