Theo Colborn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Theo Colborn
Description de cette image, également commentée ci-après

Theo Colborn en 2006.

Nom de naissance Theodora Emily Decker
Naissance
Plainfield (États-Unis)
Décès (à 87 ans)
Paonia (États-Unis)
Nationalité américaine
Domaines zoologie
Institutions université de Floride
Formation Rutgers University
Western State Colorado University
université du Wisconsin à Madison
Renommée pour Théoricienne des perturbateurs endocriniens

Theo Colborn est une zoologiste et épidémiologiste américaine, théoricienne des perturbateurs endocriniens, née le à Plainfield et morte le à Paonia (Colorado).

Biographie[modifier | modifier le code]

Theo Colborn étudie à l'université Rutgers et en sort diplômée en 1947. Elle exerce le métier de pharmacienne, puis part élever des moutons dans le Colorado au cours des années 1960. Elle se rapproche du mouvement écologiste[1]. Colborn reprend ses études et obtient un doctorat (PhD) en zoologie de l'université du Wisconsin à Madison à l'âge de 58 ans[1],[2].

En 1991, Theo Colborn rassemble des scientifiques afin d'étudier l'effet des produits chimiques sur les hormones. L'expression perturbateur endocrinien est issue de leurs travaux[3],[4]. À l'issue de la conférence, ils publient l'appel de Wingspread[5]. Colborn est nommée scientifique principale (senior scientist) du fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund). En 1996, elle publie Our Stolen Future (en) avec la journaliste Dianne Dumanoski et le biologiste John Peterson Myers[6],[7]. L'ouvrage est préfacé par Al Gore. Il est traduit en 18 langues. En français, il est publié sous le titre L'Homme en voie de disparition ?[8].

En 2003, Theo Colborn fonde une organisation non gouvernementale, l'Endocrine Disruption Exchange (TEDX), dont elle devient présidente. L'ONG recense les études scientifiques traitant des perturbateurs endocriniens[3],[9]. Elle est professeur émérite de zoologie à l'université de Floride (Gainesville)[5],[9].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Chatham College Rachel Carson Award,
  • Norwegian International Rachel Carson Prize,
  • United Nations Environment Program Women Leadership for the Environment Award,
  • International Blue Planet Prize,
  • Society of Toxicology and Environmental Chemistry Rachel Carson Award,
  • Center for Science in the Public Interest Rachel Carson Award,
  • Beyond Pesticides Dragonfly Award,
  • Lifetime Achievement Award from the National Council for Science and the Environment.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L’homme en voie de disparition ? avec Dianne Dumanoski et John Petersonn Myers, Terre Vivante Éditions, 1998. (ISBN 978-2904082627)
  • Our Stolen Future: Are We Threatening Our Fertility, Intelligence, and Survival? avec Dianne Dumanoski et John Petersonn Myers. Plume, 1997. (ISBN 978-0452274143)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Lisa Yount, A to Z of Biologists, Infobase Publishing, , 401 p. (ISBN 9781438109176, lire en ligne), p. 49-50
  2. (en) Nancy Lofholm, « Revolutionary research scientist Theo Colborn dies at 87 in Paonia », The Denver Post,
  3. a et b François Veillerette, « Theo Colborn, génie scientifique », Politis,
  4. Stéphane Horel, Marine Jobert, « Une grande dame disparaît », Le Journal de l'environnement,
  5. a et b Denis Sergent, « Décès de Théo Colborn, la théoricienne des perturbateurs endocriniens », La Croix,
  6. (en) Michael Lemonick, « Heroes of the Environment: Theo Colborn », Time,
  7. (en) Gina Kolata, « Chemicals That Mimic Hormones Spark Alarm and Debate », The New York Times,
  8. Stéphane Foucart, « Theo Colborn (1927-2014) », Le Monde, (inscription nécessaire)
  9. a et b « Biographie de Theo Colborn », Réseau Environnement Santé

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]