This Is War

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour la chanson du même groupe, voir This Is War.
This Is War

Album de Thirty Seconds to Mars
Sortie
Enregistré 2008-2009
Los Angeles, Californie
Durée 60:07
Genre Rock alternatif, rock progressif
Producteur Flood
Label Virgin Records

Albums de Thirty Seconds to Mars

Singles

This Is War est le troisième album studio du groupe de rock Thirty Seconds to Mars, sorti en 2009. Il marque une évolution dans le son du groupe.

Historique[modifier | modifier le code]

En 2008, le groupe Thirty Seconds to Mars rompt son contrat avec Virgin Records en arguant que le contrat qu'ils avaient signé avec Immortal Records et qui a plus tard été repris par Virgin était de neuf ans alors que la loi californienne prévoit que les artistes ne peuvent pas être sous contrat exclusif pendant plus de sept ans. Virgin intente alors un procès au groupe[1]. Après presque un an de bataille juridique, pendant lequel le groupe commence l'enregistrement de son prochain album, les deux parties parviennent à un accord en avril 2009 et le groupe signe un nouveau contrat avec EMI, dont Virgin est une filiale[2]. L'enregistrement est long et difficile, le groupe ayant dû le réaliser sans l'aide d'un label pendant une grande partie du processus[3]. Fin avril, le groupe invite un millier de fans à participer à l'enregistrement des chœurs pour l'une des chansons de l'album (Kings and Queens)[4].

L'album marque une évolution dans le son du groupe qui, sans abandonner totalement ses influences hard rock et post-grunge, se tourne vers un son qui mêle rock électronique, rock gothique et rock progressif[5],[6]. Jared Leto estime que c'est un album-concept, empreint de spiritualité, sans aller jusqu'à le comparer à un opéra-rock[7]. Il ajoute que le style est plus expérimental, avec un son beaucoup plus électronique, que les précédents albums du groupe[8] et que l'album aborde des thèmes, comme l'optimisme ou la sexualité, qui étaient absents dans les autres[7].

Le premier single Kings and Queens est mis en ligne le 6 octobre 2009 sur le site web et le MySpace du groupe et est disponible à la vente une semaine plus tard. This Is War, chanson homonyme du titre de l'album, figure sur la bande originale du jeu vidéo Dragon Age: Origins qui sort en novembre. L'album est publié le 4 décembre et 2 000 pochettes différentes sont réalisées, avec chacune une photo que des fans du groupe ont envoyé et qui sont choisies par ses membres après une sélection[9]. Parmi celles-ci figurent des photos de célébrités comme Bam Margera, Kat Von D, Conan O'Brien, les membres du groupe Chevelle et Gape Saporta du groupe Cobra Starship[10]. L'album existe en édition deluxe, qui contient le CD et un DVD de 49 minutes. Le CD de cette édition contient la version de Bad Romance de Lady Gaga, interprété par le groupe, ainsi qu'une version de Hurricane avec la participation de Kanye West qui n'avait pas pu être intégrée sur la version standard en raison d'un conflit entre leurs maisons de disques respectives[11].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Certaines publications estiment que This Is War a reçu des critiques élogieuses lors de sa sortie[25],[26],[27],[28]. L'album obtient néanmoins un score mitigé de 55/100 sur le site Metacritic, sur la base de 10 critiques collectées[29].

Parmi les critiques positives, Victoria Durham, de Rock Sound, lui donne la note de 9/10, estimant que c'est un album « passionné, galvanisant et incroyablement focalisé »« l'ambition débridée » du groupe « repousse les limites et défie les perceptions » ce qui est « la marque de véritables visionnaires musicaux »[21]. Scott Heisel, de Alternative Press, lui donne 4 étoiles sur 5, affirmant que « This Is War brille comme un triomphe artistique pour Thirty Seconds to Mars »[13]. Daniel Lane, de Kerrang!, écrit « This Is War est un album incroyablement ambitieux. Leur campagne a peut-être juste commencé, mais, à ce rythme, l'histoire retiendra Thirty Seconds to Mars comme les vainqueurs »[17]. Pour August Brown, de Los Angeles Times, qui lui donne 4 étoiles sur 4, l'album est « combatif, sinistre, c'est, de tout ce qu'a fait ce groupe, ce qui laisse transparaître le plus de confiance en soi »[18]. Andy Greenwald, d'Entertainment Weekly, lui donne la note de B-, le nommant « 2012: The Album », en référence au film 2012 sorti un peu avant l'album, avec de « nombreuses ravissantes explosions » qui font que l'on ne se soucie pas de sa signification[15].

