The Mamas and the Papas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis The mamas and the papas)
Aller à : navigation, rechercher
The Mamas and the Papas
Description de cette image, également commentée ci-après
Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Folk rock
Années actives 19651968, 1971
Labels Dunhill
Composition du groupe
Anciens membres John Phillips (†)
Cass Elliot (†)
Denny Doherty (†)
Michelle Phillips
Jill Gibson

The Mamas and the Papas est un groupe de rock américain, originaire de Los Angeles, en Californie[1]. Le groupe enregistre et effectue des concerts entre 1965 et 1968, puis se reforme brièvement en 1971.

Au milieu des années 1960, les Mamas and the Papas sont l'un des rares groupes américains, avec les Beach Boys et The Byrds, qui pouvait soutenir la comparaison, commercialement parlant, avec les groupes de rock britanniques[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et débuts (1965–1966)[modifier | modifier le code]

Le groupe se compose de John Phillips, Cass Elliot (« Mama Cass »), Denny Doherty et Michelle Phillips (les deux Phillips étaient mariés, au début de l'activité du groupe). Il se forme à partir des groupes de folk The New Journeymen et Mugwumps qui ont donné lieu aux groupes The Lovin' Spoonful et The Mamas and the Papas. Appelé à l'origine The Magic Circle, le groupe cherche un nom plus facile à retenir pour la sortie de son premier album, If You Can Believe Your Eyes and Ears. Cass et Michelle pensent alors à se faire appeler « Mamas », et les deux hommes du groupe sont d’accord pour « Papas »[3].

Leur premier album contient leurs deux morceaux les plus connus, California Dreamin' et Monday, Monday, respectivement classés quatrième et en tête du Billboard Hot 100 au moment de leur sortie[4].

Le groupe connait des conflits liés aux relations qu’entretiennent Michelle Phillips et Denny Doherty. Pour compliquer un peu plus la situation, Michelle tombe amoureuse de Gene Clark, du groupe The Byrds, ce qui aboutit à l’exclusion de Michelle du groupe en juin 1966. Elle est remplacée par Jill Gibson pour l’enregistrement du second album, simplement intitulé The Mamas and the Papas. Elle ne semble pas faire l’affaire, et Michelle est réintégrée dans le groupe à la demande de John[5].

Deliver et séparation (1967–1968)[modifier | modifier le code]

The Mamas and the Papas au Ed Sullivan Show en 1967.

John et Michelle se réconcilient par la suite. Le troisième album du groupe, Deliver, sort en février 1967, et atteint la deuxième place des charts. Mais Denny vit mal la réconciliation des Phillips, et devient alcoolique. En juin de la même année, le groupe fait la clôture du Festival international de musique pop de Monterey, mais ils ne sont pas très brillants, étant trop pris par l'organisation du festival pour répéter[6].

Le groupe étant en manque d’inspiration, leur compagnie de disque sort une compilation composée de leurs plus grands succès (Greatest Hits). Le groupe se sépare officiellement en juillet 1968, après un quatrième album intitulé The Papas and the Mamas. Selon Cass Elliot, la rupture est liée à son souhait de faire une carrière solo[7].

Un dernier album, People Like Us, sort en 1971 pour raisons contractuelles, le groupe ayant signé pour cinq albums chez Dunhill Records[8].

Post-séparation[modifier | modifier le code]

Après la séparation du groupe, Michelle Phillips se lance dans le cinéma après un album solo passé inaperçu. Cass Elliot, dont la carrière solo connut un certain succès, est morte d’une crise cardiaque, après un concert, le . John Phillips, après avoir enregistré un album solo à la toute fin des années 1970 (John, the Wolf King of L.A.), relance, dans les années 1980 The New Mamas and the Papas, avec Denny Doherty, sa fille Mackenzie Phillips et Spanky McFarlane, et est mort de problèmes cardiaques le 18 mars 2001. Denny Doherty devient animateur d'émissions de variétés au Canada, et décède plus tard, le 19 janvier 2007, d'un anévrisme abdominal[9].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1965 : Go Where You Wanna Go
  • 1965 : California Dreamin'
  • 1966 : Monday, Monday
  • 1966 : I Saw Her Again
  • 1966 : Words of Love
  • 1966 : Dancing in the Street (couplé avec Words of Love)
  • 1966 : Look Through My Window
  • 1967 : Dedicated to the One I Love
  • 1967 : Creeque Alley
  • 1967 : My Girl
  • 1967 : Glad to Be Unhappy
  • 1967 : Dancing Bear
  • 1967 : Twelve Thirty
  • 1968 : Safe in My Garden
  • 1968 : Dream a Little Dream of Me
  • 1968 : For The Love of Ivy
  • 1968 : Do You Wanna Dance
  • 1972 : Step Out

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Mamas and the Papas Biography », Rock Hall of Fame (consulté le 10 juillet 2016).
  2. (en) The Mamas and the Papas - Last.fm
  3. Blazek 2014, p. 28
  4. (en) « Does anyone here own the « Go Where You Wanna Go » 45 (Dunhill 4018)? » - Steve Hoffman Music Forums, 26-27 juillet 2009.
  5. Blazek 2014, p. 36
  6. (en) Dream a Little Dream - Denny Doherty Website
  7. Blazek 2014, p. 55
  8. (en) John Phillips, Papa John : An Autobiography (of the Mamas and the Papas): A Music Legend's Shattering Journey Though Sex, Drugs, and Rock 'n' Roll, Dolphin Books – Doubldeay & Co., New York 1986, p. 216
  9. (en) Here I Am: Denny Doherty and the Mamas and the Papas - Film de Paul Ledoux, IMDb.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Matthias Blazek, The Mamas and The Papas : Flower-Power-Ikonen, Psychedelika und sexuelle Revolution, Stuttgart, ibidem-Verlag, (ISBN 978-3-8382-0577-9, OCLC 881365890, lire en ligne)
  • (en) Irwin Stambler, Encyclopedia of pop, rock & soul, New York, St. Martin's Press, , 3e éd. (ISBN 0-312-02573-4), p. 429−431
  • (en) Jay Warner, The Billboard Book Of American Singing Groups. A History 1940−1990, New York City/New York : Billboard Books, 1992, p. 415 et suivantes
  • (en) Jay Warner, The Billboard book of American singing groups : a history, 1940-1990, New York, Billboard Books, (ISBN 978-0-8230-8264-3), p. 415 et suivantes
  • (en) The Mamas and the Papas : History and 16 of their greatest hits (histoire et partitions), Hal Leonard, 1991 (ISBN 978-0-7935-0836-5), 72 pages

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :