Thiébaut II de Bar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thiébault.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thiébaut de Bar.
Thiébaut II de Bar
Theobald II, Count of Bar.jpg
Titre de noblesse
Comte de Bar
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Mère
Fratrie
Marguerite de Bar
Jeanne de Bar (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Jeanne de Dampierre (en)
Jeanne de Toucy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Bar Arms.svg

Thiébaut II de Bar, né vers 1221, mort en 1291, fut comte de Bar de 1240 à 1291. Il était fils de Henri II, comte de Bar, et de Philippa de Dreux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il se prénomme Theobaldus en latin, Thiebaut(sic) ou Thibaut en ancien français, Theobald en langue tudesque. Il est acclamé comte de Bar le 13 novembre 1239. La nouvelle de la mort de son père, tué en Terre sainte, n'arrive dans le Barrois qu'au début de 1240. Comme il est mineur en droit d'héritage, sa mère est régente jusqu'au .

Profitant de sa jeunesse, le duc de Lorraine Mathieu II chercha à récupérer ce qu'Henri II de Bar lui avait enlevé, et commença à lever des troupes et mettre en place des garnisons, sans toutefois engager la guerre. Mathieu et Thiébaut parvinrent à se mettre d'accord par un traité signé le . Ce traité ouvrit l'ère d'une collaboration et de paix entre les deux pays voisins. Cette paix dura plusieurs décennies, malgré un litige vers 1256 au sujet de la forteresse de Saint-Hilairemont, proche de Neufchâteau.

En 1251, Thiébaut II se trouve engagé dans le conflit de succession des comtés de Hainaut et de Flandre, autant par solidarité politique de noble maison que par défense d'honneur familial, avec le parti flamand de Guy de Dampierre, dont sa propre épouse Jeanne est la sœur. L'armée du comté de Bar, renforcée par une armée lorraine conduite par Henri Ier de Vaudémont, renforce l'armée flamande des Dampierre. Mais les troupes réunies sont battues le à la bataille de West-Cappel par l'armée du roi des Romains et comte de Hollande, Guillaume allié opportuniste de la maison révoltée d'Avesnes.

Thiébaut et son beau-frère Guy sont fait prisonniers sur le champ de bataille. Thibaut sur l'intervention du duc de Brabant Henri, le débonnaire cousin du roi des Romains, resté neutre dans le conflit, n'est libéré qu’en septembre 1254 après paiement de rançons alors que Guy croupit dans les geôles de Hollande pendant trois années. Les contemporains de Thibaut ont raconté la métamorphose du comte prisonnier accablé d'ennuis en poète raffiné pendant sa longue captivité. Il compose à l'adresse de cinq personnages un long poème de 35 vers décasyllabiques en cinq couplets[1].

Thiébaut II de Bar eut quelques conflits avec Thibaut V, comte de Champagne, en 1258, 1265 et en 1269. Il signa la charte d'affranchisement qui fonda la ville de Pont-à-Mousson le 21 avril 1261. Thibaut V mourut en 1270, et Thiébaut II de Bar fit la paix avec son successeur, Henri III. Ce dernier mourut à son tour en 1274, laissant une fille Jeanne, qui épousa en 1284 l'héritier du royaume de France, lequel devint roi l'année suivante sous le nom de Philippe IV le Bel. Cela plaça le Barrois dans le voisinage immédiat du domaine royal.

Pendant son règne, profitant de l'essor démographique du XIIIe siècle Thibaut II fonda dans ses états plusieurs villes, soit en collaboration avec des abbayes, soit avec ses vassaux.

Mariages et enfants[modifier | modifier le code]

Thiébaut II épousa en premières noces en 1243 Jeanne de Dampierre, fille de Guillaume, seigneur de Dampierre et vicomte de Troyes, et de Marguerite, comtesse de Flandre

Veuf, et sans enfants, il se remaria en 1266 avec Jeanne de Toucy, fille de Jean de Toucy[2] et de Emma de Laval, et eut :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce sont des poètes ou amateurs de poésie courtoise, protecteurs de trouvères : Erart de Vallery, Othon de Gueldre, le comte de Looz, le comte de Luxembourg et le duc de Brabant. Lire la note page 362 de l'ouvrage de Roger Dragonetti, La technique poétique des trouvères dans la chanson courtoise: contribution à l'étude de la rhétorique médiévale, édition Slatkine, 1960, 700 pages. Nombreuses réimpressions, (ISBN 9782051000017).
  2. Descendant de Guy II de Châtillon.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Poull, La Maison souveraine et ducale de Bar, [détail de l’édition]
  • Robert Sabatier, Histoire de la poésie française, Poésie du Moyen-Age, volume 1, Éditeur Albin Michel, 1975, 400 pages, ISBN 9782226198334. En particulier, page 319.