Thomas Drake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drake.
Thomas Drake
Thomas drake 1783.JPG
Photo de Thomas Drake en 2014.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Armes
Distinctions

Thomas Andrews Drake est un lanceur d'alerte américain, né le en Louisiane. Vétéran décoré de l'US Navy, ce cadre supérieur de la National Security Agency (NSA) dénonce la corruption et la gestion déficiente du Trailblazer Project, ce qui lui vaut d'être accusé par le gouvernement fédéral américain d'avoir attenté à la sécurité nationale selon les termes de l'Espionage Act of 1917. Bien qu’encourant 35 ans de prison, il est finalement condamné pour un délit mineur, mais perd son emploi à la NSA.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Thomas Drake est un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, alors que sa mère a été l'une des secrétaires de l'écrivain Pearl Buck. Thomas entre dans l'US Air Force en 1979, où il devient un spécialiste de l'écoute électronique embarquée (Airborne Voice Processing), du fait de sa maîtrise de l'allemand. Il participe également à des missions de surveillance électronique (ELINT)[4]. C'est dans le cadre de ces missions qu'il est amené à observer les télécommunications de la RDA, État qu'il compare aux États-Unis des années 2000-2010 à cause de plusieurs décisions touchant la vie privée des citoyens américains depuis les attentats du 11 septembre 2001[5]. Il quitte l'Air Force en 1989. Il a aussi travaillé pour l'US Navy, où il est chargé d'analyser des informations pour le compte du National Military Joint Intelligence Center[6]. Selon The Washington Post, il aurait aussi travaillé pour la CIA[7]. En 1989, en tant que contractuel pour la NSA, il analyse des logiciels[8],[7]. Pour les programmes JACKPOT et LIBRARIAN, il mène des tests de qualité sur les logiciels utilisés. En parallèle, il poursuit des études universitaires[9],[10].

En 2000, une société travaillant dans l'informatique l'embauche comme spécialiste en qualité logicielle et consultant en TIC[11],[12]. À la fin de 2001, la NSA l'embauche à temps plein et l'assigne au Signals Intelligence Directorate à Fort Meade au Maryland. Il commence à travailler le , le jour des attentats sur le sol américain[13],[14],[15]. En 2002, il est nommé directeur d'une section logicielle qui fait partie du Cryptologic Systems and Professional Health Office. En 2003, il est nommé manager du Directorate of Engineering de la NSA. Il détient alors une habilitation Top Secret[13]. Pendant l'enquête du Congrès américain sur les attentats du 11 septembre, il témoigne des manquements de la NSA[7]. En 2006, il est assigné à la National Defense University (NDU)[7], où il est nommé à la chaire NSA et professeur adjoint en sciences du comportement de l'Industrial College of the Armed Forces (ICAF)[13], l'un des colleges de la NDU. Drake est obligé de démissionner de la NDU lorsque son habilitation est suspendue en 2007 ; il démissionne de la NSA l'année suivante[16],[13],[17]. Il est ensuite embauché par l'université Strayer mais il est obligé de quitter en 2010 lorsqu'il fait l'objet d'une poursuite judiciaire du gouvernement américain[17].

En , le gouvernement américain accuse Drake de négligence dans la manipulation de documents classés secrets. C'est l'un des rares employés du gouvernement américain à être accusé selon les termes de l'Espionage Act of 1917. Les défendeurs de Drake avancent plutôt qu'il a été persécuté pour avoir dénoncé la corruption et la gestion déficiente du Trailblazer Project[8],[16],[18],[19],[13],[20]. Ensuite, il trouve un emploi dans un magasin de la société Apple[7],[17]. Il fonde à cette époque la société de consultants Knowpari Systems[21].

Le , l'ensemble des 10 charges à son encontre sont abandonnées. Auparavant, Drake avait rejeté plusieurs propositions de peines parce qu'il refusait une « négociation de plaidoyer avec la vérité »[trad 1]. Il a plus tard plaidé coupable pour le seul délit d'avoir excédé l'autorisation d'utiliser un ordinateur[22]. Jesselyn Radack, qui l'a défendu, a qualifié ce geste de « désobéissance civile »[23].

