The Stones of Blood

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Stones of Blood
Épisode de Doctor Who
Titre original The Stones of Blood
Numéro d'épisode Saison 16 (1re série)
Épisode 3 (ou 100)
Code de production 5C
Réalisation Darrol Blake
Scénario David Fisher
Production Graham Williams
Durée 4 x 25 minutes
Diffusion au sur BBC One
Personnages Docteur :
4e
Compagnons :
Romana
K-9 Mark II
Chronologie
Liste des épisodes

The Stones of Blood (Les Pierres de Sang) est le centième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who. Troisième épisode de la seizième saison, il continue l'arc narratif de la « Clef du Temps » et fut originellement diffusé en quatre parties du 28 octobre au 18 novembre 1978.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Docteur et Romana sont à la recherche de la troisième morceau de la Clef du Temps. Celle-ci se trouve sur Terre, dans la région anglaise des Cornouailles, non loin d'un site de cromlechs. Le Docteur tombe alors sur un étrange culte druidique, ainsi que sur deux archéologues qui lui viennent en aide.

Distribution[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Le Docteur et Romana arrivent sur Terre, dans les Cornouailles où ils pensent mettre la main sur la troisième partie de la Clef du Temps. Ils arrivent au milieu d'un site où se dressent des menhirs appelés les "neuf voyageurs" et font rapidement la connaissance d'une vieille archéologue, le professeur Amelia Rumford et de son assistante, Vivien Fay. Se rendant compte qu'il se passe des choses étranges sur ce site, le Docteur rencontre De Vries, le leader d'une secte druidique locale habitant Boscombe Hall, un ancien couvent. Mais celui-ci l'assomme et tente de le sacrifier à Cailleach, la déesse de la guerre et de la magie. Alors qu'il est sauvé par l'arrivée du professeur Rumford, Romana se fait pousser d'une falaise par une copie du Docteur.

Celui-ci réussi à la sauver après avoir appelé K-9. De retour à Boscombe Hall, le Docteur découvre De Vries et sa servante tués, et, se retrouve face à une pierre géante qui mettra K-9 hors d'état. Celui-ci va pourtant réussir à analyser les pierres et informer le Docteur qu'elles sont vivantes et ont besoin de sang pour survivre. À la recherche du portrait des anciens propriétaires de Boscombe Hall, le Docteur découvre que ceux-ci représentent Vivien Fay, présente depuis 700 ans au monastère. Celle-ci dirige des êtres de pierre, les Ogris, venue de la planète Ogros. Croisant Romana, elle la téléporte dans un vaisseau situé dans un hyperespace situé entre le monde réel et l'espace.

Grâce à l'aide du professeur Rumford, et d'une machine de son invention, le Docteur parvient à se téléporter dans le vaisseau et à délivrer Romana. Il s'avère que le vaisseau était en réalité un vaisseau de condamné et en libérant une porte, le Docteur et Romana libèrent des entités extra-terrestres, les Mégaras. Ceux-ci sont des êtres sans corps, créés afin de rendre la justice. Hélas, sur Terre, Vivien détruit la machine, les piégeant dans le vaisseau, tandis que les Ogris s'attaquent à des campeurs afin de se nourrir de leur sang.

Pour avoir libéré les Megaras et brisés leur sceau, le Docteur est jugés par eux et il tente par tous les moyens de se défendre. Il découvre que Vivien est une criminelle du nom de Cessair de Diplos amenée dans le vaisseau pour être jugée 4.000 ans auparavant mais il n'arrive pas à prouver sa culpabilité. Condamné à la peine capitale par les Megaras, le Docteur trouve le moyen d'entraîner Vivien avec lui, la blessant. Forcés d'examiner sa mémoire afin de la soigner, les Megaras découvrent sa véritable identité. Jugée sur la base de ses souvenirs, Vivien est condamnée à être transformée en pierre par les Mégaras, devenant une des pierres du cercle. Avant sa pétrification, le Docteur lui retire son collier, le sceau de Diplos, qui se trouve être la troisième partie de la Clef du Temps.

