The Witcher 3: Wild Hunt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
The Witcher 3
Wild Hunt
Image illustrative de l'article The Witcher 3: Wild Hunt

Éditeur Bandai Namco (Europe)
WB Games (Amérique du Nord)
Spike Chunsoft (Japon)
Développeur CD Projekt RED
Concepteur Konrad Tomaszkiewicz
Musique Marcin Przybyłowicz
Gene Rozenberg
Mikołaj Stroiński

Début du projet 2012
Date de sortie
Genre Action-RPG
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Windows
PlayStation 4
Xbox One
Média Disque optique
Distribution numérique
Contrôle Clavier, souris
Manette

Évaluation PEGI : 18 ?
Moteur REDengine 3

The Witcher 3: Wild Hunt (en polonais : Wiedźmin 3: Dziki Gon) est un jeu vidéo en monde ouvert de type action-RPG développé par le studio polonais CD Projekt RED. Il est sorti le 19 mai 2015 sur PC sous système Windows, PlayStation 4 et Xbox One, et fait suite narrativement à The Witcher, sorti en 2007, et The Witcher 2: Assassins of Kings, sorti en 2011. Il est ainsi le troisième jeu vidéo à prendre place dans l'univers littéraire de The Witcher, créé par l'écrivain polonais Andrzej Sapkowski, mais aussi le dernier à présenter les aventures de Geralt de Riv.

Le jeu suit les traces du sorceleur Geralt de Riv, un chasseur de monstres dont la fille adoptive Ciri est en danger et qui se lance à sa recherche dans un monde médiéval fantastique. Des références sont faites au contenu des livres écrits par Sapkowski, mais l'intrigue est nouvelle et propose une conclusion à la trilogie entamée avec le premier jeu, sorti en 2007. Contrairement aux autres opus de la série, The Witcher 3 prend place dans un monde ouvert pour une narration à la troisième personne, et se concentre sur l'utilisation des talents de combat et de détective de Geralt pour mener à bien des contrats et explorer l'environnement dans une quête principale à plusieurs embranchements et une multitude de missions secondaires.

Vendu à plus de 10 millions d'exemplaires moins d'un an après sa sortie, le jeu obtient un accueil public et critique unanimement positif. Il se voit décerner de nombreux titres de « jeu de l'année » et devient la nouvelle référence du genre, régulièrement utilisé comme comparaison par les joueurs et les professionnels de l'industrie vidéoludique pour évaluer la qualité des nouveaux jeux action-RPG. Deux extensions lui sont ajoutées en octobre 2015 et en mai 2016, Hearts of Stone et Blood and Wine, et un jeu vidéo entièrement dévoué au jeu de cartes présent dans l'intrigue, le Gwent, est lancé en phase beta à l'été 2017.

Trame[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

The Witcher 3: Wild Hunt conclut l'histoire du sorceleur Geralt de Riv amorcée dans les livres d'Andrzej Sapkowski et les deux jeux précédents.

Les trois opus vidéoludiques représentent cependant un arc narratif auquel l'auteur ne souhaite pas être associé : il ne les considère ni comme une suite ni comme un développement alternatif mais comme une adaptation libre à partir de ses livres, arguant qu'il est le seul à avoir voix au chapitre sur l'histoire canonique de Geralt[1].

Scénario[modifier | modifier le code]

Cosplay du personnage de Geralt de Riv.

À la suite des événements de The Witcher 2: Assassins of Kings, la guerre fait rage entre l'empire du Nilfgaard et ce qui reste des Royaumes du Nord. Dans ce contexte, Geralt apprend que sa fille adoptive, Ciri, a été aperçue pour la première fois après des années d'errance entre les mondes mais est poursuivie par la Chasse Sauvage, une troupe légendaire de cavaliers spectraux, présage de guerres, de maladies et de fin du monde (Ragh Nar Roog). Aidé entre autres par son amie Triss Merigold et sa compagne historique Yennefer, Geralt se met à sa recherche afin de la retrouver avant la Chasse Sauvage.

Cosplay du personnage de Yennefer.

La première étape de son voyage commence dans la bourgade de Blanchefleur, où Geralt fait halte pour retrouver son amante d'autrefois, Yennefer. Celle-ci travaille maintenant pour le compte de l'empereur du Nilfgaard et père biologique de Ciri, Emhyr Var Emreis, lequel convoque Geralt à Wizyma pour lui confier la tâche de retrouver sa fille.