En 2011, il reçoit le prix Ridenhour de la vérité[2] et est co-récipiendaire du Sam Adams Award for Integrity in Intelligence (SAAII). Lorsqu'il reçoit le SAAII, il dit (rappelant le discours de 1857 prononcé par Frederick Douglass, ancien esclave devenu éditeur) :

« Le pouvoir et ceux qui contrôlent ne concèdent rien […] sans une demande. Ils ne l'ont jamais fait et ne le feront jamais. […] Chacun d'entre nous doit continuer à exiger, à se battre, à tonner, à labourer, à lutter, à s'exprimer et à parler jusqu'à ce que justice soit faite, car là où il n'y a pas de justice, il ne peut y avoir de paix[trad 2],[5]. »

Dénonciation du Trailblazer Project et réponse du gouvernement[modifier | modifier le code]

Dans les murs de la NSA[modifier | modifier le code]

Description de cette image, également commentée ci-après

À la fin des années 1990 et au début des années 2000, la NSA souhaite de nouveaux outils pour recueillir des informations des systèmes de communications numériques, comme Internet. Drake participe aux débats de la NSA sur deux outils : le Trailblazer Project et le ThinThread project[20],[17]. Il fait partie d'un groupe, minoritaire, qui préfère le ThinThread project[17] parce que, en théorie, il protège le vie privée des citoyens américains même s'il recueille des informations utiles[7]. Le Trailblazer Project exige des milliards de dollars pour sa mise au point, dépassant de beaucoup les coûts du ThinThread project. À l'usure, Drake « a perdu ses illusions, [tout en] s'indignant »[trad 3] des problèmes qu'il observe à l'agence[7]. Vers l'année 2000, le grand patron de la NSA, le général Michael Hayden, préfère Trailblazer, annulant dans la foulée ThinThread. Le programme Trailblazer prend de l'ampleur, faisant appel aux services d'IBM, SAIC, Boeing, CSC et d'autres sociétés américaines[24].

Drake utilise les moyens légaux prescrits pour les employés fédéraux qui croient que des activités illégales se déroulent dans leur département[17]. Selon les termes des lois accordant protection aux lanceurs d'alerte, telle que l’Intelligence Community Whistleblower Protection Act, Drake se plaint en interne auprès des autorités désignées : à ses supérieurs, à l'Inspector General de la NSA (IG de la NSA), à l'Inspector General du département de la Défense (IG du DoD) et aux deux comités du Congrès des États-Unis chargés de la surveillance des agences de renseignements[25]. Il échange aussi régulièrement avec Diane Roark (les deux se sont rencontrés la première fois en 2000[7]), salariée du parti républicain auprès de l'United States House Permanent Select Committee on Intelligence[17] (dont la tâche principale est de surveiller les activités des agences de renseignement américaines qui font officiellement partie de la communauté du renseignement des États-Unis[26]). Roark est l'« expert du personnel » pour le budget de la NSA[20].

En , Roark et trois anciens cadres de la NSA, William Binney, J. Kirk Wiebe[27] et Ed Loomis[28], remplissent un rapport à l'intention de l'IG du DoD dénonçant des problèmes à la NSA, notamment le Trailblazer Project[7]. Drake est la source majeure des informations du rapport (il a d'ailleurs renseigné le DoD pendant l'enquête de ce dernier sur ces problèmes)[7]. Roark tente d'informer Porter Goss, alors président de l'United States House Permanent Select Committee on Intelligence[19]. Elle tente d'échanger avec William Rehnquist, le juge en chef des États-Unis[7]. Également, elle tente d'approcher David Addington, son ancien collègue républicain dans les années 1980 puis conseiller judiciaire du vice-président Dick Cheney à cette époque[15]. Un article du Washington Post révèle plus tard qu'Addington a rédigé, sur un appareil à l'épreuve de TEMPEST, des documents de nature technique et légale pour encadrer un programme illégal de surveillance de masse autorisé pendant l'ère de George W. Bush[29],[30],[31]. Aucun des trois hommes n'a répondu à ses requêtes.

En 2003, l'IG de la NSA[7] déclare que le Trailblazer Project est un échec coûteux[32]. Ses coûts excèdent à ce moment plus de 1 milliard de dollars[20],[25],[33],[34]. En 2004, l'IG du DoD produit un rapport final sur les enquêtes lancées à la suite des accusations de Roark et d'autres personnes. Pour l'essentiel, le rapport rapporte les mêmes problèmes. Le rapport mentionne que la NSA a été interdite pendant une certaine période de mettre en branle des projets excédant un certain montant de crainte que ce ne soit de l'argent perdu. Au moment de la production du rapport, le DoD n'envisage pas de le rendre public[28].

Dans un article du New Yorker paru en 2011, la journaliste Jane Mayer écrit que Drake pensait que la NSA était plus criminelle que l'ancien président américain Richard Nixon. Drake a parcouru les lois sur la divulgation d'informations et a conclu que s'il révélait à un journaliste des informations unclassified[note 1], le pire qu'il aurait à subir serait d'être renvoyé[15].

En , Drake contacte Siobhan Gorman du journal The Baltimore Sun, lui envoyant des courriels sur Hushmail et échangeant sur plusieurs sujets[20],[17]. Il déclare qu'il a pris beaucoup de précautions pour ne pas révéler des informations sensibles ou classifiées (c'est l'une des règles de base qu'il s'est donnée avant d'échanger avec la journaliste). Ces échanges se déroulent en 2005 et 2006[35]. Gorman écrit alors plusieurs articles sur les pertes, fraudes et abus de la NSA, mentionnant aussi le Trailblazer Project. Elle reçoit par la suite un prix de la Society of Professional Journalists pour une série d'articles démontrant les méfaits du gouvernement américain[20]. Le juge Richard Bennett, de la cour fédérale de district du Maryland, écrit plus tard « qu'il n'y a aucune preuve que le Journaliste A a rédigé des articles en s'appuyant sur des informations prétendûment classifiées découvertes dans la maison de M. Drake »[trad 4],[36].