Continuité[modifier | modifier le code]

Références Culturelles[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

L'idée originale de l'épisode, consistant à baser l'intrigue autour d'un cercle de pierre, fut proposé par David Fisher alors nouveau scénariste engagé par le responsable des scénarios Anthony Read à l'occasion de la 16e saison. Fisher était intrigué par les légendes autour des cercles de pierre, les sacrifices sanglant et les disparitions de pierre. Il souhaitait aussi à ce qu'un personnage féminin fort traverse l'histoire.

L'épisode fut commissionné le 8 décembre 1977 sous le titre de “The Nine Maidens” (« les neuf servantes ») et prévu pour être diffusé à l'époque d'Halloween à la télévision anglaise. Début 1978, l'épisode fut réécrit afin d'intégrer l'intrigue autour de la Clef du Temps et fut nommé "The Stones of Time" ("Les pierres du temps") avant de trouver son titre définitif de « The Stones of Blood. »

Les noms des personnages s'inspire de la légendes Arthuriennes : Vivien Fay tire son nom de Viviane et son avatar Lady Morgana Montcalm de Morgane, le terme « Cailleach » signifie « vieille femme » en gaélique, les neuf voyageurs s'appelaient à l'origine les « neuf servantes ». De plus, le terme Mégaras s'inspire de Megaera, l'une des furies greco-romaine.

Casting[modifier | modifier le code]

  • À l'origine le rôle de Vivien fut proposé à Honor Blackman, qui refusa, trouvant son personnage trop effacé derrière celui de Beatrix Lehmann. Maria Aitken fut aussi approchée avant que le rôle ne revienne à Susan Engel.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le réalisateur engagé pour cet épisode fut Darrol Blake, dont il s'agit du seul épisode de Doctor Who de sa carrière. Blake fut connu pour avoir travaillé sur des séries comme The Tomorrow People, Doomwatch et Coronation Street. C'est lui qui décida du design des Ogris, qui à l'origine devaient être des humanoïdes en forme de pierres. De même, à l'origine, les Mégaras devaient être des orbes volantes, mais Blake considéra qu'ils étaient trop proches d'un accessoire vu dans le film La Guerre des étoiles. Contrairement à l'habitude, les scènes en extérieur furent filmées avec des caméras vidéos au lieu de caméras à bobine, car Blake détestait le contraste entre les tournages en extérieurs et les tournages en studio qui résultait de ce changement.

Le tournage hors-studio débuta le 12 juin 1978 à Reed College à Little Compton dans le Warwickshire afin de filmer les plans se situant à l'extérieur de Boscombe Hall. Le lendemain, le tournage eu lieu non loin, sur le site des Rollright Stones, dans un authentique cercle de pierre nommé les "King's Men" ("les hommes du roi.")[1]. La légende raconte que le nombre de pierre change constamment[2]. Légende renforcé par ce tournage, un groupe de collégien venus en visite sur le site ayant pris l'un des accessoires d'Ogri pour une véritable pierre. Le 14 juin fut tourné les scènes se situant dans la cour de la ferme à Little Rollright. Durant la nuit, la cabine du TARDIS fut volée par des étudiants du Reed College et caché non loin. Lors du tournage de la scène sur la falaise, dans une carrière de Little Rollright[3], Tom Baker refusa d'être filmé poussant Romana, afin que les jeunes téléspectateurs ne perdent pas leur confiance envers le Docteur. Blake accepta qu'on entende seulement sa voix.

Durant le tournage, la production réalisa que cet épisode marquait le 100e arc ainsi que les 15 ans de la série et il fut proposé de rajouter une scène au début de l'épisode dans laquelle Romana et K-9 fêtaient l'anniversaire des 751 ans du Docteur. Toutefois, le producteur Graham Williams trouva cela trop "auto-congratulatoire" et le changea au dernier moment par une scène d'avertissement.

Le tournage en studio débuta par une première session les 3 et 4 juillet 1978 au studio 3 du Centre télévisuel de la BBC par l'enregistrement des scènes de nuits sur le site des neuf voyageurs, sur la falaise, ainsi que les scènes dans le manoir de De Vrie. La seconde session eu lieu du 16 au 18 juillet 1978 par les scènes situées dans le vaisseau des Megaras, dans le cottage de Viven Fay et dans le TARDIS.