Geralt commence sa quête dans la région pauvre et marécageuse de Velen, où sa connaissance l'enchanteresse Keira Metz lui apprend que quelqu'un d'autre était à la recherche de Ciri : un mage elfe du nom d'Avallac'h.

La troisième étape consiste à retrouver toujours la trace de Ciri. On retrouve Triss Merigold, Vernon Roche, Zoltan, Dijkstra (Sigi Reuven) dans cette ville tout comme de nouveaux : le Petit Bâtard, Surin ou le roi des mendiants. La conclusion de ce chapitre se fait par un complot contre Radovid et la fuite de Triss et des magiciennes. Puis Geralt prend un bateau vers sa prochaine destination: Skellige.

Arrivé à Skellige, il découvre que Yennefer est arrivé sur l'île et que le roi Bran est mort. La situation est instable en raison de la succession et de l'anomalie survenu sur l'île. Le témoin (Skjall) qui a vu Ciri est mort mais Yennefer et Geralt réussissent à savoir ce qu'il s'est passé en utilisant la nécromancie. Le chapitre se finit juste après avoir trouvé Uma (chez le baron de Velen), une petite créature très laide qui s'avère être leur seule piste pour retrouver Ciri.

Le prochain chapitre continue sur Kaer Morhen. Après avoir levé la malédiction, on découvre que la créature est Avallac'h, un sage elfe ayant aidé Ciri. Il signale à Geralt que cette dernière se trouve sur l'île des Brumes près de Skellige.

Avant de se rendre sur l'île des Brumes, Geralt décide de réunir ses alliés afin de piéger la Chasse Sauvage à Kaer Morhen. Voici le moment où certains choix ont un impact. Puis une fois ses alliés en direction de Kaer Morhen, Geralt retrouve Ciri mais la Chasse Sauvage apparaît. Ciri se téléporte avec Geralt à Kaer Morhen. Geralt prépare son combat décisif contre la Chasse Sauvage.

Au cours du siège, la Chasse Sauvage se replie. Mais Vesemir perd la vie...

Pour le venger, Geralt tue un lieutenant d'Eredin (Imlerith) alors que Ciri affronte les Moires et en tue deux. La troisième parvient à s'échapper et vole le médaillon de Vesemir que Ciri portait.

Afin de riposter, Yennefer propose de faire appel à la Loge des Magiciennes. La première à trouver est Phillippa puis Marguerita. On apprend que Sheala a perdu toute envie de vivre et que Yennefer abrège ses souffrances. Quant à Geralt, il doit trouver la Pierre du Soleil qui sera utile pour appâter la Chasse Sauvage.

Une fois la Pierre obtenue et les origines de Ciri découvertes au laboratoire d'Avallac'h, ce dernier propose de rencontrer Ge'els, un elfe supposé soutenir Eredin. Pour cela, ils doivent franchir des mondes à l'aide de portails.

Après avoir dévoilé la vérité sur la mort du Roi de son royaume, Ge'els décide d'aider Geralt.

Cosplay du personnage de Ciri.

L'ultime bataille commence. L'empereur Emhyr décide lui aussi d'aider Geralt contre la Chasse Sauvage. Au cours d'un combat ardu, Ciri affronte et tue le navigateur d'Eredin, Caranthir. Pendant ce temps, Crach meurt en ayant tenté de tuer Eredin. Geralt arrive juste après le coup de grâce. S'ensuit une bataille épique entre Geralt et Eredin. Ce dernier est enfin vaincu. Avant de mourir, il dit que Avallac'h l'a manipulé et que le destin de Ciri est en marche. Elle doit se sacrifier pour détruire le Froid Blanc. Pour cela, elle entre dans un portail situé dans une tour à Undvik (île de Skellige). Selon les interactions de Geralt avec Ciri, trois fins majeures sont possibles. Première fin : Geralt annonce à l'Empereur que Ciri est morte. Il se rend à une auberge où une personne l'attend : Ciri. Celle-ci devient sorceleuse. Deuxième fin : Ciri devient impératrice de Nilfgaard. Troisième fin : la plus tragique, où Ciri ne revient pas et est présumée morte. Geralt part tuer la dernière moire et récupère le médaillon de Ciri. Assis sur un banc dans la cabane des moires, entouré de monstres et accablé de douleur, son destin demeure inconnu.

