Theo Francken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Franken (homonymie).

Theo Francken
Illustration.
Fonctions
Secrétaire d'État belge à l'Asile et à la Migration
chargé de la Simplification administrative
En fonction depuis le
(3 ans, 9 mois et 4 jours)
Monarque Philippe
Premier ministre Charles Michel
Gouvernement Michel
Prédécesseur Maggie De Block (Asile)
Olivier Chastel (Simplification administrative)
Bourgmestre de Lubbeek
En fonction depuis
(5 ans et 6 mois)
Prédécesseur Freddy Vranckx
Biographie
Date de naissance (40 ans)
Lieu de naissance Lubbeek (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique Nieuw-Vlaamse Alliantie (N-VA)
Diplômé de Katholieke Universiteit Leuven
Résidence Lubbeek

Theo Francken
Membre du gouvernement fédéral belge

Theo J.E. Francken, né le à Lubbeek en Belgique, est un homme politique belge membre du parti nationaliste flamand N-VA, secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations et responsable de la Simplification administrative dans le gouvernement Michel depuis le . Il est connu[Par qui ?] pour ses positions tranchées[Lesquelles ?] en matière d'immigration[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Formation[modifier | modifier le code]

Theo Francken est licencié en sciences pédagogiques de la Katholieke Universiteit Leuven.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est, dès 2001, assistant de recherche pour la N-VA au Parlement flamand.

Chef de la section locale de la N-VA à Lubbeek, il se présente aux élections communales de 2006, mais n'obtient qu'un résultat décevant.

De 2009 à 2010, il est directeur adjoint au cabinet du vice-ministre-président du gouvernement flamand, Geert Bourgeois.

En 2010, chef de la N-VA dans la circonscription de Louvain, se présentant sur les questions d'asile, de la migration et d'intégration, il obtient 13 164 voix de préférence, et devient député fédéral le 6 juillet 2010.

En 2012, son parti remporte les élections communales à Lubbeek et il devient bourgmestre.

Le , il est nommé Secrétaire d'État à l'Asile, à la Migration et à la Simplification administrative dans le gouvernement Michel.

Polémiques[modifier | modifier le code]

Circle-icons-scissors.svg Cette section est trop longue. Elle pourrait gagner à être raccourcie ou répartie en plusieurs sous-sections.
Il est également possible que sa longueur crée un déséquilibre dans l'article, au point d'en compromettre la neutralité en accordant à un aspect du sujet une importance disproportionnée.

Anniversaire du sympathisant nazi Bob Maes[modifier | modifier le code]

Trois jours après avoir été nommé secrétaire d'État dans le gouvernement Michel le 11 octobre 2014, Theo Francken essuie les critiques de l'opposition pour avoir assisté quelques jours auparavant au 90e anniversaire du sympathisant nazi et collaborateur Bob Maes. Cette polémique est alimentée par la résurgence de propos considérés comme racistes et homophobes[2],[3] notamment par des députés de l'opposition PS, CDH, Ecolo, SP.A[4] ,[5] mais aussi par des personnalités de partis de la coalition[6],[7]. Le 16 octobre, Theo Francken présente des excuses à la Chambre.

Attaques contre MSF[modifier | modifier le code]

Le , Theo Franken échange des tweets acerbes contre l'association Médecins sans Frontières qu'il accuse de contribuer à la traite des êtres humains et d'encourager l'immigration illégale[8],[9],[10].

Dans ses tweets, le secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration reproche à MSF ses actions de sauvetage : « Par vos actions de sauvetage juste devant les côtes, vous créez un effet d'aspiration et donc plus de morts », ajoutant « Ils font de la traite d'êtres humains. Cela n'a plus rien à voir avec les réfugiés. Migration illégale »[11].

Stupéfaite, l'ONG s'adresse au Premier ministre Charles Michel[8],[9],[10], qui rappelle son secrétaire d'État à l'ordre et l'invite à rencontrer MSF[9]. Theo Francken rencontre des membres de l'ONG et admet avoir été trop loin, mais sans pour autant s'excuser[12]. Il exprime son respect pour le travail humanitaire effectué par MSF, mais il continue de dire que les opérations de sauvetage créent un effet d’aspiration qui mène à plus de noyades[12].

Accord avec le Soudan pour l'identification des migrants[modifier | modifier le code]

Le 7 septembre 2017, Theo Francken annonce que le Soudan est prêt à délivrer des laissez-passer pour permettre le rapatriement de ses ressortissants qui séjournent illégalement en Belgique et à envoyer une équipe à Bruxelles permettant l'identification de ses ressortissants[13],[14],[15]. Cette annonce suscite une vive polémique, le spécialiste du Moyen Orient Koert Debeuf soulignant qu'il est vraisemblable que cette équipe soit composée d'agents des services secrets soudanais[13],[14]. L'affaire suscite alors de vives réactions de la Ligue des droits de l'homme, qui rappelle que le président soudanais Omar el-Béchir est poursuivi par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, ainsi que des réactions d'Ecolo et du PS[13],[14].

Le 20 décembre, la presse révèle que plusieurs Soudanais entendus par l'équipe d'identification à Bruxelles et renvoyés dans leur pays auraient été enfermés et maltraités à leur retour, selon des témoignages que l'Institut Tahrir pour la politique au Moyen-Orient (Tahrir Institute for Middle East Policy) a pu récolter[16],[17]. Le député écologiste Benoit Hellings souligne : « En Belgique, la délégation soudanaise disposait de la liberté la plus totale et faisait ce qu'elle voulait de ses ressortissants : aucune présence d'interprète, aucun contrôle de la part des autorités belges lors des auditions. Les droits de ces personnes ont été complètement bafoués », avant de conclure que la faute commise par le secrétaire d'État « est lourde » et « ne peut pas rester sans conséquences »[18].