Diffusion et Réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
Épisode 1 28 octobre 1978 24:20 8,6 Bandes couleurs PAL
Épisode 2 4 novembre 1978 23:53 6,6 Bandes couleurs PAL
Épisode 3 11 novembre 1978 24:27 9,3 Bandes couleurs PAL
Épisode 4 18 novembre 1978 23:07 7,6 Bandes couleurs PAL
Diffusé en quatre parties du 28 octobre au 18 novembre 1978, l'épisode fit un score d'audience relativement bon[4].

Critiques[modifier | modifier le code]

En 1995 dans le livre « Doctor Who : The Discontinuity Guide », Paul Cornell, Martin Day, et Keith Topping ventent les qualités très "hammeresque" des deux premières parties mais trouve la suite plus "consternante"[5]. Les auteurs de « Doctor Who : The Television Companion » (1998) sont plus positives et trouvent l'épisode "extrêmement bon". Ils saluent la réalisation, et trouve que la "large variété des différents éléments assez contrastées, fait de cet épisode l'un des plus appréciable de la série à travers le temps."[6]

En 2011, Patrick Mulkern de Radio Times décrit l'épisode comme "un fil intriguant avec des petits jalons et des personnages vifs" et il apprécie les personnages féminins[7]. Justin Felix du site DVD Talk donne à l'épisode la note de 4 sur 5, trouvant qu'il s'agit d'un épisode amusant et trouve que les Ogris sont "la meilleure partie de ce serial... un rassemblement hystériquement drôle de monstres."[8]

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut romancé sous le titre Doctor Who and the Stones of Blood par Terrance Dicks et publié en mars 1980. Il porte le numéro 59 de la collection Doctor Who des éditions Target Book et David Fisher dira ne pas être vraiment content du résultat. Ce roman n'a pas connu de traduction à ce jour[9].

Éditions commerciales[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions au Royaume-Uni et dans les pays anglophones.

  • L'épisode est sorti en coffret deux VHS en mai 1995. Cet épisode contient une séquence coupée au montage où De Vrie discute avec sa servante avant l'attaque des Ogris.
  • L'intégralité de la saison 16 sortie en DVD en octobre 2002 dans le coffret Doctor Who: The Key to Time avec des commentaires audios de Tom Baker et Mary Tamm.
  • L'épisode eu droit à une ressortie en DVD lors d'un nouveau coffret en 2007 et 2009 contenant bien plus de bonus[10]. L'édition contient les commentaires audios de Tom Baker, Mary Tamm,Susan Engel, Darrol Blake et David Fisher, un documentaire sur la création de l'épisode, un documentaire sur l'inspiration des films de la Hammer dans la série, les scènes coupées et d'autres bonus.
  • L'épisode connu aussi une réédition dans le cadre des « Doctor Who DVD Files » le 27 juillet 2011.
  • Une lecture audio de l'épisode fut réécrite par David Fisher et lue par Susan Engel est sortie en CD en 2012[11].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Howe, Stammers et Walker 1992, p. 223
  2. « Myths and legends », The Rollright Stones (consulté le 19 décembre 2012)
  3. (en) « The Stones of Blood - Story Locations », Doctor Who The Location Guide (consulté le 9 mai 2014)
  4. « The Stones of Blood », Doctor Who Reference Guide (consulté le 30 août 2008)
  5. (en) Paul Cornell, Martin Day et Keith Topping, The Discontinuity Guide, London, Virgin Books, (ISBN 0-426-20442-5), « The Stones of Blood »
  6. (en) Howe, David J & Walker, Stephen James, Doctor Who: The Television Companion, London, BBC Books, (ISBN 978-0-563-40588-7, lire en ligne)
  7. Patrick Mulkern, « Doctor Who: The Stones of Blood », Radio Times, (consulté le 21 mars 2013)
  8. Justin Felix, « Doctor Who: The Stones of Blood », DVD Talk, (consulté le 21 mars 2013)
  9. (en) « The Stones of Blood »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), On Target (consulté le 15 janvier 2015)
  10. « DVD News », BBC,‎ (lire en ligne[archive du ])
  11. « Doctor Who: The Stones of Blood (Classic Novels) », Amazon (consulté le 19 décembre 2012)