L'histoire continue avec le contenu additionnel Heart of Stone et se finit avec Blood and Wine.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le jeu a évolué de façon importante par rapport au précédent opus de la série, subissant par exemple les révisions suivantes :

  • Le système d'alchimie ayant été revu, les ingrédients nécessaires à la fabrication d'une potion ne le sont qu'une fois, à la suite de laquelle il suffit de méditer afin de remplir à nouveau toutes les potions vides du joueur.
  • Geralt a maintenant accès à sa propre monture, une jument qu'il nomme Ablette. La monture de Geralt possède trois allures différentes : le pas, le trot et le galop. Le pas et le trot peuvent être utilisés indéfiniment mais une barre d'endurance limite le temps passé au galop. Il est possible d'attaquer des ennemis à cheval mais lorsque Geralt s'approche trop près des ennemis avec Ablette, une barre indiquant le niveau de peur du cheval fera son apparition et Geralt sera expulsé de son cheval si elle se remplit au maximum. Geralt peut également s'adonner à des courses de chevaux, elles sont organisées sous forme de quête. Dans ce troisième opus, le joueur peut équiper la monture de Geralt avec des éléments tels qu'une selle qui confère différents bonus à Ablette, une sacoche qui permet au joueur de porter plus d'objets dans son inventaire, un trophée de monstre qui confère différents bonus et des œillères qui confèrent également différents bonus comme permettre à sa monture de prendre moins peur à l'approche d'un combat[2],[3].
  • La durée des potions a été réduite, passant de quelques minutes à quelques secondes, et celles-ci sont dorénavant utilisables en combat.

Le moteur de jeu, REDengine 3, permet aux joueurs d'explorer The Witcher 3 sans écran de chargement, renforçant l'immersion du joueur.

Geralt est à nouveau le principal protagoniste, et peut dorénavant chevaucher et naviguer. Le jeu ne propose pas de chapitres distincts mais une trame narrative plus adaptée à la structure d'un monde ouvert[4].

Les paysages méditerranéens comme ceux de la Toscane servent d'inspiration pour la direction artistique du duché de Toussaint.

Le monde ouvert reproduit les paysages typiques d'un pays d'Europe du Nord et intègre avec attention les moindres détails, comme le type de plantes poussant selon un sol forestier et une luminosité donnés. Leur apparition n'est pas aléatoire et dépend de leur proximité avec des éléments géologiques tels qu'un ruisseau ou un champ cultivé, reproduisant fidèlement le monde réel et facilitant l'immersion du joueur. L'extension Blood and Wine se rapproche plus particulièrement des contrées méditerranéennes et fait notamment ressentir ses influences par la multitude de plants de vigne, d'oliviers et de lierre sur les bâtisses[5].

Développement[modifier | modifier le code]

Après les succès domestiques et internationaux de The Witcher et The Witcher 2: Assassins of Kings, CD Projekt RED a pour ambition de faire un jeu qui rivalise avec les plus grandes licences de Bioware ou de Square Enix, et inscrire le « RPG européen » comme un genre à respecter autant que les jeux japonais (Final Fantasy, Dragon Quest) ou canado-américains (The Elder Scrolls V: Skyrim, Dragon Age: Inquisition)[6]. Konrad Tomaszkiewicz, qui était testeur dans l'équipe du premier opus et responsable des quêtes dans l'équipe du deuxième, est nommé directeur du jeu. Pour se démarquer des fers de lance du genre, il décide rapidement avec le studio polonais que leurs efforts particuliers de différenciation devront porter sur la taille de la carte de jeu et sur la liberté d'exploration[7].

Les bases du futur jeu sont ensuite établies : le joueur incarnera à nouveau Geralt et aura pour principal antagoniste la Chasse sauvage, une entité tirée des mythes nordiques. Il pourra se déplacer indifféremment dans trois zones aux microcosmes très différents : Velen, une région marécageuse pauvre et ravagée par la guerre, la grande et opulente ville de Novigrad, et l'archipel de Skellige, des îles à l'inspiration nordique. Il est également décidé que chaque ennemi rencontré par le joueur, qu'il soit humain ou bestial, aura un niveau pré-déterminé auquel le joueur pourra se comparer ; ce choix impose cependant au studio de rendre volontairement l'exploration plus linéaire, pour éviter qu'au début du jeu un néophyte ne se rende dans une zone trop difficile d'accès : la progression de la quête principale, et les lieux successifs où se déroulent les péripéties, reflètent ce choix scénaristique[8].

