Thevray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Eure
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Eure.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Thevray
Donjon de Thevray, dit tour de Thevray
Donjon de Thevray, dit tour de Thevray
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Bernay
Intercommunalité Communauté de communes Bernay Terres de Normandie
Maire délégué Danièle Petit
2014-2020
Code postal 27330 et 27410
Code commune 27628
Démographie
Population 291 hab. (2013)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 42″ nord, 0° 43′ 54″ est
Altitude Min. 133 m – Max. 188 m
Superficie 14,9 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Mesnil-en-Ouche
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
Thevray

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
Thevray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Thevray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Thevray

Thevray est une ancienne commune française, située dans le département de l'Eure en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Mesnil-en-Ouche[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Village du pays d'Ouche[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes anciennes latinisées Tevraium en 1170 et Tivreium vers 1200[3].

Nom de domaine gallo-roman *TIBERIACU, composé du suffixe -ACU précédé du nom d'homme latin (porté par un Gaulois romanisé) Tiberius[4].

Homonymie avec Thevray à Épuisay (Loir-et-Cher), Thiveyrat (forme auvergnate) et Zieverich (Rhénanie, forme germanisée).

En revanche, il ne convient pas de chercher un rapport avec Thiberville, qui contient le nom de personne germanique Theudebert.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Danièle Petit DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 291 habitants, en augmentation de 3,93 % par rapport à 2008 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
656 702 714 639 665 673 640 650 627
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
572 584 515 488 468 441 458 491 442
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
419 419 364 317 327 296 312 325 329
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2013
300 284 196 168 168 175 271 292 291
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La tour de Thevray : site à motte et basse-cour entourées de fossés en eau. Jacques de Chambray, grand bailli et gouverneur d'Évreux, remplaça à la fin du XVe siècle la motte originelle par une tour-résidence octogonale, flanquée vers la basse-cour d'un avant-corps rectangulaire abritant à sa base le pont-levis à flèches. La construction en grès, brique, d'utilisation rare dans la région à l'époque, et silex a donc la forme d'une tour octogonale dominée par un toit polygonal en forme d'éteignoir, prolongée par une aile rectangulaire surmontée d'un toit en fer de hache. Les mâchicoulis et l'existence du pont-levis montrent qu'il s'agit là d'un lieu de défense.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs de l'Eure, voir page 23 » (consulté le 27 octobre 2015)
  2. « Le pays d'Ouche », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 28 février 2017).
  3. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 195
  4. François de Beaurepaire, Op. cité.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :