Thomas Béraud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Thomas Béraud
Fonction
Grand maître de l'ordre du Temple
-
Biographie
Décès
Activité
TemplierVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Armoiries Thomas Bérard.svg
blason

Thomas Béraud (ou Bérault ou Bérard) est un maître de l'ordre du Temple.

BIographie[modifier | modifier le code]

Il succéda, en 1256[3], au maître Renaud de Vichiers. Il était probablement italien, malgré quelques voix qui le disent anglais[4].

Il exerça ces hautes fonctions dans les plus tristes circonstances, tour à tour engagé dans les querelles de son ordre avec celui des Hospitaliers, et témoin des progrès du sultan Bibars El Bondoctar[5], qui, de proche en proche, réduisit les chrétiens de la Palestine à se renfermer dans les murs de Saint-Jean-d'Acre, dernier débris du Royaume de Jérusalem.

Le maître Thomas Béraud mourut le [6].

Les hommes de son temps[modifier | modifier le code]

Au cours de sa vie et comme maître de l'ordre du Temple, Thomas Béraud a côtoyé des hommes remarquables :

Références[modifier | modifier le code]

  1. J. Delaville le Roulx, Documents concernant les Templiers extraits des archives de Malte, Paris, , p. 26-30(n°19), disponible sur Gallica
  2. Pierre-Vincent Claverie, L'ordre du Temple en Terre Sainte et à Chypre au XIIIe siècle , catalogue analytique des actes relatifs à l’histoire de l’ordre en Terre Sainte et à Chypre aux XIIe et XIIIe siècles., vol. 3, Nicosie, Centre de Recherche Scientifique, coll. « Sources et études de l'histoire de Chypre », , 680 p. (ISBN 978-9-9630-8094-6, présentation en ligne), p. 143-144 (n°140) ; Jean Richard, « Le comté de Tripoli », Bibliothèque de L'école Des Chartes, vol. 130, no 2,‎ , p. 354 (lire en ligne)
  3. On trouve parfois 1252 sur la foi d'un document (lettre) supposée dater d'octobre 1252[1] mais qui date en fait de 1258[2].
  4. (de) Marie Luise Bulst-Thiele, Sacrae domus militiae templi hierosolymitani magistri, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, coll. « Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen. Philologisch-historische Klasse », , 416 p. (ISBN 3-525-82353-3, présentation en ligne), p. 232-233
  5. Appelé parfois Baybars selon les auteurs.
  6. Alain Demurger, Jacques de Molay - Le crépuscule des templiers, Paris, Payot & Rivages, coll. « Biographie Payot », , 390 p. (ISBN 2-228-89628-4), p. 63