Theresienwiese

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 07′ 57″ N 11° 32′ 57″ E / 48.1325, 11.54917

La Theresienwiese à la veille de l'ouverture de l'Oktoberfest en 2006.
Braderie pour le début de la Frühlingsfest, en 2010
Braderie pour le début de la Frühlingsfest, en 2010

La Theresienwiese est une vaste place bétonnée de 42 hectares se trouvant dans le quartier de Ludwigsvorstadt-Isarvorstadt à Munich. Une statue de 18,52 m, nommée Bavaria (une allégorie de la Bavière) trône sur la place accompagnée de son hall de la gloire. L'histoire de la Theresienwiese est intimement liée à celle de l'Oktoberfest qui s'y déroule chaque année en septembre. Toutefois d'autres événements s'y déroulent tout au long de l'année, on citera : la Frühlingsfest fin avril/début mai[1] et Tollwood en décembre[2]. Elle accueille aussi diverses braderies.

Histoire[modifier | modifier le code]

Début[modifier | modifier le code]

Course hippique sur Theresienwiese, 1870
Article détaillé : Histoire de l'Oktoberfest.

L'histoire de la Theresienwiese débute avec la première Oktoberfest le 17 septembre 1810. Sur une idée de Franz Baumgartner du 28 septembre 1810, Louis fait organiser une course hippique pour célébrer son mariage avec Thérèse de Saxe-Hildburghausen. L'organisation est attribuée à Andreas Michael Dall’Armi[3]. Le terrain où se déroule la course est attribué pour des raisons logiques. Il est aux portes de la ville, dans l'ensemble plat mais comporte une petite colline : la Sendlinger Berg, qui fait office de tribune naturelle[4]. La première course est remportée par Franz Baumgartner[3].

Nom[modifier | modifier le code]

La Theresienwiese est tout d'abord appelée Theresens-Wiese, ce qui est confirmée par un écrit du prince-héritier Louis le 19 novembre 1810. C'est seulement à partir de 1815 environ commence à s'imposer le nom de Theresienwiese[3].

Le nom de Theresienwiese désigne par extension l'Oktoberfest s'y déroulant. Pour cette usage le nom est encore raccourci. Dans les années 1890, on trouve les premières traces écrites de la désignation de la place par le mot Wiesen. Celui-ci deviendra Wies'n (prononciation bavaroise des "en"). En 1985, l'office du tourisme de Munich emploi pour la première fois le mot Wiesn sans apostrophe[3].

Développement de la fête et construction de Bavaria[modifier | modifier le code]

Statue Bavaria
Articles détaillés : Bavaria (statue) et Ruhmeshalle de Munich.

Par la suite, la fête devient annuelle et une foire agricole y est également organisée en plus de la course hippique. La Theresienwiese s'agrandit grâce à des rachats de terrain et atteint, en 1826, 28 hectares[5]. Louis I fait la commande d'un monument pour célébrer la Bavière sur la Theresienwiese et en charge Leo von Klenze. Ce dernier choisit le sculpteur Ludwig von Schwanthaler pour réaliser une statue colossale dont les plans datent de 1837. En 1850, la statue représentant une femme, allégorie de la Bavière, tenant une couronne de laurier à la main avec un chien à ses pieds est terminée. La statue fait 18,52 m de haut et est placée sur un socle de 8,92 mètre. En 1853, le hall de la gloire se trouvant derrière elle, est à son tour inauguré[6].

Arrivée des grandes tentes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : tentes sur l'Oktoberfest.

La fin du XIXe siècle est marquée par le début de la construction de grandes tentes démontables sur la Theresienwiese pour l'Oktoberfest. En 1895, la tente Zum Winzener Fähndl est érigée, suivit en 1897 par la Schottenhamel-Festhalle. En 1898, le hall géant de Georg Lang est construit, il fait 2000 m2[7]. En 1907, on établis des emplacements d'environ 1800 m2 pour que les 6 brasseries y construisent leurs Halls[8]. De plus on notera qu'en 1886, l'electricité arrive sur la fête, en 1887 des canalisations d'eau et de gaz[9].

Attractions et époque moderne[modifier | modifier le code]

La fin du XIXe voit également le développement des attractions et des spectacles.

En 1924, la ville veut construire un stade sur la Theresienwiese et de la transformer en parc des expositions, mais rencontre une forte résistance des visiteurs de l'Oktoberfest et le projet est abandonné[10].

