Thierry Bouët

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thierry Bouët
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
(63 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web
Distinction

Thierry Bouët (né le à Paris, France) est un photographe français. Il est spécialisé dans le portrait[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Thierry Bouët commence sa carrière en 1981. Photographe de mode à ses débuts, il devient ensuite directeur artistique du studio Harcourt[2].

En 1983, il choisit l'indépendance[réf. souhaitée]. Commence alors une collaboration avec la presse française et internationale : Harper's Bazaar, Libération, Vogue US, Vanity Fair, L'Égoïste. En parallèle de ses commandes éditoriales et publicitaires, il produit lui-même des sujets[source secondaire nécessaire] ayant pour thème les hommes, les femmes, l'observation des modes de vie : personnes dormant dans des lits insolites, femmes cherchant l'amour par petites annonces, adeptes du bronzage, personnes vivant à l'hôtel...

Le 15 septembre 2021, il met en ligne son fonds photographique[source secondaire nécessaire]. 12 000 clichés disponibles en libre consultation triés par thèmes et mots-clés.

Sujets[modifier | modifier le code]

En 1991, il propose à Nicole Wisniak, créatrice de la revue L'Égoïste, un sujet sur les ascenseurs. Le portfolio, intitulé Les passagers verticaux sera publié dans le no 12 du magazine, en 1992[3][source insuffisante].

En 1993, à New York, à la suite de la découverte d'un étage entier du United Nations Plaza destiné à l'hébergement d'invités d'honneur des Nations unies, Thierry Bouët décide de réaliser un sujet sur les personnes vivant à l'hôtel. Il photographie dans le monde entier des personnalités sédentarisées dans ces lieux de passage. Parmi eux, Pierre Bergé à l'Hôtel Lutétia, Diane von Fürstenberg à l'Hotel Carlyle, Mollie Wilmot à l'Hotel Pierre, Jean-Louis David à l'Hôtel de Crillon et bien d'autres.[réf. nécessaire]

En 2002, au cours d'un long vol durant lequel il n'a comme lecture qu'un exemplaire du Nouvel Observateur, Thierry Bouët, après avoir lu la totalité du magazine, parcourt les petites annonces de l'hebdomadaire. C'est ainsi que naît le projet « Chasse à l'Homme ». Thierry Bouët répond à 6 000 petites annonces de femmes cherchant une rencontre, l'amour, le changement ou simplement de la compagnie. Il photographie une centaine de femmes, et publie un livre où le portrait et la petite annonce se font face. Parmi les réponses reçues à ses courriers, une convocation de la gendarmerie, des refus de femmes en couple souhaitant garder l'anonymat, des refus de femmes dont le métier ne permet pas une exposition médiatique, des demandes d'envoi d'argent[réf. nécessaire].

En 2007, le photographe produit Deslits, une série de photographies de personnalités dont le lit occupe une place centrale dans leur vie[réf. souhaitée]. Un livre est publié aux éditions Aubanel. On[Qui ?] y rencontre le styliste Kenzo dans un lit traditionnel japonais, Philippe Starck dans la cabine de sa vedette, le chef Alain Passard dans son potager, le directeur de cabaret Michou dans une chambre entièrement bleue, le député Arnaud Montebourg dans le canapé de son bureau à l'Assemblée nationale, mais aussi des anonymes, comme une danseuse du Moulin Rouge dans un lit chinois en ébène offert par un prétendant[réf. nécessaire].

En 2008, Thierry Bouët s'installe pendant plusieurs semaines à la maternité de l'hôpital Antoine-Béclère. Le professeur René Frydman, père du premier bébé issu d'une fécondation in vitro en France, l'invite à photographier une centaine de nouveau-nés durant la première heure de leur vie[réf. nécessaire]. La série Première Heure sera exposée à la Samaritaine à Paris, à Saint-Pétersbourg, New York, Madrid et aux Rencontres d'Arles.

En 2011, intrigué par les hommes et femmes bronzant dans les jardins publics durant leur déjeuner, il produit une série sur la dépendance de l'Homme au bronzage : Le Roi Soleil[réf. nécessaire]. Ce reportage se déroule dans quatre lieux : Marbella en Espagne et Bora-Bora en Polynésie française pour les rivages ; Paris et New York pour les espaces urbains.

En 2013, le photographe réunit de jeunes Parisiens et Parisiennes dans une série de photographies en studio en noir et blanc. Le projet, intitulé « Parisian Twenties » rencontrera un succès critique aux Sony World Photography Awards[4].

En 2015, il expose aux Rencontres d'Arles la série Affaires privées. Durant un an, il a parcouru la France pour photographier des vendeurs du site en ligne leboncoin. Les mises en scène dégagent un côté Jacques Tati[5], elles sont pleines d'humour tout en respectant les hommes et les femmes photographiées[6].

En , à l'approche des élections présidentielles , M, le magazine du Monde publie un article[7] et un portfolio[8] de portraits de présidents d'associations réalisés par Thierry Bouët.

Style[modifier | modifier le code]

Exclusivement noir et blanc dans les années 1980-1990, le travail de Thierry Bouët s'est progressivement colorisé[réf. souhaitée]. Dès 2000, il commence à travailler avec du matériel numérique, tout en continuant à réaliser des sujets en argentique[réf. souhaitée], tels que Deslits en 2007 et Le Roi Soleil en 2012.

Cartes postales[modifier | modifier le code]

Depuis 1989, Thierry Bouët entretient une correspondance unilatérale avec son meilleur ami. Il lui envoie des cartes postales uniques fabriquées à la main. Au recto, une de ses photos, au verso un message en rapport avec cette photo et un timbre de collection en troisième rôle. Son ami a reçu plus de 500 cartes postales et ne lui a toujours pas répondu[2] . Ce travail a fait l'objet d'un film réalisé par Carl Diner. Ce documentaire a été projeté au musée de l'Élysée, à Lausanne, dans le cadre de l'édition 2014 de la Nuit des Images[9].

Travaux de commande[modifier | modifier le code]