Parmi les critiques mitigées, Stephen Thomas Erlewine, de AllMusic, soutient que les « producteurs Steve Lillywhite et Flood, les deux vétérans de U2, donnent à l'album une échelle épique appropriée bien que le terme approprié semble inapproprié pour un mélange aussi maladroit de synth rock, de metal et de prog » et que l'album reste satisfaisant grâce à « sa variété auditive »[12]. Kevin Liedel, de Slant Magazine, lui donne 3 étoiles sur 5, estimant que le son se trouve « au croisement de Linkin Park et U2 » et que l'album ressemble à une pièce de théâtre avec « les chansons comme scènes et Jared Leto comme acteur principal »[23]. Mikael Wood, de Billboard, lui donne la note de 6/10, écrivant que quand « Jared Leto veut faire dans l'épique, il ne fait pas les choses à moitié » et qu'il « fait appel à des chœurs » dans presque toutes les chansons[14]. Arnaud De Vaubicourt, de Music Story, affirme que « même si des titres comme 100 Suns, Escape ou Alibi font de 30 Seconds to Mars un groupe largement estimable, d’autres tentatives de séduction, entre ésotérisme factice et sentimentalisme lourdaud, comme Vox Populi ou Hurricane, s’avèrent totalement ratées, voire insupportables à écouter » et que « le son est ample, véloce et puissant » mais que le groupe « n’inspire qu’un intérêt assez limité »[19].

Parmi les critiques négatives, Charles Aaron, de Spin, lui donne la note de 3/10, évoquant un album « grandiloquent » qui « amalgame avec insistance des bouts d'œuvres d'autres groupes dans un crescendo spécieux de méga-angoisse existentielle »[24]. Will Dean, du Guardian, lui donne 2 étoiles sur 5, trouvant que c'est un appel aux armes bien sage plein de « hurlements post-grunge de mauvais goût » et de « paroles faussement rebelles »[16]. Le magazine Rolling Stone estime que l'album « en fait des tonnes et est pompeux »[22].

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Toutes les paroles sont écrites et toute la musique est composée par Jared Leto sauf L490 écrite et composée par Shannon Leto.

This Is War
No Titre Durée
1. Escape 2:24
2. Night of the Hunter 5:41
3. Kings and Queens 5:48
4. This Is War 5:27
5. 100 Suns 1:58
6. Hurricane 6:13
7. Closer to the Edge 4:33
8. Vox Populi 5:42
9. Search and Destroy 5:38
10. Alibi 5:59
11. Stranger in a Strange Land 6:54
12. L490 4:26

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

Classements[modifier | modifier le code]

Liste des classements de ventes pour l'album This Is War
Pays Positions
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[30] 12
Drapeau de l'Australie Australie[31] 18
Drapeau de l'Autriche Autriche[31] 8
Drapeau de la Belgique Belgique Comm. fl.[31] 74
Drapeau de la Belgique Belgique Comm. fr.[31] 34
Drapeau de l'Espagne Espagne[31] 52
Drapeau des États-Unis États-Unis[32] 19
Drapeau de la Finlande Finlande[31] 19
Drapeau de la France France[31] 96
Drapeau de la Grèce Grèce[31] 44
Drapeau de l'Irlande Irlande[33] 51
Drapeau de l'Italie Italie[33] 19
Drapeau du Mexique Mexique[31] 39
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande[31] 9
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas[31] 31
Drapeau de la Pologne Pologne[33] 34
Drapeau du Portugal Portugal[31] 6
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[34] 15
Drapeau de la Suisse Suisse[31] 20

Certifications[modifier | modifier le code]

Liste des certifications pour l'album This Is War
Pays Ventes Certifications
Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 20 500 + Disque d'or Or[35]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 200 000 + Disque de platine Platine[36]
Drapeau de l'Australie Australie 35 000 + Disque d'or Or[37]
Drapeau de l'Autriche Autriche 10 000 + Disque d'or Or[38]
Drapeau de la Belgique Belgique 60 000 + Disque de platine 2 × Platine[39]
Drapeau des États-Unis États-Unis 500 000 + Disque d'or Or[40]
Drapeau de l'Irlande Irlande 7 500 + Disque d'or Or[35]
Drapeau de l'Italie Italie 30 000 + Disque d'or Or[41]
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 7 500 + Disque d'or Or[35]
Drapeau de la Pologne Pologne 20 000 + Disque de platine Platine[42]
Drapeau du Portugal Portugal 30 000 + Disque de platine 2 × Platine[43]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 300 000 + Disque de platine Platine[44]