En , des agents armés du FBI font des descentes dans les résidences de Roark, Binney et Wiebe, qui se sont plaints en 2002 auprès de l'IG du DoD[28]. Binney déclare par la suite que des agents ont menacé d'une arme sa femme et lui-même. Ça lui a rappelé l'Union soviétique[15]. Aucun des trois n'a été accusé. En , des agents du FBI font une descente dans la maison de Drake. Ses ordinateurs, des documents et des livres ont été saisis. Il n'a jamais été accusé d'avoir transmis des informations sensibles à qui que ce soit ; il a été accusé d'avoir « retenu »[trad 5] des informations[note 2],[14]. Le FBI demande à Roark de témoigner contre Drake, mais elle refuse[15]. Le FBI n'a jamais contacté la journaliste Gorman[7],[17].

Dans un premier temps, Drake collabore à l'enquête, déclarant au FBI les prétendues activités illégales de la NSA[15]. Le procureur Steven Tyrrell rédige entretemps une « ébauche de mise en accusation »[trad 6] contre Drake. Elle comprend entre autres l'accusation « d'avoir révélé des informations classifiées à un journaliste dans le but de conspirer »[trad 7]. Roark, Binney, Wiebe et Loomis (l'un des plaignants auprès de l'IG du DoD en 2002) auraient également été listés comme « co-conspirateurs non-accusés »[trad 8],[28]. En 2009, le procureur William Welch II se penche sur le dossier[7],[15] et modifie la mise en accusation. Des accusations ont été supprimées ainsi que le nom des co-conspirateurs. Les accusations restantes ne visent plus que Drake[28].

Les procureurs veulent que Drake plaide coupable mais il refuse car il se croit innocent des accusations[7]. Le gouvernement recherche sa collaboration dans les accusations contre les autres lanceurs d'alerte, ce qu'il refuse également[15]. Il s'explique lorsqu'il reçoit le prix Ridenhour de la vérité en 2011 :

« J'ai fait ce que j'ai fait parce que je crois sincèrement que mon devoir est envers le peuple américain […] Je savais que nous ne devions pas espionner les Américains et que nous devons rendre des comptes lorsque nous dépensons l'argent des contribuables américains[trad 9],[2]. »

Accusations[modifier | modifier le code]

En , Drake est accusé par un grand jury de Baltimore, au Maryland, de[8],[16],[18],[13] :

L'inculpation comprend plusieurs autres allégations ; la plupart ne sont pas directement liées aux accusations contre lui. Le document ne l'accuse pas explicitement d'avoir révélé, sans autorisation, des informations classifiées ; il n'a pas aussi été accusé en vertu de la clause 18 U.S.C. § 798 du U. S. Code (qui porte sur le SIGINT)[37]. L'inculpation détaille ses échanges avec Roark et Gorman, mais ne l'accuse pas explicitement pour ces communications[13]. Les noms de Gorman et Roark n'apparaissent pas dans le document, mais des journalistes ont confirmé ces noms[8],[20]. L'avocat de Roark a soutenu que l'inculpation comprend une « caractérisation erronée des faits » sur la relation de Roark et Drake[20]. Plus tard, Roark plaidera en faveur de Drake et des autres lanceurs d'alerte du Trailblazer Project[15].

Les accusations de « rétention volontaire » portaient sur cinq documents découverts dans la résidence de Drake et prétendûment « liés à la défense nationale »[trad 13]. Les cinq documents étaient respectivement appelés : « What a Success »[38], « The Regular Meetings », « Volume is our Friend », « Trial and Testing » et « Collections Sites »[39]. What a Success sera déclassifié quelques mois après que Drake soit inculpé. Selon une plainte officielle déposée par J. William Leonard, ancien directeur de l'Information Security Oversight Office, il n'aurait jamais dû être classifié[40]. Regular Meetings était marqué « UNCLASSIFIED » et publié sur NSANet (un intranet de la NSA), mais la poursuite a argué que le défendeur aurait dû savoir que le document était classifié. Plus tard, la défense de Drake a argué que les trois derniers documents se trouvaient parmi des milliers de documents qui n'étaient pas classifiés et son avocat a plaidé que Drake avait apporté de façon accidentelle, et non pas volontaire, les cinq documents à la maison[41].