En 2015, le Mouvement des entreprises de taille intermédiaire commande à Thierry Bouët une série de photographies des 35 entreprises championnes du Made in France[10]. Il sillonne la France et rapporte 3 images par usine. Ce sujet sera exposé au Petit-Palais, ainsi qu'au ministère de l'Économie et des Finances, où il sera accueilli par le ministre de l'époque : Emmanuel Macron[11]. Le sujet paraît dans l'hebdomadaire L'Usine nouvelle[12],[13] et dans le quotidien Le Monde[14]. Enfin, le journaliste Denis Cosnard publie dans Le Monde un article d'analyse de ce sujet[15].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Affaires privées, éditions Xavier Barral, 2015[16]
  • Deslits, éditions Aubanel, 2007 (ISBN 978-2700605273) ;
  • Classroom, éditions Parika, 2006 ;
  • Chasse à l'Homme : Portraits de femmes qui choisissent les petites annonces pour trouver l'homme idéal, éditions Alternatives, 2003 ;
  • Hotel People, éditions Smithsonian, 1999.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2022 Un par Un, Jeddah Photo[23], Djeddah, Arabie Saoudite
  • 2017-2018 Roman-Photo, MUCEM, Marseille, France[24]
  • 2016 First Hour, Festival Kyotographie, Kyoto, Japon[25]
  • 2016 Personal affairs, Biennale de photographie de Moscou, Russie[26]
  • 2015 Des Usines et des Hommes, Petit Palais, Paris[27],[28],[29]
  • 2015 Des Usines et des Hommes, Berges de Seine, Paris[30],[31]
  • 2015 Affaires privées, Rencontres d'Arles, France[32]
  • 2014 Descartes, La Nuit des Images, musée de l'Élysée, Lausanne.
  • 2013 I'm Here, La nuit de l'année, Rencontres d’Arles.
  • 2013 The Sun King, Galerie Petronas, Kuala Lumpur, Malaisie.
  • 2013 Parisian Twenties, Somerset House, Londres, Royaume-Uni.
  • 2013 I’m Here, Festival de photographie d’Amman, Jordanie.
  • 2013 Première Heure, Castellana 85, Madrid.
  • 2011 De la mer à l’écrin, Place Vendôme, Paris.
  • 2011 Festival de photographie de l’ambassade de France',' Amman, Jordanie.
  • 2010 Festival de Fabriano, dans le cadre du programme de la diversité culturelle de l’UNESCO, Fabriano, Italie.
  • 2010 Les 60 ans du laboratoire Picto, Rencontres d’Arles.
  • 2009 Festival de la photographie de Saint-Pétersbourg, Russie.
  • 2008 Première Heure à la Samaritaine avec le soutien de la Mairie du 1er arrondissement de Paris, puis au New York Photo Festival et aux Rencontres d’Arles (des photos de bébés).
  • 2007 Deslits, Le Bon Marché, Paris.
  • 2007 Sport in Art, les gestes quotidiens assimilés à des disciplines sportives, MOCA, Shanghai
  • 2003 Chasse à l’homme, Festival de photographie de Clermont-Ferrand.
  • 2000 Fin de Siècle, musée national turc, Istanbul.
  • 1997 Hôtels Particuliers, musée national turc, Istanbul.
  • 1995 Hôtels Particuliers, FNAC des Ternes, Paris.
  • 1993 The Informed Eye, Immagination Gallery, Londres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.talentsvideo.com/fr/artists/thierry_bouet/
  2. a et b Lien brisé http://lesphotographes.com/interviews/une-%C3%A9trange-correspondance
  3. http://www.journalegoiste.com/FR/v12.html#
  4. http://www.worldphoto.org/news-and-events/wpo-news/winners-exposed-thierry-bouet/
  5. itele.fr, Des objets à vendre insolites immortalisés par le photographe Thierry Bouët, (lire en ligne)
  6. « Arles 2015 : Thierry Bouët, Affaires privées » (consulté le )
  7. « Le Monde - Des présidents tout sauf normaux »
  8. « Le Monde - Tous présidents »
  9. « Nuit des images », sur nuitdesimages.org (consulté le ).
  10. « Des Usines et des Hommes »
  11. « Exposition Thierry Bouët au Petit-Palais et à Bercy »
  12. « Des Usines et des Hommes, les Champions du Made in France »
  13. « L'Usine nouvelle - Des Usines et des Hommes »
  14. « Le Monde - 105 photos pour en finir avec les clichés sur l’usine »
  15. « Le Monde - 35 Usines, de la punition au plaisir. Par Denis Cosnard »
  16. « Affaires privées - Editions Xavier Barral », sur exb.fr (consulté le )
  17. « Klpa13top75 » [vidéo], sur Vimeo (consulté le ).
  18. http://www.worldphoto.org/news-and-events/wpo-news/winners-exposed-thierry-bouet
  19. http://www.asisa.es/Asisa/GestorDescargaPdfs.aspx?nombreArchivo=Catalogo_ASISAFOTO_2012.pdf
  20. http://www.asisa.es/Asisa/Acuerdos-ASISA/ASISA-con-la-cultura/Certamen-Internacional-de-Fotografia-ASISA.aspx#ad-image-0
  21. http://www.asisa.es/Asisa/Sala-Prensa/DetalleNoticia.aspx?idNoticia=117
  22. http://www.culturecommunication.gouv.fr/Ministere/Les-services-rattaches-a-la-Ministre/Section-des-distinctions-honorifiques2/Arretes-de-Nominations-dans-l-ordre-des-Arts-et-des-Lettres/Nomination-ou-promotion-dans-l-ordre-des-Arts-et-des-Lettres-janvier-2011
  23. « «Jeddah Photo», l'histoire d'une ville en photos », sur arabnews.fr (consulté le )
  24. « Dossier pédagogique, Roman-photo, MUCEM », sur www.mucem.org, (consulté le )
  25. « Thierry Bouët | KYOTOGRAPHIE », sur www.kyotographie.jp (consulté le )
  26. « XI International Month of Photography in Moscow PHOTOBIENNALE-2016 », sur www.mmoma.ru (consulté le )
  27. « EN IMAGES. Des Usines et des Hommes, les entreprises françaises côté coulisses », sur lentreprise.lexpress.fr (consulté le )
  28. « 105 photos pour en finir avec les clichés sur l’usine », sur Le Monde.fr (consulté le )
  29. Denis Cosnard, « 35 Usines, de la punition au plaisir », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  30. L'Usine Nouvelle, « Des Usines et des Hommes, l'exposition des champions cachés du made in France », sur usinenouvelle.com, (consulté le )
  31. « DES USINES ET DES HOMMES », sur lesberges.paris.fr (consulté le )
  32. « Les Rencontres d'Arles », sur www.rencontres-arles.com (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]