En 1930, la Theresienwiese est organisée de manière définitive avec des rues et des emplacements bien définis, alimentés en eau, gaz et électricité[11]. Les artères principales font désormais 35 mètres de large et les tentes sont séparées de 16 mètres[12].

Pour des raisons de sécurité, depuis 2010 170 blocs de béton ont été mis en place autour de la prairie, afin d'éviter qu'une voiture ou un camion piègé ne puisse forcer l'entrée pour exploser dans l'enceinte des festivités[13].

Géographie[modifier | modifier le code]

La Theresienwiese se trouve dans le quartier actuel de Ludwigsvorstadt-Isarvorstadt. À l'origine elle se trouvait directement à l'extérieur de la ville, face à la Sendlinger Tor. L'emplacement est choisi à cause de sa petite colline, la Sendlinger Berg, qui fait office de tribune naturelle pour les courses hippiques. La forme de la place est donnée par la piste de 3370 m de long et de forme ovale[4]. À partir de 1830, la piste est réduite à 1850 m, puis à 1622 m en 1861 avant enfin d'atteindre 1800 m en 1898[14].

Actuellement la Theresienwiese est entourée du Bavaria-Ring à l'est, de Theresienhöhe à l'ouest et la Hans-Fischer-Straße au sud. L'église St Paul, construite en 1892 dans le même quartier, se trouve non loin de la place. La Wiesn est traversée par de nombreuses rues (qui ne se matérialisent que lorsque les tentes sont là). Les deux grands axes qui la traversent sont la Matthias-Pschorr-straße face à la Bavaria, et la Wirtsbudenstraße qui passe devant toutes les tentes et qui est orthogonale à la première[15],[16].

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Station de métro Theresienwiese
Station de métro Theresienwiese

Au total cinq stations de métro et de S-Bahn (RER local) desservent la Wiesn, à savoir : Theresienwiese (U4-U5), Schwanthalerhöhe (U4-U5), Goetheplatz (U3-U6), Poccistraße (U3-U6), Hackerbrücke (S1 à 8)[17]. En plus des métros et des S-Bahn, des lignes de bus et de tramway desservent la Wiesn[18].

La Station de U-bahn Theresienwiese a été construite par l'architecte Alexander von Branca et inaugurée en 1984. Une extrémité donne directement sur la place, tandis que l'autre aboutit à l'église St Paul. Elle est de couleur jaune et noir, les couleurs de la ville de Munich. Elle rappelle l'intérieur des tentes de l'Oktoberfest. Les 8 fresques de Ricarda Dietz sont également liées à la fête[19].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Frühlingsfest » (consulté le 27 août 2011)
  2. (de) « Tollwood en hiver » (consulté le 27 août 2011)
  3. a, b, c et d Dering, Eymold 2010, p. 9
  4. a et b Dering, Eymold 2010, p. 30
  5. Bauer, Fenzl 1985, p. 24
  6. Dering, Eymold 2010, p. 56
  7. Dering, Eymold 2010, p. 95
  8. Dering, Eymold 2010, p. 114
  9. Dering, Eymold 2010, p. 86
  10. Möhler 1980, p. 154
  11. Dering, Eymold 2010, p. 156
  12. Bauer, Fenzl 1985, p. 86
  13. (de) « 170 Poller pour protéger la Wiesn », TZ,‎ 16 mars 2010 (lire en ligne)
  14. Dering, Eymold 2010, p. 62
  15. « Google map de la theresienwiese » (consulté le 27 août 2011)
  16. Dering, Eymold 2010, p. 264
  17. (de) « Transport pour aller à l'Oktoberfest » (consulté le 2 juin 2011)
  18. (de) « Autres moyens de transport pour aller à la Wiesn » (consulté le 27 août 2011)
  19. (de) « station de métro Theresienwiese » (consulté le 27 août 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Florian Dering et Ursula Eymold, Das Oktoberfest 1810–2010: Offizielle Festschrifft der Landeshauptstadt München, Munich, Süddeutsche Zeitung/Bibliothek,‎ 2010 (ISBN 978-3-86615-780-4)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Richard Bauer et Fritz Fenzl, 175 Jahre Oktoberfest. 1810–1985, Munich, Bruckmann,‎ 1985 (ISBN 3-7654-2027-1)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Gerda Möhler, Das Münchner Oktoberfest, Brauchformen des Volksfestes zwischen Aufklärung und Gegenwart, Munich, neue schrifftenreihe des Stadtarchivs München,‎ 1980, p. 17-23Document utilisé pour la rédaction de l’article