Theys Eluay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Theys Eluay
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
Nationalité
Activité
TheysTomb.jpg

sépulture

Theys Hiyo Eluay, né le et mort le , est un dirigeant du Présidium du Conseil de Papouasie (Presidium Dewan Papua) et militant pour l'indépendance de la Nouvelle-Guinée occidentale en Indonésie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Etudes et origines[modifier | modifier le code]

Theys Eluay est issu d'une famille ondoafi originaire du village de Sere. Il suit des cours avancés en primaire (Jongensvervolgschool), puis il étudie la météorologie[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Après le départ des hollandais de l'île en 1963, Theys Eluay dénonce à l'armée toute personne pro-hollandaise ou anti-indonésienne. En 1969, il fait partie des 1025 chefs locaux qui votent pour le maintien de la Nouvelle-Guinée occidentale dans l'Indonésie[1].

En 1971, il devient membre du parlement provincial[1].

En 1998, à la suite d'une arrestation pour rassemblement illégal, Theys Eluay prend la défense d'une Papouasie occidentale indépendante dans la presse nationale. Il commence à se faire appeler le grand leader du peuple de Papouasie et son courage force l'admiration. Sa cote de popularité grimpe. L'agenda politique répond à sa demande et un processus d'indépendance se met en place dès 2000[1].

Circonstances du décès[modifier | modifier le code]

En 2001, Theys Eluay est retrouvé assassiné dans sa voiture près de Jayapura, la capitale de la province. La veille au soir, il dînait au centre des Kopassus pour célébrer le jour national des héros. Le rapport d'autopsie fait état de mort par suffocation. L'Institut pour l'étude et la défense des droits de l'homme parle d'enlèvement, de torture et d'assassinat[2],[3].

En avril 2003, 4 membres de Kopassus reconnaissent le meurtre par étranglement de Theys Eluay à la suite d'une discussion sur le séparatisme qui a tourné court[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « The life and death of Theys Eluay », sur Insideindonesia.org, (consulté le 8 mars 2016)
  2. (en) « West Papua Rising », sur Newint.org, (consulté le 8 mars 2016)
  3. « Des milliers de Papous rendent hommage à leur chef, Theys Eluay », sur La-croix.com, (consulté le 8 mars 2016)
  4. (en) Matthew Moore, Karuni Rompies Surabaya, « Kopassus guilty of Eluay murder », sur Theage.com.au, (consulté le 8 mars 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]