Thiouville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thiouville
L'église Saint-Vaast.
L'église Saint-Vaast.
Blason de Thiouville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Canton Saint-Valery-en-Caux
Intercommunalité Communauté de communes de la Côte d'Albâtre
Maire
Mandat
Isabelle Dujardin
2014-2020
Code postal 76450
Code commune 76692
Démographie
Population
municipale
299 hab. (2014)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 41′ 40″ nord, 0° 37′ 11″ est
Altitude Min. 114 m – Max. 140 m
Superficie 5,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Thiouville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Thiouville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thiouville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thiouville

Thiouville est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Thiouville (teovilla) était le domaine (villa) de Théodulf, nom carolingien. En 1096, le seigneur participe à la 1re croisade. En 1207, Lucas de Thiouville donne le patronage de l'église aux chanoines métropolitains de Rouen. Guillaume d'Herbouville accompagne son suzerain, le comte de Tancarville à la croisade menée par saint Louis. Les Herbouville sont seigneurs de Thiouville pendant plusieurs siècles, puis la seigneurie est transmise par les femmes aux Auber, puis aux du Sart. En 1793, deux laboureurs Bucaille et Bréard sont massacrés par la foule parce qu'ils refusent d'assister aux offices du curé constitutionnel. Thiouville paie un lourd tribut pendant la guerre 14/18, avec 27 morts pour la France[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 30 avril 2014)
Isabelle Dujardin   Vice-présidente de la CC Cœur de Caux (2014 → )
Réélue pour le mandat 2014-2020[2]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 299 habitants, en augmentation de 6,03 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
650 666 680 729 757 793 767 775 751
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
743 678 645 648 651 612 581 590 587
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
491 487 443 401 381 379 354 360 319
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
284 271 257 242 235 240 276 277 299
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Vaast. Chœur en pierre blanche, du XVIe, oratoire seigneurial de la même époque, édifié par Charles d'Herbouville, sans autorisation des chanoines et qui faillit être démoli, à leur demande en 1532. Nef en briques et silex, du XVIIe, presque entièrement rebâtie au XVIIIe. Transept ajouté en 1877. Pierre funéraire de Marie de Dampierre et fonts baptismaux du XVIe, classés M.H. Copie d'un May de Notre-Dame de Paris.(notice de J.J.Thiercelin, disponible à la mairie)

Château : construction XVIIe, remaniée au XVIIIe, qui remplace un ancien édifice fortifié, décrit dans un aveu de 1640, comme "château à motte et pont-levis, avec des douves". (voir Jacques Le Maho, CNRS, "Apparition des seigneuries châtelaines").

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Thiouville

Les armes de la commune de Thiouville se blasonnent ainsi :

De gueules à la fleur de lis d’or surmontée d’un léopard du même.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Bucaille (1735-1793), mort assassiné par une foule, juste avant la Terreur, le 23 avril 1793
  • Charles-Fortuné, marquis d'Herbouville (1756-1829) dernier Herbouville, le "La Fayette normand", aristocrate libéral, premier président élu du département de la Seine-Inférieure, lors de la création des départements, au début de la Révolution. Emprisonné sous la Terreur, préfet de l'Empire, puis pair de France, sous la Restauration (opposant à la politique "ultra" de Villèle), Grand officier de la Légion d'Honneur.
  • Marie de Dampierre (1490-1553), Dame du Fresnay, de Doudeville et de Fultot, épouse de Charles d'Herbouville, Seigneur de Thiouville, Hénouville et Auzouville, est inhumée dans le cœur de l'église.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. sources : Archives départementales et communales, livres de l'abbé Gréverend : "Bucaille" (éditions Bossuet Paris 1930) et de Philippe Goujard : "La rumeur de Thiouville" (Cahiers des études normandes no 1, université de Rouen).
  2. « Liste des maires élus en 2014 » [PDF], Liste des élus, Préfecture de Seine-Maritime, (consulté le 12 novembre 2015).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Ouvrages[modifier | modifier le code]

"l'église saint Vaast de Thiouville" J.J. Thiercelin, préface de Lise Auber, (conservatrice des antiquités du département) . Disponible à la mairie.

"Jean Bucaille" abbé Gréverend Éditions Bossuet. Paris 1930

"La rumeur de Thiouville" Philippe Goujard. Cahiers des études normandes no 1 (Université de Rouen) 1983.

"Jean Bucaille et Jean Bréard, victimes de la Terreur en 1793, à Thiouville" J.J. Thiercelin. Annales du patrimoine de Fécamp, no 16, année 2009. 27 Bd Albert Ier. 76400 Fécamp.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :