The Suicide Machines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Suicide Machines
Description de cette image, également commentée ci-après
Jason Navarro avec The Suicide Machines, à Fort Collins, dans le Colorado en 2005.
Informations générales
Surnom Jack Kevorkian and the Suicide Machines (1991-1995)
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Punk rock, pop punk, ska punk, punk hardcore, hardcore mélodique
Années actives 19912006, depuis 2009
Labels Hollywood, Side One Dummy Records, Noise Riot Records
Site officiel www.suicide-machines.com
Composition du groupe
Membres Jason Navarro
Ryan Vandeberghe
Rich Tschirhart
Justin Malek
Anciens membres Jason Brake
Dan Lukacinsky
Stefan Rairigh
Bill Jennings
Derek Grant
Dave Smith
Royce Nunley
Erin Pitman

The Suicides Machines est un groupe de ska punk américain, originaire de Détroit, dans le Michigan. Avant d'avoir signé avec Hollywood Records et Side One Dummy, le groupe a participé à plusieurs compilations indépendantes de ska punk. Le groupe compte actuellement huit albums à son actif. Royce Nunley quitte le groupe pour former son propre groupe Blueprint 76. Le batteur du groupe Derek Grant quitta aussi le groupe et joue pour plusieurs autres groupes tels que Thoughts of Ionesco, The Vandals (en tant que batteur de remplacement), Face to Face (joue de la guitare pour une tournée) et finalement Alkaline Trio.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1991–1995)[modifier | modifier le code]

The Suicide Machines est formé en 1991 à Détroit, dans le Michigan, sous le nom de Jack Kevorkian and the Suicide Machines. La formation originale du groupe comprend Jason Navarro au chant, Dan Lukacinsky à la guitare, Jason Brake à la basse, et Stefan Rairigh à la batterie. Cette formation ne dure qu'un an lorsque Bill Jennings remplace Rairigh, qui est lui-même remplacé par Derek Grant.

Ils enregistrent leurs premières démos, The Essential Kevorkian et Green World en 1993 et 1994, publiées à leur propre label Old Skool Records de Sluggo. Ils publient aussi le single Vans Song chez Youth Rendition Records. Brake quitte le groupe en 1994 et est brièvement remplacé par Dave Smith jusqu'à l'arrivée de Royce Nunley à la basse. La formation Navarro, Lukacinsky, Nunley, et Grant durera quatre ans. Ils réduiront alors leur nom pour The Suicide Machines et enregistrent le split Skank for Brains avec The Rudiments.

Hollywood Records (1996–2001)[modifier | modifier le code]

En 1995, le groupe signe chez Hollywood Records, une filiale de The Walt Disney Company. L'année 1996 assiste à la sortie de leur premier album, Destruction by Definition. Leur mélange de punk rock et ska attire l'intérêt national. Le single No Face devient un petit succès, et le groupe tourne en soutien à l'album à travers les États-Unis. Ils publient une suite en 1998, intitulée Battle Hymns.

Après la sortie de Battle Hymns, Grant quitte le groupe. Il jouera avec plusieurs groupes comme Thoughts of Ionesco, The Vandals, Face to Face, et Telegraph avant de trouver sa place au sein d'Alkaline Trio. Il est remplacé par Erin Pitman avant l'arrivée permanente de Ryan Vandeberghe. En 2000, la formation enregistre alors The Suicide Machines, un album plus axé pop rock aux influences ska. En 2001 sort Steal this Record, qui continue dans la lignée pop punk.

Nouvelles activités et pause (2002–2005)[modifier | modifier le code]

Après leur tournée en soutien à Steal this Record, le bassiste Nunley quitte The Suicide Machines pour former son propre groupe, Blueprint 76, et est remplacé par Rich Tschirhart. Le groupe met aussi un terme à son contrat avec Hollywood Records, remplissant ses obligations contractuelles en publiant la compilation The Least Worst of the Suicide Machines. Ils vont ensuite au label indépendant Side One Dummy Records. Sort leur nouvel album A Match and Some Gasoline, en 2003.

En 2005, le groupe publie l'album War Profiteering is Killing Us All, qui conitnue sur ses thèmes en attaquant ouvertement le gouvernement Bush, les suites de la guerre en Irak, et le républicanisme conservateur. Navarro lance aussi son propre label, Noise Riot Records, et y publie On the Eve of Destruction: 1991-1995, une compilation des premiers EP, singles, et démos du groupe.

Retours (depuis 2009)[modifier | modifier le code]

À la fin 2009, The Suicide Machines, aux côtés du batteur de Hellmouth, Justin Malek à la place de Lukacinsky à la guitare, se réunit pour un concert de charité à Détroit[1].

Le , The Suicide Machines joue au St. Andrews Hall à Détroit. En octobre, The Suicide Machines joue à The Fest 9[2]. The Suicide Machines revient à Rochester, New York[3]. Le 19 mai, ils jouent au Pouzza Fest 2012, entre le 18 et le 20 mai à Montréal, au Québec, Canada[4]. Entre 2012, 2013, et 2014, le groupe joue sporadiquement aux États-Unis. Le 16 août 2014, The Suicide Machines joue en tête d'affiche avec Lower Class Brats, Suburban Legends et Morning Glory au Summergrind 2014[5] de Denver, dans le Colorado.

Le , The Suicide Machines est annoncé au New Generation of Ska Festival de Séoul, en Corée du Sud, le 19 août.

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Jason « Jay » Navarro – chant (1991–2006, depuis 2009)
  • Ryan Vandeberghe – batterie (1998–2006, depuis 2009)
  • Rich Tschirhart – basse, chœurs (2002–2006, depuis 2009)
  • Justin Malek – guitare (depuis 2009)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Stefan Rairigh – batterie (1991–1992)
  • Jason « Jay » Brake – basse (1991–1994)
  • Dan Lukacinsky – guitare, chœurs (1991–2006)
  • Bill Jennings – batterie (1992)
  • Derek Grant – batterie (1992–1998, 2015)
  • Dave Smith – basse (1994)
  • Royce Nunley – basse (1994–2002)
  • Erin Pitman – batterie (1998)
  • Danny Lore – basse (2006)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]