CD Projekt Red a alors pour objectif de sortir le jeu en 2014[9].

Le stand de The Witcher 3 à la Poznań Game Arena (Pologne), en 2014.

Alors que sa sortie était initialement prévue pour la fin de l'année 2014, le studio la repousse d'abord jusqu'au mois de février 2015[10] avant de la repousser à nouveau jusqu'à mai 2015[11]. Il sortira finalement le 19 du même mois.

Réception[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Canard PC (FR) 9 - 10 / 10[Note 1]
PC Gamer (GB) 92 / 100[12]
Presse numérique
Média Note
Gameblog (FR) 4.5 / 5[13]
Gamekult (FR) 9 / 10[14]
GameSpot (US) 10 / 10[15]
IGN (US) 9,3 / 10[16]
Jeuxvideo.com (FR) 19 / 20[17]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 92,43 % (PS4)[18]
Metacritic 92 / 100 (PS4)[19]

Le jeu remporte le prix du jeu le plus attendu de 2015 lors des Game Awards de 2014[20].

Le jeu a reçu un très bon accueil de la part des critiques. Moins d'un mois après sa sortie, les développeurs ont annoncé avoir vendu plus de 4 millions de copies[21], un chiffre qui passera à 6 millions deux semaines après, faisant du jeu le plus gros succès du studio[22].

Réception du prix de « jeu de l'année » aux Game Developers Choice Awards de 2016.

Le jeu est élu plus de 250 fois jeu de l'année 2015 (un record) [23] comme lors de la cérémonie des Golden Joystick Awards 2015, et il remporte aussi à cette occasion les titres de meilleur narration, meilleur esthétique visuelle et meilleur moment de jeu[24]. En septembre 2017, le site français jeuxvideo.com le classe deuxième meilleur jeu de tous les temps[25].

Postérité[modifier | modifier le code]

Extensions[modifier | modifier le code]

Contenu téléchargeable gratuit[modifier | modifier le code]

16 contenus gratuits mis à disposition à raison d'un par semaine au premier jour de commercialisation[26] :

  • Ensemble de barbes et de coiffures
  • Ensemble d'armure de Temeria
  • Nouvelle Quête "Contrat mineurs disparus"
  • Apparence alternative pour Yennefer
  • Ensemble d'arbalètes d'élite
  • Ensemble d'armures du Nilfgaard
  • Nouvelle Quête "L'or des fous"
  • Série de cartes de Gwynt neutres "Héros des ballades"
  • Chasse au trésor "Équipement de l'école du loup"
  • Ensemble d'armure de Skellige
  • Apparence alternative pour Triss
  • Nouvelle Quête "L'ennemi numéro un de Skellige"
  • Nouvelle Quête "A bon chat, bon loup"
  • Apparence alternative pour Ciri
  • Nouvelles animations de coups de grâce
  • Nouvelle partie +

Hearts of Stone[modifier | modifier le code]

Hearts of Stone est la première extension payante du jeu. Elle sort le 13 octobre 2015[27] et propose une petite extension de la carte autour de la campagne de Novigrad, accompagnée de quelques missions mineures mais surtout d'une longue quête qui commence dans les égouts d'Oxenfurt et voit Geralt croiser l'énigmatique Gaunter de Meuré, dit « le Maître Miroir », déjà aperçu dans le prologue de Wild Hunt, à l'auberge de Blanchefleur.

L'extension est louée pour sa qualité d'écriture ; elle reçoit les notes de 18/20 sur Jeuxvideo.com[28], 6/10 sur Gamekult[29] et 8/10 dans Canard PC[30].

Blood and Wine[modifier | modifier le code]

Blood and Wine est la seconde et dernière extension payante du jeu et sort le 31 mai 2016[31]. Elle propose l'accès à une toute nouvelle région, le duché du Toussaint, et de nouveaux objectifs locaux, en plus d'une vaste quête principale qui vise à élucider les menaces portées à l'encontre de plusieurs chevaliers de la principauté.