Le 21 décembre, le Premier ministre Charles Michel évoque un moratoire sur les rapatriements de Soudanais jusqu'à la fin janvier, ce que Theo Francken qualifie « d'absurde » puisque, selon lui, aucun nouveau rapatriement n'était programmé avant cette date[19]. Or il apparaît très vite qu'au moins une expulsion vers le Soudan était bien prévue durant le mois de janvier, ce qui oblige Theo Francken à présenter ses excuses au Premier ministre le 22 décembre[19].

Devant la commission des Affaires intérieures de la Chambre convoquée en urgence, le secrétaire d'État admet « avoir menti sciemment au sujet du moratoire sur les expulsions des Soudanais » selon le député écolo Benoît Hellings[19]. Suite à ce mensonge, Karel De Gucht (ex-Commissaire européen), Elio Di Rupo, Olivier Maingain, Alda Greoli et la FGTB réclament sa démission[20]

Asile de Carles Puigdemont[modifier | modifier le code]

Le 4 octobre 2017, le parti nationaliste flamand N-VA, auquel appartient Theo Francken, manifeste sa sympathie envers les indépendantistes catalans en déployant un drapeau catalan dans les couloirs du parlement fédéral belge[21] et un autre dans l'hémicycle du Parlement européen[22].

Quelques semaines plus tard, le 29 octobre, Theo Francken déclare que le président catalan Carles Puigdemont destitué après la déclaration d'indépendance de la Catalogne pourrait faire une demande d'asile en Belgique et s'interroge sur le fait qu'il puisse « être assuré d'un procès équitable en Espagne ». Cette déclaration est qualifié d'« inacceptable » par Madrid et force le Premier ministre Charles Michel à appeler son secrétaire d'Etat à ne pas "jeter d'huile sur le feu"[23], [24].

Accueil préférentiel des réfugiés chrétiens

Présenté par certains médias de référence comme un Flamand anti-migrants[25], il assume son choix de privilégier l’accueil de certaines minorités plutôt que d'autres. Ainsi en avril 2018, il se félicite d'avoir sauvé 903 chrétiens syriens[26].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Monde du 14 février 2018 p. 4
  2. Mathieu Colleyn, « Charles Michel: « Tout le gouvernement condamne la collaboration » », sur La Libre.be, (consulté le 16 octobre 2014)
  3. G.My, « Théo Francken émet des doutes quant à la « valeur ajoutée » des Marocains et des Congolais », sur Le Soir, (consulté le 16 octobre 2014)
  4. « Des élus d'origine étrangère se rappellent au souvenir de Theo Francken », sur dh.be, (consulté le 16 octobre 2014)
  5. « La polémique enfle : des mails de Théo Francken (N-VA) révélés par la presse », sur RTL Info, (consulté le 16 octobre 2014)
  6. « Une députée Vld appelle à la démission de Theo Francken », sur 7sur7, (consulté le 17 octobre 2014)
  7. (nl) « Mercedes Van Volcem slikt tweet over ontslag Theo Francken », sur Nieuwsblad.be, (consulté le 17 octobre 2014)
  8. a et b « MSF encourage la traite d'êtres humains, selon Theo Francken », L'Echo,
  9. a, b et c « "Vous ne faites que causer plus de morts": Theo Francken s'écharpe avec Médecins Sans Frontières, Charles Michel le rappelle à l'ordre », LaLibre,
  10. a et b « Gros clash entre Theo Francken et MSF sur Twitter: Charles Michel intervient! », DH.be,
  11. Julien Vlassenbroek, « Charles Michel rappelle Francken à l'ordre après ses tweets acerbes envers MSF », RTBF,
  12. a et b J.Dy, « Theo Francken: «Je retire ce que j’ai dit contre Médecins sans Frontières » », Le Soir,
  13. a, b et c « Une délégation soudanaise pour identifier les migrants en Belgique: indignation », RTBF,
  14. a, b et c L.V., « Identification des migrants: La collaboration entre Theo Francken et le Soudan crée la polémique », LaLibre.be,
  15. « Migrants: la collaboration entre Theo Francken et le Soudan fait polémique », Le Vif,
  16. Sophie Leroy, « Que sont devenus les Soudanais expulsés? Francken est sous le feu des critiques », L'Echo,
  17. « Theo Francken sur les Soudanais expulsés: «S’ils sont en effet torturés, c’est un gros problème» », Le Soir,
  18. « Mission d'identification du Soudan: pour les Verts, Francken "a franchi la ligne rouge" », Le Vif,
  19. a, b et c Benoît Doppagne, « Discorde au sein du gouvernement belge autour de l'expulsion de Soudanais », France 24, 230 décembre 2017
  20. Bernard Demonty, LorraineE Kihl et David Coppi, « Theo s’excuse, mais Francken vacille… », Le Soir,
  21. « Un drapeau catalan orne les couloirs du Parlement à l’initiative de la N-VA », Le Soir,
  22. « Trois eurodéputés N-VA déploient un drapeau catalan au Parlement européen », Le Soir,
  23. « Asile en Belgique pour Puigdemont: les propos de Theo Francken font bondir Madrid », RTBF Info,‎ (lire en ligne)
  24. « Francken provoque la colère de Madrid, Michel lui dit de ne pas “jeter d'huile sur le feu” », levif.be,‎ (lire en ligne).
  25. « Theo Francken, le Flamand antimigrants », sur Le Monde.fr (consulté le 3 avril 2018)
  26. La Libre.be, « Theo Francken: "Depuis 2015, nous avons sauvé 903 chrétiens syriens" », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)