Thoirette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Thoirette
Thoirette
Église de l'Assomption-de-la-Mère-de-Dieu.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Moirans-en-Montagne
Intercommunalité Petite Montagne
Statut Commune déléguée
Maire délégué Martine Matias
2017-2020
Code postal 39240
Code commune 39530
Démographie
Population 684 hab. (2014 en augmentation de 3.01 % par rapport à 2009)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 16′ 19″ nord, 5° 32′ 00″ est
Altitude Min. 275 m
Max. 635 m
Superficie 8,77 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Thoirette-Coisia
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Thoirette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Thoirette

Thoirette est une ancienne commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Le , elle fusionne avec Coisia pour former la commune nouvelle de Thoirette-Coisia.

Ses habitants sont appelés les Thoiretiens et Thoiretiennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Thoirette est située la plus dans le sud de la région de Franche-Comté et du département du Jura, au bord de l'Ain et près du confluent de la Valouse et de l'Ain.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Aromas Vosbles (Vosbles-Valfin), Cornod Coisia (Thoirette-Coisia) Rose des vents
N
O    Thoirette    E
S
Corveissiat (Ain) Matafelon-Granges (Ain)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée.

La commune tire son nom du château de Thoire qui est le berceau de la famille de Thoire. Cette maison du Bugey peut être mise au rang des maisons souveraines. Elle s’est alliée à celle des Beaujeu, Savoie, Bourgogne, Roussillon, des Baux, de Poitiers, de Genève etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Seigneurie[modifier | modifier le code]

Thoirette faisait partie du mandement de Montdidier. En revanche le territoire était scindé en plusieurs fiefs sans justices. Ces derniers appartenanient aux grandes familles nobles de la région comme celle de la Balme, de Dortans, de Cornod, de Vaugrineuse. En 1196 Étienne Ier de Thoire (vers 1178 –1235) épouse Agnès de Villars. Aux terres du Bugey, entre autres Cerdon, Montréal, Arbent, Matafelon, Beauregard, Belvoir des Thoire s’ajoutent une grande partie de la Bresse avec les terres dombistes des Villars qui comprenaient les seigneuries de Villars, du Châtelard, d'Ambérieux-en-Dombes et de Trévoux.

Entre 1790 et 1794, Thoirette absorbe la commune éphémère de Méligna[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2017 En cours Martine Matias DVD  

avril 2017:hervé brunet

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2001 Roger Sogno    
mars 2001 décembre 2016 Martine Matias[2] DVD  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 684 habitants, en augmentation de 3,01 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
155253280285580547586677595
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
601563546549551527541472490
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
435430377384386404388294238
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
205223234291427543617681684
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Maison natale de Xavier Bichat.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le pont
  • Maison natale de Xavier Bichat[7]

Voies[modifier | modifier le code]

63 odonymes recensés à Toirette
au 16 décembre 2013
Allée Avenue Bld Chemin Cité Côte Impasse Montée Parc Passage Place Pont Route Rue Autres Total
1 [N 1] 0 0 4 [N 2] 0 0 8 1 [N 3] 0 1 [N 4] 4 [N 5] 0 7 9 [N 6] 28 [N 7] 63
Notes « N »
  1. Allée des Thuyas.
  2. Chemin de la Boissière et Chemin du Moulin au hameau de Chaléa ; Chemin des Sapins et Chemin de Mélignat.
  3. Montée des Fontaines.
  4. Passage Louis Fernet.
  5. Place Aimé Gardette, Place Xavier Bichat, Place du Levant et Place Eugène Faury
  6. Dont Rue du 19-Mars-1962.
  7. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap & FNACA-GAJE du Jura

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

(par ordre chronologique de naissance)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « La commune de Méligna », sur Cassini (consulté le 18 février 2010)
  2. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Maison natale de Xavier Bichat », sur culture.gouv.fr (consulté le 16 mars 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]