Thomas François Burgers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Burgers.
Thomas François Burgers
Thomas François Burgers
Thomas François Burgers
Fonctions
4e Président de la
république sud-africaine du Transvaal
1er juillet 187212 avril 1877
Prédécesseur M.W. Pretorius
Successeur Fonction abolie par l'annexion britannique du Transvaal
Biographie
Date de naissance 15 avril 1834
Lieu de naissance Langefontein, district de Graaff-Reinet,
Colonie du Cap
Date de décès 9 décembre 1881
Nationalité Flag of Transvaal.svg Sud-Africain (Transvaal)
Diplômé de Université d'Utrecht
Profession Pasteur chrétien

Thomas François Burgers
Présidents de la
république sud-africaine du Transvaal

Thomas François Burgers (15 avril 18349 décembre 1881) était un homme politique boer, président de la république sud-africaine du Transvaal en Afrique du Sud de 1872 à 1877.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plus jeune enfant de Barend et Elizabeth Burgers, Thomas Burgers nait en 1834 à Langefontein, une ferme du Camdeboo dans le district de Graaff Reinet, Colonie du Cap.

Après des études de théologie à l'Université d'Utrecht aux Pays-Bas, il devient en 1859 pasteur de Hanovre en Afrique du Sud. Personnalité éloquente, ses idées sont alors rationaliste et libérale. Il entre sur ce thème en conflit avec le synode de l'église réformée hollandaise concernant l'interprétation des versets de la Bible dont il refuse une approche par trop littérale. En 1862, il est accusé d'hérésie par le Synode. Condamné en 1864, il est suspendue de ses fonctions avant que la Cour suprême n'annule la décision du Synode et qu'il ne retrouvre sa fonction pastorale en 1865[1],[2].

Ayant obtenu le ralliement de nombreux boers de la république sud-africaine du Transvaal, il se présente aux élections présidentielles et est élu en 1871 à une large majorité par 2964 voix contre 388 à son adversaire. Il entre en fonction en 1872. Sous sa présidence est gravée la Burgerspond, la première pièce de monnaie de la république, avec son portrait sur le côté face.

Th.F. Burgers, vers 1877

Son mandat est marqué par sa volonté de construire une voie de chemin de fer reliant le Transvaal à la mer. En 1875, il fait un déplacement présidentiel en Europe pour tenter de lerver des fonds mais ses plans sont mis en échec par les Pedi du chef Sekhukhune, dont les terres sont convoitées pour faire passer le rail.

En 1877, Burgers est devenu impopulaire et son gouvernement insolvable. L'État est en faillite et très vite, la petite république boer est annexée sans coup férir par la Grande-Bretagne. Burgers se retire alors de la vie politique et s'établit dans la colonie du Cap où il meurt en 1881 à l'âge de 47 ans[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Burgers, Toneelen uit ons dorp
  2. a et b (en) de Jong-Goossens, « Menselijk en overtuigend: de dorpstonelen van Burgers », Maandblad Zuid-Afrika Maandblad Zuid-Afrika, vol. 85, no 4,‎ Avril 2008, p. 78–79

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Th.F. Burgers, Toneelen uit ons dorp, Den Haag, Henri J. Stemberg,‎ 1882
  • (en) Th.F. Burgers, Wium van Zyl (ed.), Tonele uit ons dorp, Kaapstad, Africana Uitgewers,‎ 2008
  • (en) Riet de Jong-Goossens, « Menselijk en overtuigend: de dorpstonelen van Burgers », Maandblad Zuid-Afrika, vol. 85, no 4,‎ Avril 2008, p. 78–79
  • (en) « Thomas François Burgers », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [lire en ligne]