L'accusation d'obstruction visait la suppression alléguée de documents par Drake alors qu'il savait que le FBI enquêtait sur des fuites dans les médias et que le FBI envisageait de rechercher les sources du journaliste Siobhan Gorman[13]. L'accusation de fausse déclaration était incluse parce que Drake avait dans un premier temps répondu aux questions du FBI sans la présence de son avocat. Selon l'une des fausses déclarations, il aurait emporté chez lui certains documents. Une autre fausse déclaration avançait qu'il aurait volontairement omis de dire qu'il avait transmis des documents classifiés à Gorman[18],[15]. La défense de Drake a souligné que même l'expert du gouvernement a déclaré que Drake n'avait pas détruit quelque preuve que ce soit. Elle a aussi précisé que Drake agissait prudemment et n'a jamais transmis d'information classifiée à Gorman ; plusieurs des documents en question ont été « rétroactivement classifiés »[trad 14] une fois que le FBI les a saisis chez lui[15],[42].

Les bureaux fédéraux qui participent à la mise en accusation sont la Public Integrity Section du DoJ, la Criminal Division du DoJ, la National Security Division du DoJ, le FBI et l'Office of Security & Counterintelligence de la NSA[18]. Drake est représenté par James Wyda et Deborah Boardman, deux public defenders (des avocats assignés par le gouvernement fédéral lorsqu'une personne ne peut couvrir les frais juridiques)[19],[43]. Drake, en tant que client du Government Accountability Project (GAP), un organisme de défense des lanceurs d'alerte, est conseillé par Jesselyn Radack. L'écrivain James Bamford, spécialiste de la NSA, agit à titre de consultant auprès des défendeurs[44],[45].

Le procureur du gouvernement, William Welch II, accusé d'outrage au tribunal et démis de ses fonctions lors du procès du sénateur Ted Stevens (qui est accusé de corruption ; le procès est arrêté pour vice de procédure[46]), sert dans un premier temps de conseiller senior en litiges (Senior Litigation Counsel)[47],[48]. John P. Pearson, de la Public Integrity Section du DoJ, officie en tant qu'avocat de procès (Trial Attorney) du gouvernement, alors que Lanny A. Breuer est chargé de la supervision de la poursuite[15]. Le juge fédéral Richard D. Bennett supervise les audiences et est responsable du dossier. Il fixe le procès à juin 2011[49],[50].

La poursuite judiciaire contre Drake a été couverte par The Washington Post, The New York Times, Agence France-Presse, Newsweek, Wired, The Washingtonian.com, Secrecy News de la Federation of American Scientists, Politico et d'autres périodiques[note 3]. Jesselyn Radack, en tant que représentante du GAP, a aussi présenté des aspects de cette affaire[51].

Le gouvernement fédéral américain a déclaré que la poursuite contre Thomas Drake ne visait pas à interdire aux fonctionnaires de rapporter des problèmes. Un porte-parole du DoJ a déclaré : « Les lanceurs d'alerte sont essentiels dans de nombreuses, nombreuses enquêtes des départements. Nous n'usons pas de représailles contre eux, nous les soutenons. […] Cette poursuite a été lancée sur le fond, et rien d'autre[trad 15],[52]. »

Poursuite judiciaire[modifier | modifier le code]

Au printemps 2011, des observateurs rapportent que les représentants du gouvernement ont agi pour restreindre l'accès public au procès, lequel est habituellement autorisé aux États-Unis. Ils ont agi selon les termes de la Classified Information Procedures Act (CIPA) qui vise à réduire la diffusion d'informations classifiées pendant les procès publics. Les procureurs ont aussi demandé l'application de la règle du témoin silencieux (les témoins doivent substituer certains termes par d'autres lorsqu'il s'agit de sujets sensibles). Le gouvernement fédéral américain n'utilise qu'occasionnellement cette règle ; sa légalité a été contestée en regard des cinquième et sixième amendements de la Constitution des États-Unis[53]. Le gouvernement a aussi déposé une pétition pour restreindre les contre-interrogatoires des témoins[54] dans le but d'empêcher les jurés de parcourir les articles du journaliste Siobhan Gorman, parus dans le journal Baltimore Sun, sur la NSA et le Trailblazer Project[55] et dans le but d'empêcher la défense d'argumenter ou d'introduire des preuves sur la dénonciation par les lanceurs d'alerte et sur l'excès de classification[56]. Par ailleurs, la poursuite a transmis à la cour des pièces à conviction sous scellés, pièces que la défense avaient déjà déposées[50],[57]. La poursuite a argué que la CIPA s'appliquait aussi aux documents qui n'étaient pas classifiés et a demandé à la cour de n'utiliser que des documents caviardés[58].

