Theodore Levitt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Theodore Levitt
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
ou Voir et modifier les données sur Wikidata
Vollmerz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Theodore Levitt, né le en Allemagne et mort le à Belmont dans le Massachusetts, est un économiste américain, éditeur pendant quatre ans de la Harvard Business Review et professeur de marketing à la Harvard Business School.

Il est l'auteur de nombreux articles sur le marketing et le management dont le célèbre « Marketing myopia » et d'une dizaine de livres sur ses mêmes sujets dont quatre ont été traduits en français.

On lui attribue l'invention du terme allemand Globalization.

Définitions et fonctions du marketing[modifier | modifier le code]

Pour Levitt :

« Le marketing est une conception de la politique commerciale qui part du principe que la fonction fondamentale des entreprises consiste à créer une clientèle et à la conserver »[1].

« Le marketing est une fonction de l'entreprise, mais c'est surtout une conception tout à fait particulière de l'activité commerciale, selon laquelle, les entreprises sont des institutions conçues pour attirer une clientèle et la conserver »[2].

Levitt présente également une distinction nette entre vente et marketing :

« La vente a pour but d'amener le client à désirer ce que l'entreprise est en mesure de lui proposer. Le marketing [lui] cherche à amener l'entreprise à produire ce dont le consommateur a besoin »[3].

La Marketing Matrix (Les deux dimensions du marketing) (1969)[modifier | modifier le code]

Pour mémoire : La grille de Blake et Mouton, ses deux axes et les cinq grand styles de management. Les deux axes de la Matrice du marketing sont inversés par rapport à ceux de cette grille.

La Marketing Matrix est très semblable à la grille du management de Blake et Mouton. Elle comporte deux axes (inversés, par rapport à ceux de Blake et Mouton) : horizontal, celui l'orientation client et, vertical, celui de l'orientation entreprise, avec, pour chacun, une échelle allant de 1 à 9. Cela donne une grille de 81 case numérotées de 1,1 à 9,9.

Comme pour la grille de Blake et Mouton on peut distinguer cinq grandes attitudes : 1,1 ; 1,9 ; 9,1 ; 5,5 ; et 9,9.

Avoir l'esprit marketing, ce n'est pas seulement être orienté client, 9,1. C'est tout à la fois être orienté client et être orienté entreprise 9,9[4].

Publications[modifier | modifier le code]

Années 1960
Années 1970
  • Marketing for business growth, 1974, New York : McGraw-Hill, First ed. published in 1969 under the title: The marketing mode.*The Globalization of Markets, Harvard Business Review, 1983.
Années 1980
  • The marketing imagination , 1986, New York : Free Press (New, expanded ed.)
  • After The Sale Is Over, Harvard Business Review, September–October 1983, p. 87-93.
  • The marketing imagination, 1983, New York : The Free Press
  • The Globalization of Markets, Harvard Business Review, May–June 1983.
  • Marketing Intangible Products and Product Intangibles, Harvard Business Review, May–June 1981, p. 94-102.

Années 1990

  • Thinking about management, 1991, New York : Free Press
  • Levitt on marketing, 1991, Boston, Mass. : Harvard Business School Press

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • L'esprit marketing (trad. Pierre Jacques), Les éditions d'Organisation, Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Barnaby J. Feder, « Theodore Levitt, 81, Who Coined the Term 'Globalization', Is Dead », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2019).
  • (en) Rawi Abdelal et Richard S. Tedlow, « Theodore Levitt's 'The Globalization of Markets': An Evaluation after Two Decades », SSRN Electronic Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2019).
  • (en) « Theodore Levitt, 81; Economist First to Use the Term ‘Globalization’ », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2019).
  • (en) Stephen A. Greyser, « "The Globalization of Markets", a Retrospective with Theodore Levitt », dans John A. Quelch et Rohit Deshpande, The Global Market: Developing a Strategy to Manage Across Borders, John Wiley & Sons, (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]