Crédits[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Chris Harris, « 30 Seconds To Mars' Jared Leto Says $30 Million Lawsuit Against Band Is 'Ridiculously Overblown' », MTV (consulté le 14 octobre 2012)
  2. (en) James Montgomery, « Exclusive: 30 Seconds To Mars Talk Settlement With EMI », MTV (consulté le 14 octobre 2012)
  3. (en) James Montgomery, « 30 Seconds To Mars: 'We Killed Ourselves To Make This Album' », MTV (consulté le 14 octobre 2012)
  4. (en) James Montgomery, « 30 Seconds To Mars Talk Fan Summit », MTV (consulté le 14 octobre 2012)
  5. (en) Stephen Erlewine, « This Is War Review », AllMusic (consulté le 14 octobre 2012)
  6. (en) Sara Anderson, « 30 Seconds to Mars 'This Is War' - New Album », AOL Radio (consulté le 14 octobre 2012)
  7. a et b (en) James Montgomery, « 30 Seconds To Mars Get Deep, Dirty On This Is War », MTV (consulté le 15 octobre 2012)
  8. (en) Chris Harris, « 30 Seconds To Mars Sing About Survival on "This Is War" », Rolling Stone (consulté le 15 octobre 2012)
  9. (en) James Montgomery, « 30 Seconds To Mars' Album Cover Art Includes Cobra Starship's Gabe Saporta », MTV (consulté le 15 octobre 2012)
  10. (en) Sean Ferguson, « This Is War », sur blindingloud.com (consulté le 15 octobre 2012)
  11. (en) « Failure Fan Jared Leto », sur contactmusic.com (consulté le 14 octobre 2012)
  12. a et b Stephen Thomas Erlewine, « This Is War – Thirty Seconds to Mars », sur AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 24 mai 2014)
  13. a et b (en) Scott Heisel, « This Is War (2009) », Alternative Press, no 258,‎ , p. 91
  14. a et b Mikael Wood, « 30 Seconds to Mars, "This Is War" », Billboard, (consulté le 24 mai 2014)
  15. a et b Andy Greenwald, « This Is War (2009) », Entertainment Weekly, (consulté en 24 mai de 2014)
  16. a et b Will Dean, « This Is War », The Guardian (consulté le 31 mai 2014)
  17. a et b (en) Daniel Lane, « This Is War (Virgin) », Kerrang!,‎ , p. 50
  18. a et b August Brown, « This Is War », Los Angeles Times,‎
  19. a et b Arnaud De Vaubicourt, « Chronique de This Is War », Music Story (consulté le 15 octobre 2012)
  20. « This Is War », Q,‎ , p. 117
  21. a et b Victoria Durham, « This Is War », Rock Sound (consulté le 15 octobre 2012)
  22. a et b (en) « This Is War - Review », Rolling Stone, no 1093,‎
  23. a et b (en) Kevin Liedel, « This Is War Review », Slant Magazine (consulté le 15 octobre 2012)
  24. a et b (en) Charles Aaron, « This Is War Review », Spin (consulté le 15 octobre 2012)
  25. (en) Sophie Schillaci, « Thirty Seconds to Mars to Earn Guinness Records Title for Most Shows Performed During a Single Album Cycle », The Hollywood Reporter, (consulté le 24 mai 2014)
  26. (en) David Hall, « Thirty Seconds to Mars rises to new heights », Orange County Register, (consulté le 24 mai 2014)
  27. « 30 Seconds To Mars Announce Spring Dates », Alternative Addiction, (consulté le 24 mai 2014)
  28. Michel Dussack, « Thirty Seconds To Mars 12/7 Hammerstein Ballroom NYC Review », The Audio Perv, (consulté le 24 mai 2014)
  29. (en) « This Is War », Metacritic (consulté le 22 mai 2014)
  30. (de) « 30 Seconds to Mars - Longplay Chartverfolgung », sur musicline.de (consulté le 15 octobre 2012)
  31. a b c d e f g h i j k l et m « Thirty Seconds to Mars - This Is War », sur lescharts.com (consulté le 15 octobre 2012)
  32. (en) « 30 Seconds to Mars - Billboard 200 », Billboard (consulté le 15 octobre 2012)
  33. a b et c (en) « This Is War Album Performance », sur acharts.us (consulté le 15 octobre 2012)
  34. (en) « Thirty Seconds to Mars - Albums », sur officialcharts.com (consulté le 15 octobre 2012)
  35. a b et c (en) Nuno Saque Ferreira, « Thirty Seconds to Mars ‘This Is War’ Album Certified Gold in the U.S. », AltSounds, (consulté le 15 octobre 2012)
  36. (de) « Gold-/Platin-Datenbank This Is War », sur musikindustrie.de (consulté le 15 octobre 2012)
  37. (en) « ARIA Charts - Accreditations - 2010 Albums », Australian Recording Industry Association (consulté le 15 octobre 2012)
  38. (de) « Gold & Platin - 30 Seconds to Mars », sur ifpi.at (consulté le 6 mars 2013)
  39. (en) Krita Coelho, « Thirty Seconds to Mars: expect the unexpected », Gulf News, (consulté le 15 octobre 2012)
  40. (en) « Searchable Database - 30 Seconds to Mars », RIAA (consulté le 15 octobre 2012)
  41. (it) « Certificazioni artisti », FIMI (consulté le 15 octobre 2012)
  42. (pl) « Platynowe CD », sur zpav.pl (consulté le 6 mars 2013)
  43. (pt) « Top 30 Artistas 2010/42 », sur artistas-espectaculos.com (consulté le 6 mars 2013)
  44. (en) « Cerified Awards Search - 30 Seconds to Mars », BPI (consulté le 15 octobre 2012)