Selon le gouvernement fédéral américain, les articles du journaliste Siobhan Gorman parus dans le journal The Baltimore Sun portaient préjudice. « Le seul objectif de l'admission de ces articles de journaux était d'amener la NSA en cour[trad 16]. » Les procureurs ont aussi déclaré que la poursuite n'avait aucune obligation légale, selon l'Espionage Act of 1917[note 2], de démontrer que l'intention de Drake était d'attenter à la sécurité nationale. En ce qui a trait à l'excès de classification invoquée par la défense, le gouvernement a répliqué que cette revendication rendrait confus le jury et n'était donc pas pertinente en ce qui concerne les accusations[59]. Le gouvernement a aussi argué que n'importe quel débat lors du procès sur la définition du concept légal de l'action d'alerter ne serait probablement qu'un échange sans intérêt vis-à-vis les accusations.

Au début juillet, peu de temps après la diffusion d'un épisode de 60 Minutes — le 22 mai 2011 — sur Thomas Drake, le gouvernement abandonne toutes les charges contre Drake et renonce à demander une peine de prison en contre-partie d'un aveu de culpabilité pour abus d'utilisation des systèmes informatiques de la NSA, crime couvert par la Computer Fraud and Abuse Act.

Drake est condamné à un an de probation et du travail communautaire[60]. Lorsqu'il prononce la sentence, le juge Richard D. Bennett déclare que le gouvernement a été « déraisonnable »[trad 17] d'accuser une personne de crimes graves pouvant lui valoir 35 ans de prison, car la poursuite a abandonné toutes les charges importantes à la veille du procès[60]. Le juge a aussi rejeté la demande d'une grosse amende, faisant observer que Drake est financièrement dévasté à la suite du montant à verser aux avocats (82 000 US$), ainsi que de la perte de son fonds de pension et de son salaire annuel de 150 000 US$[60].

Après 2012[modifier | modifier le code]

Drake apparaît dans un épisode du Daily Show, le , pour échanger sur ses épreuves[61]. En septembre, il envoie un message audio pour signifier son appui au CryptoParty[62]. Le , il prononce un discours devant le National Press Club sur la communauté du renseignement américaine et son attitude envers les lanceurs d'alerte[63].

Edward Snowden suit l'exemple de Drake lorsqu'il fuite des informations sur les programmes de surveillance de la NSA[64]. Snowden préfère dénoncer publiquement plutôt que de passer par les canaux prévus par la loi à cause des représailles que Drake et d'autres lanceurs d'alerte ont subi. Son geste inspire John Crane, adjoint de l'IG du DoD chargé d'accompagner les lanceurs d'alerte, à devenir lanceur d'alerte lorsqu'il observe que l'IG du DoD a transmis illégalement l'identité de Drake au département de la Justice des États-Unis (DoJ)[65].

Après 2012, Drake commence à militer contre la surveillance massive de l'État (surveillance State), prononçant régulièrement des conférences et se prêtant aussi à des entrevues[66]. L'un des thèmes récurrents, surnommé « privacy exercise », commence ainsi : « Mettez votre existence complète dans une boîte — vos documents, vos comptes de banque, vos mots de passe, tout —, et donnez-la à un étranger — un compatriote américain — pour qu'il la garde en sécurité. Le feriez-vous ? »[trad 18] Il affirme que personne n'a encore répondu oui[67].

Lors d'une entrevue en , Drake revient encore sur les problèmes de la NSA, déclarant qu'ils sont chroniques et systémiques ; pour lui, il faut la démanteler puis la reconstruire complètement[68]. Le , Drake et William Binney, ancien directeur technique de la NSA, témoignent devant le comité parlementaire allemand qui enquête sur les écoutes électroniques de la NSA visant les hommes et femmes politiques allemands. Il décrit les liens étroits de la NSA et du BND, un service secret allemand[69],[70]. Le 10 novembre 2015, il apparaît sur un panel commandé par le PEN American Center ; le thème portait sur les « sources secrètes »[71].

Dans toute l'histoire des États-Unis, seules quatre personnes ont été poursuivies par le gouvernement fédéral américain pour « rétention volontaire d'information sur la Défense nationale »[trad 19],[note 2]. La plupart des poursuites portent sur la « transmission »[trad 20] de documents classifiés à des tierces parties, ce dont Drake n'a jamais été accusé. Cette clause de l'Espionage Act of 1917 a été ajoutée en 1950 à l'époque du maccarthysme, en tant que partie du McCarran Internal Security Act[25]. Anthony Russo et Daniel Ellsberg sont les premiers à être accusés de rétention volontaire dans le cadre de l'affaire des Pentagon Papers, qu'Ellsberg a transmis au New York Times, affaire qui a mené à une poursuite judiciaire en 1971 qui fait date aux États-Unis : New York Times Co. v. United States. Au terme de ce procès, la cour reconnaît entre autres le droit des médias de publier des informations sensibles. Les accusations contre Russo et Ellsberg ont été rejetées en 1972 à cause de l'inconduite du gouvernement fédéral. La seconde poursuite commence en 1985 contre Samuel Loring Morison, un analyste de l'US Navy qui a vendu des photos satellites à Jane's Defence Weekly ; il recevra la grâce présidentielle. La troisième poursuite, lancée en 2005, vise deux employés du lobby pro-Israël American Israel Public Affairs Committee et un employé du département de la Défense (DoD) : United States v. Franklin, Rosen, and Weissman. Seul l'employé du DoD a été condamné[8].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Thomas Drake apparaît dans le documentaire Silenced (2014)[72],[73] mis en nomination pour un Emmy Award en 2016. Explorant un thème semblable à Citizenfour, qui montre entre autres les actions entreprises à l'encontre d'Edward Snowden, Silenced a été sélectionné par plusieurs festivals de cinéma et a reçu plusieurs prix[74], avant d'être diffusé sur plusieurs réseaux de télévision câblée en mars 2015.

