Thierry Michels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thierry Michels
Illustration.
Thierry Michels à l'Assemblée nationale en 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(4 ans, 10 mois et 26 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 1re du Bas-Rhin
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LREM
Prédécesseur Éric Elkouby
Biographie
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Strasbourg (Bas-Rhin)
Nationalité Française
Parti politique LREM (depuis 2016)
Diplômé de ESCP Europe
Université d'Ottawa
Profession Cadre

Thierry Michels, né le à Strasbourg (Bas-Rhin), est un homme politique français. Il est député LREM de la première circonscription du Bas-Rhin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1960[1] à Strasbourg, Thierry Michels y grandit, étudie au lycée Kléber, puis intègre l'ESCP Europe[2],[3].

Il est cadre de la société Eli Lilly (Fegersheim, industrie pharmaceutique) depuis 1990[4],[5].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Il s'engage au sein du parti En marche (devenu La République en marche) en 2016 afin de soutenir la candidature d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle française de 2017. Il était à ce titre responsable de la mobilisation terrain pour le département du Bas-Rhin.

Le , il est élu député de la première circonscription du Bas-Rhin avec 59,95 % des voix, face au député sortant Éric Elkouby (PS)[6],[3]. À l'Assemblée nationale, il siège dans la commission des Affaires sociales et dans la commission des Affaires européennes.

En , il fait adopter en commission des Affaires européennes un rapport sur la transition énergétique au sein de l’Union européenne. Le projet de résolution qui en découle a été également adopté par l’Assemblée nationale.

En , il prend position en faveur d’une dissolution du Bastion social, émanation du GUD[7]. En , il figure parmi les premiers signataires, avec Thomas Rudigoz, Anne-Laurence Petel et Patrick Mignola, d'une lettre au Premier ministre Édouard Philippe afin de demander une action concrète contre cette association[8].

En , il est désigné, par la commission des Affaires Européennes de l'Assemblée Nationale, rapporteur du texte "Liberté du choix de son avenir professionnel" porté par la ministre du Travail Muriel Pénicaud[9].

Il est également nommé « ambassadeur pour la réforme des retraites » au titre du groupe La République en marche (Assemblée nationale), afin de contribuer à la réforme voulue par Emmanuel Macron et Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, sous le patronage de Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites[10].

A l’issue de la réunion du de la commission des Affaires européennes, il est nommé avec Éric Straumann co-rapporteur d'un rapport d’information sur l’action des autorités françaises sur l’attractivité du siège de Strasbourg, siège européen[11].

Par décret du , il est nommé par le Premier ministre Édouard Philippe pour une mission temporaire ayant pour objet la participation des personnes handicapées à la décision publique et au Conseil national consultatif des personnes handicapées[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « En un coup d'oeil, découvrez les 49 députés du Grand Est », sur France 3 Grand Est, (consulté le ).
  2. « Biographie », sur Thierry Michels (consulté le ).
  3. a et b Céline Rousseau, « Législatives : qui est Thierry Michels, le nouveau député REM de la 1ère circonscription du Bas-Rhin ? », sur francebleu.fr,
  4. « thierry-michels-36571621 », sur linkedin.COM (consulté le )
  5. « Législatives. Les députés alsaciens : qui est le plus … ? », sur France 3 Grand Est, (consulté le ).
  6. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  7. « Le député Michels demande la dissolution du Bastion Social », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « Lyon : Rudigoz demande à Édouard Philippe de dissoudre le Bastion social »
  9. Assemblée Nationale, « N° 983 - Rapport d'information de M. Thierry Michels déposé par la commission des affaires européennes portant observations sur le projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel - XVe législature - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  10. « Le brief politique. Une trentaine d’ambassadeurs pour défendre la réforme des retraites »
  11. « De l’accessibilité à l’attraction, de la désaffection à l’attention », sur DNA,
  12. « Decret du 10 décembre 2018 chargeant un député d'une mission temporaire », sur Légifrance,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]