Elle reçoit les notes de 19/20 sur Jeuxvideo.com[32] , 8/10 sur Gamekult[33] et 9/10 dans Canard PC[34].

Un jeu dans le jeu : le gwent[modifier | modifier le code]

Dans The Witcher 3, le joueur a la possibilité d'engager avec les personnages non-joueurs des parties de « gwent », un jeu de cartes inédit et propre à l'univers du Witcher. Au fur et à mesure de ses victoires personnelles, il est possible d'accumuler plusieurs decks de cartes aux couleurs des personnages et de la faune propres à l'univers du Witcher. Un des trophées du jeu récompense le joueur qui parvient à tous les accumuler dans une même sauvegarde du jeu.

Le gwent ne devait de prime abord pas faire partir de Wild Hunt, n'ayant été conçu que comme un passe-temps par ses développeurs. Il y est finalement incorporé au cours de la production, et plait tant aux joueurs que c'est l'afflux constant de courriers de félicitations qui pousse la petite équipe responsable du gwent à suggérer à CD Projekt Red de lui consacrer un jeu à part entière, quelques mois après la sortie des nouvelles aventures de Geralt[35],[36].

Cette mouture est officialisée le 13 juin 2016, lors du salon de l'E3, et promet de sortir sur PC, PlayStation 4 et Xbox One[37], avec les même doubleurs que The Witcher 3[38].

L'avenir de CD Projekt Red[modifier | modifier le code]

Le jeu Cyberpunk 2077, développé par CD Projekt Red, bénéficie de l'aura de bienveillance qui entoure le studio après la sortie réussie du Witcher 3.

Le studio derrière The Witcher 3 bénéficie de l'immense retombée positive de son poulain pour rassurer sur l'état de son jeu Cyberpunk 2077, développé en parallèle et annoncé dès 2013 par une bande-annonce largement diffusée sur internet. Pour les joueurs comme pour les développeurs, The Witcher 3 devient l'unique point de comparaison pour mesurer l'ampleur du futur jeu de science-fiction, qui ne masque pas ses ambitions[39]. Le président-directeur général de la compagnie, Adam Kiciński, déclare notamment en novembre 2017 :

« Nous sommes satisfaits du succès rencontrés par The Witcher III, mais ce n'est pas non plus un record du monde. Nous pensons qu'un jeu peut encore se vendre beaucoup plus. Nous allons investir encore plus dans Cyberpunk 2077[40]. »

Doublage[modifier | modifier le code]

Parmi les comédiens de doublage notables, l'acteur de cinéma Charles Dance, connu pour son interprétation de personnages austères et impérieurs tels que Tywin Lannister dans la série télévisée Game of Thrones, prête sa voix à la version anglophone de l'Empereur Emhyr var Emreis[41].

Personnages principaux

Personnages de l'extension Hearts of Stone

Personnages de l'extension Blood and Wine

Voix additionnelles : Jean-Louis Faure, Thierry Mercier, Constantin Pappas, Emmanuel Jacomy, Martial Le Minoux, Régine Blaess, Philippe Valmont, Jean-Yves Chatelais, Marie Zidi, Patrick Messe, Jean-François Cros, Michel Voletti, Flora Kaprielian.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le magazine Canard PC lui a attribué la note de "9 ou 10 on s'en cogne, c'est une tuerie / 10".