Toujours en 2014, la participation de Drake au programme Thinthread, les accusations ultérieures, la collaboration d'autres personnes (Roark, Binney, Wiebe et Loomis) et Edward Snowden sont les principaux sujets abordés dans le documentaire de PBS : United States of Secrets[75].

Drake apparaît à plusieurs reprises dans le documentaire Nothing to Hide (2016), qui se penche sur la surveillance de masse et la vie privée sur Internet (en)[76].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Thomas A. Drake » (voir la liste des auteurs).

Citations originales[modifier | modifier le code]

  1. (en) « plea bargain with the truth »
  2. (en) « Power and those in control concede nothing […] without a demand. They never have and they never will. […] Each and every one of us must keep demanding, must keep fighting, must keep thundering, must keep plowing, must keep on keeping things struggling, must speak out and must speak up until justice is served because where there is no justice there can be no peace. »
  3. (en) « disillusioned, then indignant »
  4. (en) « there is no evidence that Reporter A relied upon any allegedly classified information found in Mr. Drake's house in her articles »
  5. (en) « retaining »
  6. (en) « draft indictment »
  7. (en) « disclosing classified information to a newspaper reporter and for conspiracy »
  8. (en) « unindicted co-conspirators »
  9. (en) « I did what I did because I am rooted in the faith that my duty was to the American people […] I knew that you did not spy on Americans and that we were accountable for spending American taxpayer monies wisely. »
  10. (en) « Willful Retention of National Defense Information »
  11. (en) « Obstructing justice »
  12. (en) « Making a False Statement »
  13. (en) « related to the national defense »
  14. (en) « retroactively classified »
  15. (en) « Whistle-blowers are the key to many, many department investigations—we don't retaliate against them, we encourage them. […] This indictment was brought on the merits, and nothing else. »
  16. (en) « The only purpose for the admission of these newspaper articles is to put NSA on trial. »
  17. (en) « unconscionable »
  18. (en) « Put your entire life in a box, your documents, bank accounts, your passwords, everything—and give it to a complete stranger—a fellow American for safekeeping. Would you do it? »
  19. (en) « Willful Retention of National Defense Information »
  20. (en) « delivery »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aux États-Unis, le niveau « unclassified » n'est pas officiellement un classement, même s'il est reconnu dans certains cadres de classification. Il est appliqué à des documents gouvernementaux qui n'ont pas besoin d'être classifiés ou qui ont été déclassifiés. Il s'applique le plus souvent à des documents de conséquence faible, ce qui explique le peu d'intérêt de les protéger.
  2. a b c d e et f Cette accusation est portée en vertu du U. S. Code, Title 18, Part I, Chapter 37, § 793(e). Consulter (en) « 18 U.S.C. § 793(e) », sur Cornell University Law School, . (L'article 793(e) est une modification de l'Espionage Act of 1917 apportée par la McCarran Internal Security Act de 1950.).
  3. Consulter les autres références de cet article.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « USA v. Thomas A. Drake: Selected Case Files », FAS.org (sous la puce « Sentencing Memorandum (Redacted), July 11, 2011 », consulter exhibit C).
  2. a b et c (en) « The Ridenhour Prizes - Fostering the spirit of courage and truth », ridenhour.org (consulté le 12 mars 2011).
  3. (en) Dylan Blaylock, « Radack, Drake Win Sam Adams Award », Government Accountability Project, .
  4. (en) Tricia Bishop, « NSA employee accused of leaking information sentenced to probation  », The Baltimore Sun,‎ (lire en ligne).
  5. a et b (en) Whistle Blower Threatened with 35 Years in Prison, Warns of Developing Tyranny [Flash], Thomas Drake () Washington, D.C. : Sam Adams Associates for Integrity in Intelligence..
  6. (en) « USA v. Thomas A. Drake: Selected Case Files », Federation of American Scientists, (consulter Exhibit E, un fichier PDF).
  7. a b c d e f g h i j k l m n et o (en) Ellen Nakashima, Greg Miller et Julie Tate, « Former NSA executive Thomas A. Drake may pay high price for media leak », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  8. a b c d et e (en) Scott Shane, « Former N.S.A. Official Is Charged in Leaks Case », New York Times,‎ (lire en ligne).
