Thione Seck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thione Seck
Image dans Infobox.
Thione Seck en 2011.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
DakarVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Période d'activité
Enfant

Thione « Ballago » Seck, né le à Dakar et mort le dans la même ville, est un chanteur sénégalais de mbalakh.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 12 mars 1955 à Dakar, Thione Seck est issu d'une famille de griots wolof (musiciens traditionnels). Son arrière-grand-père était chanteur à la cour de Lat Dior, célèbre damel (roi) du Cayor et résistant notoire à la colonisation française. Il participe donc naturellement dès l'enfance aux cérémonies et aux fêtes traditionnelles comme chanteur et percussionniste. Thione Seck commence sa carrière musicale dans les années 70 en intégrant le groupe dakarois Star Band. Quelque temps après, étant percussionniste, il intègre le grand et mythique orchestre Orchestra Baobab[1].

Il y enregistre des titres mémorables de style afro-cubain comme Sey, Jabar Sama et Mouhamadou Bamba. En 1980, Il enregistre son premier album solo intitulé Chauffeur bi. Cet album est un album orienté traditionnel. Il restera l'un des albums les plus importants de sa carrière avec les fameux titres Blain Djigueul, Diouli et le propulsera au devant de la scène. En 1983, le chanteur forme avec son cousin un duo appelé Raam Daan. La même année, il sort un deuxième album de style plus moderne à l'époque, qu'il appellera Ballaago. Son frère Mapenda enregistre le titre Boulen Ma Fire dans l'album. Un an après, en 1984 sort son deuxième opus Jongoma qui sera la confirmation de son orientation au style Mballax puis Aïda Soukeu en 1985 et UNESCO en 1987. , Thione Seck effectue avec le Raam Daan une première tournée européenne avec AKAN Productions (Félix Anagonou) et produit dans la foulée avec son tourneur l'album Le Pouvoir d'un cœur pur qui sort en 1988. Cet album sera l'un des albums les plus cultes de sa carrière. À l'issue d'une deuxième tournée européenne en 1988, Thione Seck produit avec son tourneur Félix Anagonou l'album Dieulleul…. Dans la foulée plusieurs albums se succèdent : Numéro 10 (1988). La consécration vient quand Thione fait la connaissance du producteur Ibrahima Sylla. Il signe alors chez le label Syllart Records, qui a aussi produit les grands chanteurs de l'époque tels que Omar Pène, Ismaël Lo, Coumba Gawlo et Baaba Maal. Le label sort d'abord un album de best of des meilleurs titres des albums précédents de Ballago qui est en fait une réédition de l'album Le Pouvoir d'un cœur pur, puis en 1990 l'album Yow qui marquera une étape importante de sa carrière musicale et constituera l'une de ses meilleures productions avec un style mélangé de sonorités pop, funk et mballax. Il est porté par les classiques Mass Ndiaye, Yow et Mbarodi. Cet opus est suivi de Papa (1991), Tane Sa Boula Nekh (1994), et Demb un opus qui rend hommage à la musique tradionnelle (1995) avec le fameux titre Momy. En 1996, le producteur sénégalais Ibrahima Sylla entreprend de le produire à nouveau. Thione Seck sortira trois autres albums sous le label Syllart. Dont l'album Daaly (1996) au même style musical que Yow, Favori sorti en 2000 et Orientissime [2003] pour le premier volet et puis 2005 pour le second volet. Un album qui fut acclamé par la presse[1], album-concept enregistré entre Dakar, Le Caire et Bombay[1]. L'album enregistré dès 2003 fut une idée du producteur Ibrahima Sylla. Thione a eu à sortir d'autres productions tels que respectivement les albums Diapason 1997, Demb II en 1998, XVe Anniversaire du Raam Daan 1998, Diapason 1999 avec les mémorables remixes des titres Yenn bi et Ballago mais aussi un titre inédit Mathiou (live) qui a rencontré un énorme succès et qui sera enregistré l'année suivante en 2000 en version studio dans l'album Favori. Thione ne chôme pas après les sorties de ses albums précédents puisqu'il enregistre un album live baptisé sobrement Live au Kily la même année d'où est tiré le titre à succès Domou Baay. Ensuite sortent les albums Allô petit et Boul Doff en 2001. Les albums live se succèdent l'année qui suit mais aussi l'album MballakhFunk dont le duo Mapenda enregistré avec Baaba Maal. Ndiol Sikkim - remix qui est une production musicale au style mbalax composée de reprises de plusieurs de ses anciens titres à succès est publié en 2004 suivi l'année suivante du deuxième volet de l'album Orientissime dont le premier volet est sorti deux ans auparavant mais aussi en parallèle un nouveau best of intitulé L'Essentiel est mis sur le marché. Ballago sort l'album Remix Collection en 2006. Riche de ses nombreuses productions musicales, Thione Ballago Seck sera considéré comme l'une des plus grandes icônes du mbalax, de la musique sénégalaise en général. Il se repose durant trois bonnes années sans sortir une nouvelle production avant de revenir en 2010 avec l'album qui sera considéré comme son dernier album Diaga. Un album qui porte le nom de sa femme à qui d'ailleurs il dédie le titre éponyme et qui sera beaucoup acclamé par le public. Tout au long de sa carrière, Thione Ballago Seck a été élevé au grade de chevalier des Arts et des Lettres, chevalier de l'ordre national du Mérite et chevalier de l'ordre national du Lion. Un disque d'or d'honneur lui a aussi été décerné par la famille de Michaël Jackson.

En , à 60 ans, il est inculpé par la justice sénégalaise. Thione Seck est arrêté par la gendarmerie le au soir à son domicile à Dakar, et placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête sur une affaire de faux billets et de transactions douteuses en devises étrangères, impliquant ses entourages professionnel et familial. Outre de fortes sommes en faux billets d'euros et de francs CFA, la perquisition conduite chez lui permet de découvrir 50 millions d’euros[2]. Le , il est placé sous mandat de dépôt et rejoint la prison centrale de Rebeuss au centre de Dakar. Thione Seck dément toute participation à ces opérations, se disant au contraire la victime de faussaires[2].

Le , il bénéficie d'une mesure de liberté provisoire pour raisons médicales et continue de se dire victime d’une escroquerie[3]. En , son fils Seydina Alioune Seck est incarcéré à son tour car soupçonné d'être mêlé à la même affaire que son père[4]. Selon son avocat Ousmane Sèye, « la Cour suprême du Sénégal […]a annulé toute la procédure et a totalement blanchi [Thione Seck], par ordonnance rendue le 4 mars [2021] », ce qu’aucune autre source ne confirme pour l’instant[5],[6].

Thione Seck meurt à Dakar le , deux jours après son 66e anniversaire, des suites d’une courte maladie[7],[8],. Il est inhumé au cimetière musulman de Yoff, à Dakar.

Famille[modifier | modifier le code]

Thione Seck est le père du chanteur sénégalais Wally Seck.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1980 : Chauffeur Bi
  • 1983 : Ballaago
  • 1984 : Jongoma
  • 1985 : Aïda Soukeu
  • 1987 : UNESCO
  • 1988 : Le Pouvoir d'un cœur pur
  • 1988 : Numéro 10
  • 1988 : Dieulleul!
  • 1988 : Best of Thione Seck
  • 1990 : Yow
  • 1991 : Papa
  • 1994 : Tane Sa Boula Neex
  • 1995 : Demb I
  • 1996 : Daaly
  • 1997 : Diapason Vol. 1 et 2
  • 1998 : Demb II
  • 1998 : Le XVe Anniversaire du Raam Daan Vol. 1 et 2
  • 1999 : Diapason Vol. 1 et 2
  • 2000 : Favori
  • 2000 : Live au Kily
  • 2000 : XV Anniversary Live!
  • 2000 : Live Elisée Montmartre
  • 2001 : Allo petit
  • 2001 : Boul Doff
  • 2002 : MballakhFunk
  • 2002 : 19e Anniversaire Raam-Daan Vol. 1 et 2
  • 2003 : Orientissimo Vol. 1
  • 2004 : Ndiol Sikkim
  • 2005 : L'Essentiel
  • 2005 : Orientissime Vol. 2
  • 2006 : Remix Collection
  • 2010 : Diaga

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Sénégal : Thione Seck, voix d’or du mbalax, s’est éteint », Le Point,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Sénégal : le chanteur Thione Seck inculpé dans une affaire de faux billets », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2021)
  3. « Sénégal : Thione Seck sort de prison », sur BBC News Afrique, (consulté le 14 mars 2021)
  4. « Faux billets: Entendu dans le fond, Seydina Alioune Seck réclame sa libération | seneweb.com », sur Justice, (consulté le 14 mars 2021)
  5. « Me Ousmane Sèye, avocat : « Thione Seck a été totalement blanchi par la Cour suprême, dix jours seulement avant sa mort, le 4 mars dernier » », sur Dakaractu.com (consulté le 14 mars 2021)
  6. « Thione Seck, l’un des plus célèbres chanteurs sénégalais, est mort », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. « Mort de Thione Seck, « monument de la musique sénégalaise » », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  8. « Le chanteur sénégalais, Thione Seck est mort », sur pressafrik.com, (consulté le 14 mars 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]