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) emilygera, « The Witcher games can never be a sequel to the novels, says author », sur Polygon, .
  2. (en-US) « The Witcher 3 Horse », Gosu Noob Gaming Guides,‎ (lire en ligne)
  3. (en-US) « Horse Guide - The Witcher 3: Wild Hunt », Witcher 3 Life,‎ (lire en ligne)
  4. « The Witcher 3 : Wild Hunt dévoilé », sur Jeuxvideo.com, .
  5. Rob Dwiar, « We asked a landscape designer to analyse The Witcher 3, Mass Effect and Dishonored », sur eurogamer.net,
  6. Schreier 2017, p. 225-226
  7. Schreier 2017, p. 227
  8. Schreier 2017, p. 227-229
  9. Schreier 2017, p. 230
  10. « The Witcher 3 repoussé », sur Gamekult, .
  11. « The Witcher 3 sortira en retard », sur Jeuxvideo.com, .
  12. « Test : The Witcher 3 PC review », sur PC Gamer, (consulté le 27 septembre 2015)
  13. Gianni Molinaro, « Test The Witcher 3: Wild Hunt », sur Gameblog, (consulté le 8 juin 2015)
  14. ExServ, « Test de The Witcher 3 : Traque sauvage », sur Gamekult, (consulté le 19 mai 2015)
  15. (en) Kevin VanOrd, « The Witcher 3: Wild Hunt Review », sur GameSpot, (consulté le 19 mai 2015)
  16. Vince Ingenito, « The Witcher 3 : Wild Hunt Test », sur IGN, (consulté le 19 mai 2015)
  17. mrderiv, « Test : The Witcher 3 : Wild Hunt - L'ouverture d'un monde », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 19 mai 2015)
  18. (en) « The Witcher 3: Wild Hunt », sur GameRankings (consulté le 19 mai 2015)
  19. (en) « The Witcher 3: Wild Hunt », sur Metacritic (consulté le 19 mai 2015)
  20. « Le palmarès complet des Game Awards 2014 », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 12 décembre 2014)
  21. « The Witcher 3 has sold 4 million copies », sur PC Gamer, (consulté le 9 juin 2015)
  22. « The Witcher 3: Wild Hunt sold six million copies in six weeks », sur PC Gamer, (consulté le 27 août 2015)
  23. « 'The Witcher 3: Wild Hunt' Wins More Awards Than Any Game in History », sur Movie Pilot, (consulté le 15 février 2017)
  24. (en) « Golden Joysticks 2015: The Witcher 3: Wild Hunt wins five gaming awards » (consulté le 31 octobre 2015)
  25. « Top 100 des meilleurs jeux de tous les temps », jeuxvideo.com, .
  26. « The Witcher 3 : Récapitulatif des DLC gratuits », sur Gamer Network (consulté le 31 mars 2016)
  27. « The Witcher 3 : Hearts of Stone daté en vidéo », sur Jeuxvideo.com (consulté le 31 mars 2016)
  28. mrderiv, Test : The Witcher 3 : Wild Hunt - Hearts of Stone - Le cœur sur la main, 8 octobre 2015, Jeuxvideo.com
  29. ExServ, Test de Hearts of Stone, 16 octobre 2015, Gamekult.
  30. Guy Moquette, The Witcher 3: Hearts of Stone, 1er novembre 2015, Canard PC n°327, p.19.
  31. « The Witcher 3, quelques infos sur le DLC Blood and Wine », sur Jeuxvideo.com (consulté le 31 mars 2016)
  32. mrderiv, Test : The Witcher 3 : Blood and Wine - La conclusion idéale d'un grand RPG ?, 30 mai 2016, Jeuxvideo.com
  33. ExServ, Test de Blood and Wine, 25 mai 2016, Gamekult.
  34. Guy Moquette, The Witcher 3: Blood and Wine : L'Âge De Raisin, 15 juin 2016, Canard PC n°341, p.18-19.
  35. (en) Wes Fenlon, « How Gwent became a competitive card game with singleplayer campaigns », sur PC Gamer,
  36. _lunatix_, « Gwent : The Witcher Card Game - CD Projekt remercie les joueurs », sur jeuxvideo.com, .
  37. daFrans, « E3 2016 : Le Gwent de The Witcher devient un jeu PC et consoles », sur jeuxvideo.com, .
  38. Kaaraj, « Gwent aura les mêmes doubleurs que The Witcher 3 », sur jeuxvideo.com, .
  39. https://www.pcgamesn.com/cyberpunk-2077/cyberpunk-2077-is-far-far-bigger-than-the-witcher-3-say-cd-projekt?amp
  40. http://www.gameblog.fr/news/71860-cyberpunk-2077-cd-projekt-veut-surpasser-le-succes-de-the-wi
  41. « The Witcher 3 recrute Charles Dance », sur Gamekult,

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • (en) Jason Schreier, Blood, sweat, and pixels : The triumphant, turbulent stories behind how video games are made, Harper, , 278 p. (ISBN 9780062651235). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Documentaire vidéo[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]