  9. (en) « USA v. Thomas A. Drake: Selected Case Files », Federation of American Scientists, (consulter Exhibit F, un fichier PDF).
  10. (en) « 11th International Software Quality Week, (QW'98), Speaker Biographies », Software Research, Inc (soft.com), .
  11. (en) « Testing Software Based Systems: The Final Frontier » [PDF], Software Tech News, DoD, (consulté le 9 août 2010).
  12. (en) « Mr. Thomas A. Drake », zoominfo, (consulté le 9 août 2010).
  13. a b c d e f g et h « United States v Thomas A Drake. Criminal Indictment of Thomas A. Drake », US District Court, District of Maryland, Northern Division, (consulté le 17 avril 2010).
    La page comprend un lien qui permet de télécharger un fichier PDF des accusations contre Drake, qui provient du site jdsupra.com, lui-même téléchargé du site Justia.com.
  14. a et b (en) « USA v. Thomas A. Drake: Selected Case Files », fas.org, (consulté le 13 mars 2011) (consulter Government's Motion to Preclude Evidence of "“Whistleblowing” - PDF).
  15. a b c d e f g h i j k et l (en) Jane Mayer, « The Secret Sharer », The New Yorker,‎ (lire en ligne).
  16. a b et c (en) « Obama's Justice Department indicts NSA whistleblower  », Agence France-Presse, via rawstory.com,‎ (lire en ligne).
  17. a b c d e f g h et i (en) Scott Shane, « Obama Takes a Hard Line Against Leaks to Press », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  18. a b c et d (en) « Former NSA Senior Executive Charged with Illegally Retaining Classified Information, Obstructing Justice and Making False Statements  », Justice News, United States Department of Justice,‎ (lire en ligne).
  19. a b et c (en) Greg Miller, Spencer S. Hsu and Ellen Nakashima, with Carol D. Leonnig, Howard Kurtz and staff researcher Julie Tate, « Former NSA official allegedly leaked material to media  », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  20. a b c d e f g et h (en) Mark Hosenball, « Exclusive: House Republican Staffer Introduced Alleged NSA Leaker to Reporter », Declassified, Newsweek.com, (consulté le 17 avril 2010).
  21. (en) « Speaker: Thomas Drake: Web 2.0 Summit 2011 » (consulté le 11 novembre 2015).
  22. (en) Josh Gerstein, « Ex-NSA official takes plea deal  », Politico,‎ (lire en ligne).
  23. (en) Jesselyn Radack, « “Too Classified to Try”: Myth in Failed Drake Prosecution », Daily Kos blog, .
  24. (en) James Bamford, The Shadow Factory, Doubleday, , « Trailblazer ».
  25. a b et c (en) Scott Shane, « Obama Steps Up the Prosecution of Media Leaks », The New York Times,‎ , A1.
  26. (en) HPSCI, « History and Jurisdiction », United States House Permanent Select Committee on Intelligence, (consulté le 10 septembre 2013).
  27. (en) « NSA Whistleblowers William (Bill) Binney, J. Kirk Wiebe », Government Accountability Project (consulté le 27 avril 2013).
  28. a b c d et e (en) Shane Harris, « Indictment Continues Obama Administration's War on Leaks  », Washingtonian,‎ (lire en ligne).
  29. (en) Barton Gelman, « Conflict Over Spying Led White House to Brink », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  30. (en) « To What Extent Did the Government Monitor Phone, Internet Activity After 9/11? », PBS Newshour, (consulté le 29 juin 2013).
  31. (en) « NSA inspector general report on email and internet data collection under Stellar Wind », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  32. (en) Martin Sieff, « NSA's New Boss Puts Faith In Hi Tech Fixes », Space War, .
  33. (en) « Little-known contractor has close ties with staff of NSA », The Baltimore Sun, (consulté le 19 juillet 2010).
  34. (en) « Eight questions for Daniel Ellsberg », The Economist,‎ (lire en ligne).
  35. (en) Wired News, « NSA Executive Leaked After Official Reporting Process Failed Him », Wired News, (consulté le 28 décembre 2010).
  36. (en) « Order Regarding Admissibility Classified Information » [PDF], sur FAS.org, United States District Court for the District of Maryland, Northern Division, .
  37. (en) Steven Aftergood, « Former Official Indicted for Mishandling Classified Info  », Secrecy News,‎ (lire en ligne).
  38. (en) « What A Success e-mail message » [archive du ] [PDF], National Security Agency response to FOIA request, (consulté le 22 mars 2013).
  39. (en) « Indictment » [PDF], Federation of American Scientists, (consulté le 21 mars 2011).
  40. (en) Steven Aftergood, « Classification Complaint Arising from Thomas Drake Case Dismissed », Federation of American Scientists Secrecy news, (consulté le 22 mars 2013).
  41. (en) « Defense Memorandum in Support of DoD Inspector General Audit Documents » [PDF], Federation of American Scientists, (consulté le 21 mars 2011).
  42. (en) Jesselyn Radack, « Comment-Other reasons », Daily Kos, (consulté le 26 mai 2011).
  43. (en) Josh Gerstein, « Defense slams secret evidence plan in NSA leak case  », Politico, (consulté le 15 mars 2011).
  44. (en) Tricia Bishop, « Drake pleads guilty to misdemeanor in NSA espionage case  », The Baltimore Sun,‎ (lire en ligne).
  45. (en) « Jesselyn Radack biography », GAP (consulté le 10 juin 2011).
  46. AFP, « USA : l'État abandonne l'inculpation d'un ex-sénateur coupable de corruption », Le Parisien,‎ 1er avril2009 (lire en ligne).
  47. (en) Mike Scarcella, « DOJ Prosecutors Replaced in Post-Trial Stevens Litigation », www.law.com, (consulté le 12 mars 2011).
  48. (en) Leah Nylen, « Judge Lifts Civil Contempt Finding Against Stevens Prosecutors  », Main Justice, (consulté le 12 mars 2011).
  49. (en) Ellen Nakashima, « Checkpoint Washington - Setback in case against accused NSA leaker  », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  50. a et b (en) Josh Gerstein, « U.S. seeks to seal info in NSA leak case », politico.com, (consulté le 17 mars 2011).
  51. (en) « Why Thomas Drake Is Not an Enemy of the State  », The Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  52. (en) Scott Shane, « Obama Takes a Hard Line Against Leaks to Press  », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  53. (en) Josh Gerstein, « Defense slams secret evidence plan in NSA leak case  », politico.com (consulté le 17 mars 2011).
  54. (en) Government's Motion for an In Camera Hearing, February 25, 2011, Federation of American Scientists (lire en ligne [PDF]).
  55. (en) Josh Gerstein, « Justice Department plans to use secret code in leak trial », politico.com (consulté le 17 mars 2011).
  56. Consulter les documents judiciaires se trouvant sur le site de la Federation of American Scientists.
  57. (en) Exhibits A and B, for Document 71: Defense Response to Government's Motion to Exclude Discussion of Overclassification, Federation of American Scientists, (lire en ligne [PDF]).
  58. (en) Steven Aftergood, « In Drake Leak Case, Govt Seeks to Block Unclassified Info  », Federation of American Scientists, .
  59. (en) « Government's Reply in Support of Motion to Exclude Evidence of Overclassification  », FAS (consulté le 18 mars 2011).
  60. a b et c (en) « Transcript of Sentencing Proceeding, “United States of America v. Thomas A. Drake” », United States District Court of Maryland, (consulté le 8 août 2013).
  61. (en) « A Leak of Their Own - License to Spill », (épisode #17135).
  62. (en) « Cryptoparty », SoundCloud (consulté le 11 novembre 2015).
  63. (en) « NSA Whistleblower Discusses Intelligence Community », C-SPan, .
  64. (en) « How the Pentagon punished NSA whistleblowers », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  65. (en) Mark Hertsgaard, Felix Kasten, Marcel Rosenbach et Holger Stark, « Blowing the Whistle: Former US Official Reveals Risks Faced by Internal Critics  », Der Spiegel,‎ (lire en ligne).
  66. [vidéo] (en) « Thomas Drake (NSA Whistleblower) speaks at Restore the Fourth DC  », YouTube, (consulté le 11 novembre 2015).
  67. [vidéo] (en) « Whistleblowers, Part Two: Thomas Drake », YouTube, (consulté le 11 novembre 2015).
  68. (en) Jeff Stein, « Should the NSA be Dismantled? », Vocativ.com (consulté le 19 septembre 2013).
  69. (de) « Bundesnachrichtendienst “ein Wurmfortsatz der NSA”  », FAZ, .
  70. (de) « Ex-NSA-Mitarbeiter Drake: BND unterstützte Drohnenkrieg der USA », Der Spiegel,‎ (lire en ligne).
  71. (en) « Secret Sources: Whistleblowers, National Security, and Free Expression », PEN American Center (consulté le 26 novembre 2015).
  72. (en) « Silenced 2014  », sur IMDb, Internet Movie Database.
  73. (en) « Screenings Schedule  », sur Silence Documentary Film, Reframed Pictures, James Spione et al., .
  74. (en) « Silenced: A James Spione whistleblower documentary », sur Silenced Film 2014, Reframed Pictures, James Spione et al., .
  75. (en) « United States of Secrets  », PBS, .
  76. (en) « Nothing to Hide », sur IMDb.com, Internet Movie Database, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 28 novembre 2018 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 28 novembre 2018 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.